par Andrei Martyanov.

Dans un monde normal (rationnel), cela aurait été… eh bien… louche dès le départ. Pas aux États-Unis où la vérité n’existe pas dans et autour de Washington et dans les studios des principaux organes de propagande tels que MSNBC, CBS, CNN – vous les connaissez tous.

« La Maison Blanche a déclaré jeudi que la communauté du renseignement ne dispose pas de preuves concluantes que des agents du renseignement russe ont encouragé les Talibans à attaquer les troupes américaines en Afghanistan. Cette évaluation, révélée jeudi alors que les États-Unis annonçaient une série de nouvelles sanctions contre le gouvernement russe, met à mal l’une des attaques les plus vives que Joe Biden et d’autres démocrates ont lancées contre l’ancien président Donald Trump pendant la course à la Maison-Blanche de 2020. Joe Biden a attaqué Trump à plusieurs reprises pendant la campagne pour ne pas avoir tenu tête au président russe Vladimir Poutine alors que son administration était au courant de renseignements suggérant que des agents russes offraient des primes aux Talibans. Mais jeudi, Jen Psaki, porte-parole de la Maison Blanche, a déclaré qu’après avoir examiné ces rapports classifiés, la communauté du renseignement a déterminé qu’elle n’avait qu’une « confiance de faible à modérée » dans leur authenticité. Elle a déclaré que cela était dû en partie à la façon dont les renseignements ont été obtenus, notamment par des interrogatoires de détenus afghans ».

Ahhh, non. Ce n’est pas « une confiance de faible à modérée », ces rapports promus par le Parti démocrate et Biden sont des foutaises complètes car :

1. Si la Russie voulait vraiment provoquer une effusion de sang en Afghanistan, elle dispose d’un certain nombre d’outils pour le faire, depuis les opérations clandestines contre les troupes américaines jusqu’à l’approvisionnement direct des Talibans (officiellement désignés comme une organisation terroriste en Russie) ou d’autres groupes avec toute une série de jouets qui augmenteraient les pertes américaines sur place. Après tout, toutes sortes de groupes font le commerce d’armes en Afghanistan aujourd’hui, et beaucoup de ces armes proviennent d’anciennes bases de stockage de l’ancienne Asie centrale soviétique. Vous voyez où je veux en venir. En d’autres termes, si la Russie veut infliger la douleur, les États-Unis la ressentiront. La question principale est : pour quoi faire ? Quelqu’un a-t-il des raisons rationnelles pour que la Russie le fasse ? Pas moi.

2. La Russie a, en fait, intérêt à ce que les États-Unis restent en Afghanistan, en partie pour les raisons suivantes : compte tenu du contexte actuel des relations désastreuses entre la Russie et les États-Unis, la guerre américaine dans ce pays peut servir d’exemple de la manière dont il ne faut pas poursuivre la guerre, mais aussi parce que la Russie a sincèrement intérêt à ce que les États-Unis lient pour l’instant, même si c’est de manière très inefficace, toutes les forces islamiques fondamentalistes qui, sinon, commenceraient à se déplacer vers le nord de l’Afghanistan vers les anciennes Républiques soviétiques d’Asie centrale, aujourd’hui des États indépendants. En ce sens, les États-Unis et la Russie sont des alliés improbables, compte tenu de la propension des États-Unis à soutenir toutes sortes de terroristes.

Aujourd’hui, même la propre communauté du « renseignement » de Biden affirme que toute cette histoire a la même véracité que celle du programme d’ADM de l’Irak ou que les films de Michael Bay sont des documentaires. Une telle déclaration de Psaki place toutefois les choses sous un drôle d’angle :

« Psaki a ajouté que les services de renseignement américains ont des preuves que le renseignement militaire russe, connu sous le nom de GRU, interagit avec des individus dans les réseaux criminels afghans ».

Ahh, et si les États-Unis étaient de mèche avec les gens qui ont massacré près de 3 000 Américains le 11 septembre ? Je dis ça comme ça.

Mais, de toute évidence, pour la justice américaine, c’est l’Iran qui a commis le 11 septembre, non ?

« L’Iran a été condamné à payer des milliards aux proches des victimes du 11 septembre ».

Alors, comprenez-vous maintenant pourquoi Vladimir Poutine n’a pas accepté « l’invitation » de Joe Biden ?

« Le Kremlin … a déclaré que le sommet proposé « dans un pays tiers au cours des prochains mois » ne pourrait pas être organisé dans un délai aussi court, et a refusé de dire si la Russie accepterait l’invitation de Joe Biden au sommet virtuel sur le climat prévu la semaine prochaine ».

À quoi bon ? Pour parler de quoi ? On omet de dire de qui il s’agit. Les États-Unis se sont mis eux-mêmes dans le pétrin militaro-diplomatique de leur propre chef en essayant de jouer au plus malin autour de l’Ukraine avec de très mauvaises personnes, puis ils se sont rappelés que la Russie avait des forces armées plutôt compétentes, et tout à coup il s’agit de sauver la face, celle des États-Unis. Eh bien, la diplomatie de la Russie est bien plus ancienne que celle des États-Unis en tant que pays et les Russes ont combattu des ennemis bien plus durs que les États-Unis. Je pense que la décision du Kremlin d’éviter de parler à Biden ou, plutôt, à ceux qui le contrôlent, est une décision solide et le spectacle politique de mauvais goût qui s’ensuit à Washington et à Bruxelles est amusant à observer.

En ce qui concerne les nouvelles sanctions imposées à la Russie, comme j’ai fait référence au célèbre élément de terre rare russe appelé boltium il y a quelques années, vous pouvez tous retrouver la description de cet élément vraiment rare dans le tableau périodique ici, comment l’élément russe boltium interagit avec un autre élément, connu en Occident – le sanctionium, clin d’œil. C’était il y a trois ans, depuis lors, le boltium, pour une raison quelconque, a augmenté son action corrosive sur le sanctionium et beaucoup ne comprennent toujours pas pourquoi.

Laissons donc l’administration de Biden travailler dur sur la « désescalade et le processus diplomatique » avec la Russie. Je suis sûr qu’ils sont à pied d’œuvre en ce moment et qu’ils essaient désespérément de compter les jours avant que la Russie ne termine son exercice militaire à sa frontière occidentale et permette aux États-Unis de revendiquer un succès diplomatique en « dissolvant » la situation. Bien sûr. En attendant, reste-t-il une seule personne compétente à l’intérieur du Beltway, qui ne soit pas empoisonnée par un dangereux élément de terre rare qui n’existe qu’à l’intérieur du Beltway : le sanctimonium ? Simple question.

source : https://smoothiex12.blogspot.com

traduit par Réseau International



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *