par Alberto Negri.

Sommet de l’OTAN. La réunion de l’alliance atlantique s’ouvre sous les « meilleurs auspices ». Outre l’ennemi numéro un, la Chine, et l’ennemi traditionnel, la Russie, on peut aussi penser qu’une nouvelle campagne humanitaire du front des « démocraties libérales » va s’enclencher pour exporter peut-être davantage de déstabilisation, après l’Afghanistan, l’Irak, la Syrie et la Libye. L’Europe n’aime pas ça, mais elle acquiesce.

Le sommet de l’OTAN de demain à Bruxelles, précédé du G-7 en Cornouailles, commence par deux ou trois plaisanteries et une chose sérieuse. Ce qui est grave, c’est que le chef du Pentagone, Lloyd Austin, a signé une directive alertant les forces militaires pour qu’elles considèrent la Chine comme le défi numéro un des États-Unis et de l’Occident.

Dans le « paquet » proposé par les États-Unis de Biden au sommet de l’OTAN, il y a évidemment aussi la « cible Russie », avec l’idée d’une alliance entre les « démocraties libérales » européennes à déployer contre Pékin et Moscou. L’idée d’un élargissement de l’OTAN vers l’est est toujours présente à l’esprit, ce qui ne fera que raidir le Kremlin en vue du prochain sommet entre Biden et Poutine.

Ce que l’Europe gagne de cette « perspective » de futures relations avec la Russie et la Chine n’est pas du tout clair. Étant donné qu’entre autres choses, l’Alliance atlantique se retire de l’Afghanistan, manœuvre qui n’a pas été sanctionnée par les pays de l’OTAN mais par les négociations des Américains au Qatar avec les Talibans. Les Européens n’ont rien décidé, sauf le jour de la cérémonie de descente du drapeau.

Cela signifie que les États-Unis, lorsqu’il y a quelque chose à établir, le font par eux-mêmes et le communiquent ensuite aux autres qui doivent engloutir leur menu, qu’ils le veuillent ou non.

Et voici le menu américain. M. Biden a appelé les autres dirigeants à envoyer un message réprobateur contre le « travail forcé » et le traitement réservé par Pékin à la minorité musulmane ouïghoure du Xinjiang. Comme étape supplémentaire, il a présenté une « route de la soie » occidentale. Derrière cet humanitarisme apparent se cache un nouveau piège : les Talibans, qui n’ont jamais été dissociés dans les faits d’Al-Qaïda, et d’Isis, répandu dans la province du Khorasan, peuvent devenir un instrument de déstabilisation avec les djihadistes du Xinjiang musulman.

En laissant peut-être en place la Turquie de Erdogan, un membre de l’OTAN qui est devenu le grand manœuvrier des djihadistes entre la Syrie et la Libye. En bref, même depuis la défaite en Afghanistan, rien n’est jeté et tout peut être recyclé.

Le sommet de l’OTAN s’ouvre sous les « meilleurs auspices ». Outre l’ennemi numéro un, la Chine, et l’ennemi traditionnel, la Russie, on peut aussi penser à une nouvelle campagne humanitaire du front des « démocraties libérales » pour exporter peut-être une autre déstabilisation, après l’Afghanistan, l’Irak, la Syrie et la Libye. Une chaîne d’échecs dévastateurs. Et en plus, les États-Unis gagnent économiquement, peut-être nous, Européens, un peu moins.

Parce que l’Europe a « ses » intérêts économico-commerciaux avec la Chine et ne veut pas couper les ponts avec Pékin, à tel point qu’en 2020, la Chine a dépassé les États-Unis et est devenue le premier partenaire commercial de l’Union. La réalité est que les États-Unis, en particulier dans le secteur technologique, font pression sur les Européens: du jour au lendemain, il faut acheter « américain ».

Le sommet atlantique de Bruxelles sera l’occasion de réitérer ce message. Nous l’entendrons probablement lors de la rencontre entre Biden et Erdogan, qui a acheté des batteries antimissiles S-400 à Poutine. On en a eu un avant-goût lors de la rencontre dans le port sicilien d’Augusta où, sur le plus grand porte-avions d’Europe, le Queen Elisabeth britannique, le ministre de la Défense Guerini et deux de ses collègues, le Britannique Ben Wallace et le Turc Hulusi Akar, se sont rencontrés. Biden déteste Erdogan mais ils finiront par trouver un accord car la Turquie est opposée à la Russie sur trois fronts, la Syrie, la Libye et l’Azerbaïdjan, et même l’Italie s’arrangera avec Erdogan en échangeant peut-être les parts de gaz d’ENI dans la mer contestée de Chypre avec quelques concessions en Libye où la Turquie a une sorte de protectorat sur la Tripolitaine.

Et nous en arrivons aux blagues. L’existence d’une politique étrangère européenne fait rire tout le monde. Merkel est en liquidation, Macron se porte mal et Johnson est plus transatlantique que jamais grâce au Brexit. S’il est vrai que les États-Unis ont suspendu pour l’instant les sanctions contre le gazoduc North Stream 2 entre la Russie et l’Allemagne, Washington n’a certainement pas renoncé à faire exploser le projet en nommant Amos Hochstein, un ancien conseiller de Obama et de Biden, comme envoyé spécial pour les affaires énergétiques.

Hochstein (photo) a siégé au conseil de surveillance du géant ukrainien de l’énergie Naftogaz. Et comme tout le monde le sait, le fils de Biden, Hunter, a été impliqué dans des transactions gazières louches en Ukraine. Hochstein a été l’homme de l’ombre de Biden dans le secteur de l’énergie. Cet ancien officier de l’armée israélienne est celui qui a déjà fait sauter le South Stream avec Moscou (2 milliards de commandes de Saipem) : attention, il n’est pas écologiste, il sponsorise le pipeline Tap.

La dernière histoire nous concerne directement, nous Italiens. Biden a promis à Draghi un soutien total sur la Libye ; le président américain n’est incertain que sur un point : raconter ou non au premier ministre la blague sur la « salle de contrôle italienne » déjà promise par Obama et Trump. Et ce après avoir bombardé Kadhafi en 2011 avec la France et la Grande-Bretagne. Entre-temps, le fils de Kadhafi, Seif Islam, aimerait se présenter à la présidence, soutenu par l’actuel premier ministre Dbeibah qui a dirigé l’une des sociétés d’investissement de Seif. Vous pouvez voir dans quelles mains nous nous trouvons.


source : The Manifesto & https://www.ariannaeditrice.it

via http://euro-synergies.hautetfort.com



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *