Tout en décrivant comment son organisation séquence les virus mortels, Daszak décrit le processus d’ »insertion de protéines en pointe » dans les virus pour voir si elles peuvent « se lier aux cellules humaines » comme étant effectué par ses « collègues en Chine » :

« Ensuite, lorsque vous obtenez une séquence d’un virus, et qu’elle ressemble à un parent d’un pathogène méchant connu, comme nous l’avons fait avec le SRAS. Nous avons trouvé d’autres coronavirus chez les chauves-souris, toute une série, dont certains ressemblaient beaucoup au SRAS. On a donc séquencé la protéine spike, celle qui s’attache aux cellules. Puis nous… Ce n’est pas moi qui ai fait ce travail, mais mes collègues en Chine. Vous créez des pseudo particules, vous insérez les protéines spike de ces virus, vous voyez si elles se fixent aux cellules humaines. À chaque étape, on se rapproche de plus en plus de ce virus qui pourrait vraiment devenir pathogène pour l’homme.

« On se retrouve avec un petit nombre de virus qui ressemblent vraiment à des tueurs », ajoute-t-il.

Ces commentaires font suite à des preuves de plus en plus nombreuses que le NIAID de Fauci a des liens financiers et personnels profonds avec l’Institut de virologie de Wuhan – et que l’alliance EcoHealth de Daszak était l’un des principaux mandataires qui acheminaient l’argent vers le laboratoire du Parti communiste chinois.

Plus d’une douzaine de documents de recherche réalisés dans le cadre d’une subvention de 3,7 millions de dollars de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) mentionnent Shi Zhengli, directeur du Centre des maladies infectieuses émergentes du laboratoire de Wuhan, comme coauteur aux côtés de Daszak. Shi a inclus ces subventions soutenues par Fauci dans son CV.

Le laboratoire de Wuhan a également mentionné les National Institutes of Health (NIH) comme l’un de ses « partenaires », mais a secrètement effacé cette mention en mars 2021 (NDLR : on vous avait traduit l’article ici).

Source: The National Pulse

Traduction: Actu Intel



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *