Aller à…
RSS Feed

28 janvier 2021

emmanuel macron

Défendre une Défense subalterne — Badia BENJELLOUN

L’annonce par le ministre des Comptes publics Gerald Darmanin d’une coupe globale dans le budget de 2017 de 4,5 milliards se traduisait pour la Défense par une réduction de son budget de 850 millions ce qui revenait à effacer l’actualisation de la loi de programmation militaire votée après les attentats de 2015. De Villiers, amer,

La filouterie, moyen de gouverner ! — Jose ESPINOSA

Son référendum, çà ne coûtera rien ? José Espinosa, je vous apprécie et vous respecte mais là, pardon… Si ! Ça coûtera. Tout ce que fait Macron coûte. Et ça coûte à la collectivité, c’est jamais lui qui paie les faux frais. Il a commencé tout d’abord par des petites sauteries à 300000 boules, puis il a

Réfléchissez, camarades ! — G. HAMON

Moi, je voudrais que nous nous souvenions de tous ces gens qui, à un titre ou à un autre nous ont pressés de voter Macron en 2017 pour (disaient-ils) faire barrage au front national ! Sans doute séduits par ce jeune technocrate VU à la télé ! Ils nous disaient tous qu’il y aurait un troisième tour

Les archives secret-défense sur la guerre d’Algérie ne seront pas rendues publiques — French ALMANAR

Le 15 novembre, le gouvernement Castex a publié un arrêté qui confirme les dispositions de ce texte, en contradiction avec la loi et les promesses de Macron qui a reconnu en octobre l’existence de cet état de fait. « J’ai été saisi par plusieurs historiens des difficultés qu’ils rencontraient pour l’accès aux archives et donc j’ai

ce que promettait la campagne de Macron, et ce qu’il en est trois ans après — Les Nouvelles Libres

Quand Jean-Luc Mélenchon dit que « Macron veut détruire le Code du travail par ordonnances » : il ment Le code du travail avait déjà été mis à mal par la loi El-Khomry, rédigée en grande partie par celui qui n’était alors qu’un ministre : Emmanuel Macron. Dès son arrivée au pouvoir, ce dernier a continué à détricoter le

Sous le masque de Macron — Guy CHAPOUILLIE

Mais cela est relatif, car de bavures en bavures, la violence de certains policiers me donne la chair de poule comme si ce mal était endémique. Le débat sur la violence est relancé, dans la rue, sur les plateaux de télé, dans les journaux, à l’Assemblée Nationale au croisement d’une autre affaire concernant l’article 24

Le gouvernement ose tout, c’est à ça qu’on le reconnait

La proposition de loi relative à la « sécurité globale », si elle est adoptée, va aggraver les pouvoirs de la police et réduire nos libertés de manière inédite. Nouvel exemple, s’il en fallait, que nous sommes entrés dans une époque orwellienne. Une proposition de loi, selon notre constitution, émane du Parlement, tandis qu’un projet de loi est présenté

Articles plus anciens››
Défiler vers le haut