Un fait est acquis ; les colonisateurs européens ont pillé l’Afrique. Mais outre que l’affirmation est discutable, il reste que l’Afrique fait face aujourd’hui à un pillage d’une ampleur inégalée. Ce grand continent, riche de tout, concentre pourtant les pires caractéristiques du sous-développement, c’est-à-dire l’absence de redistribution de l’exploitation de ses richesses, la faiblesse de l’État, la persistance de conflits sanglants et une prochaine surpopulation inquiétante. Les racines du mal doivent être pointées pour tenter de comprendre une situation catastrophique qui fait, d’un continent pourtant riche, la plus grande zone de pauvreté.

Un continent riche

L’Afrique concentre 90% des réserves de platine, 80 % de coltan ; 60% de cobalt ; 70% du tantale, 46% du diamant ; 40% de l’or et à tout le moins 10% des réserves pétrolières. Les énergies fossiles abondent, le pétrole bien entendu, mais aussi le charbon dans sa partir australe. Ses capacités hydrauliques considérables notamment dans son bassin central sont très faiblement exploitées. Enfin elle bénéficie d’un rayonnement solaire à foison qui lui permettrait de construire un énorme sytème de production électrique.

L’exemple de la RDC, l’ancien Zaïre, illustre cette absence de partage de richesses mal exploitées. Qualifié de « scandale géologique », le pays regorge de minerais à haute valeur économique. Le bassin du fleuve Congo a la particularité de s’étendre aux deux hémisphères, ce qui lui procure deux bassins-versants avec un régime de pluie alternatif, source d’un débit constant. Le barrage d’Inga, en aval de Kinshasa, mal entretenu, ne donne pas ses pleines capacités. Il pourrait pourtant assurer la quasi autonomie énergétique du pays. La Gécamines, l’ancienne Union minière du Haut Katanga belge, exploite le cobalt, le zinc et le cuivre. Mais ses installations vieillissantes et une gestion chaotique ont profondément affecté sa rentabilité alors même qu’elle est le principal contributeur au budget national. Inutile enfin de parler des conditions climatiques du pays, les meilleures possibles pour développer l’agriculture et assurer l’indépendance alimentaire.

Le Sahel, y compris sa partie saharienne, bénéficie de réserves d’eaux souterraines qui pourraient assurer une agriculture de subsistance dispersée, de nature à tarir l’exode rural. Mais rien n’y fait ; l’absence d’une gestion de l’eau, pourtant peu couteuse, par la création et la pérennisation des puits, induit la fuite des agriculteurs et des pasteurs. Ces derniers perdent peu à peu leurs ressources par l’avancée du désert qui suit la déforestation pour le bois de chauffage. Pourtant la sécheresse n’est souvent qu’apparente. Ainsi, très au sud, en Namibie, sèche et aride, les fermiers ont construit un dense réseau de puits à grande profondeur et des retenues ça et là pour recueillir les pluies pendant à peine trois mois de l’année. Moyennant quoi le pays élève 2,5 millions de bovins et plus de 3 millions d’ovins, ce qui lui permet d’exporter dans l’Afrique australe.

La colonisation, un alibi facile 

Les méfaits de la colonisation restent l’explication la plus commune de l’absence de décollage économique de l’Afrique. L’argument n’est plus acceptable, dès lors que de nombreuses anciennes colonies européennes, sur d’autres continents, notamment en Asie, ont réussi à sortir du sous-développement. Soixante ans après les indépendances, on ne peut plus décemment soutenir que la colonisation est la cause du sous-développement de l’Afrique. 

Et c’est oublier que le bilan de la colonisation s’est révélé négatif pour les économies européennes. Les pays colonisateurs n’y ont pas trouvé d’avantages économiques majeurs. Si la colonisation a pu enrichir les commerçants assurant la distribution des produits importés d’Afrique et les sociétés d’exploitation minière, il reste que le bilan a été négatif. Les gains n’ont pas profité au pays colon qui par ailleurs a fait des investissements considérables en matière d’infrastructures, routes, chemins de fer, hôpitaux, écoles, etc. 

La seule Algérie, dans les années cinquante, coutait très cher à la France; près de 10% du budget était consacré à ce département. Le maintien artificiel par la subvention de la production céréalière et viticole à des prix acceptables était un véritable gouffre financier.

La France et la Belgique ont doté l’Algérie et le Congo d’infrastructures considérables dont il ne reste pratiquement plus rien aujourd’hui. Le réseau ferré algérien est aujourd’hui moins développé qu’en 1960. Inutile de parler de la République démocratique du Congo qui a abandonné faute d’entretien ses réseaux routier et fluvial qui irriguaient le pays. En 1960, on pouvait traverser le Congo en voiture en toutes saisons. Aujourd’hui, à 50km de Kinshasa, les routes ne sont plus que des ornières. 

Au final, les avis sont à tout le moins partagés sur les avantages retirés par les pays colons.

L’absence d’État, source de tout les maux

C’est certainement sur ce point que les anciennes puissances colonisatrices portent une responsabilité majeure. La vague d’indépendance survenue dans les années soixante s’est faite dans des conditions souvent déplorables, alors que l’absence de cadres indigènes était prégnante. Certains pays choisirent le camp des non-alignés, souvent cornaqués par les pays de l’Est. La majorité faisait le choix de conserver des liens privilégiés avec leur ancien maître. Mais dans tous les cas, aucune élite n’a réussi à remplacer les administrateurs coloniaux, autrement dit conserver une structure de pouvoir administratif. 

C’était laisser libre cours à l’ethnisme et au tribalisme. Les pays africains ne pouvaient alors que retomber dans leur maux ancestraux. Les structures traditionnelles consistent à privilégier le groupe, sans référence aux intérêts nationaux. Il s’agit en réalité d’un processus naturel dès lors que les découpages territoriaux des pays ne correspondaient le plus souvent à aucune réalité ethnique et géographique. Le pays le plus riche, et autrefois le plus dynamique, l’Afrique du Sud, n’échappe pas à la calamité que constitue la corruption pour le continent.

Le recul dont nous disposons aujourd’hui permet de dire que l’assistance à l’Afrique constitue un échec total. L’Afrique a englouti une part considérable de l’aide au développement. Il n’en reste pratiquement rien, tant les détournements resteront aussi massifs que systématiques.

Le pillage continue

Discrètement, de nombreuses entreprises, notamment américaines, françaises, sud-africaines ou  italiennes opèrent dans le secteur minier ou pétrolier et reversent une part modeste au pays, part accaparée par les dirigeants locaux. Il faut ici pointer le pillage organisé par la Chine. Sa méthode est assez simple ; on s’assure de l’adhésion des dirigeants et des populations en construisant ici un hôpital, là une liaison routière, tout en installant un réseau bancaire très efficace, et en concluant de juteuses concessions permettant d’exploiter massivement les ressources du sous-sol. 

Les autorités internationales ne s’occupent plus sérieusement de la situation désastreuse de l’Afrique aux plans économique et humain, si ce n’est sur la question humanitaire, ou militaire quand des régimes politiques sont débordés. Pour le reste, rien ne permet de présager que des mesures sérieuses seront appliquées. L’Afrique est toujours (mal) partie, comme l’écrivait René Dumont dès 1962…



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *