La région a servi de carrefour d’empires pendant des siècles entre l’Europe et l’Asie. Et dans l’histoire moderne, les intrus étrangers ont confondu de nouvelles réalités poignantes – États en faillite, peuples humiliés, économies paralysées, inégalités et pauvreté extrêmes, environnements dévastés, ressources pillées, géographies conflictuelles et radicalisme violent.

L’accord historique Chine-Iran signé le 27 mars à Téhéran lors de la visite du conseiller d’État et ministre des Affaires étrangères chinois Wang Yi est en cours de négociation depuis la visite en 2016 du président chinois Xi Jinping à Téhéran. Les nombreuses visites du ministre iranien des Affaires étrangères Javed Zarif en Chine ces dernières années ont témoigné de la grande importance que Téhéran accordait aux négociations qui ont culminé avec la cérémonie officielle de signature à Téhéran samedi, qui marquait également le 50ème anniversaire de l’établissement de relations diplomatiques entre ces deux « États-civilisation » du XXIe siècle qui ont bénéficié d’une vaste continuité historique et d’une unité culturelle à travers une large région géographique à travers les millénaires.

Le texte du document convenu n’a pas encore été mis dans le domaine public mais, d’une manière générale, nous pouvons déduire de la déclaration conjointe publiée le 27 mars que l’accord conclu lors de la visite de Xi pour porter le commerce bilatéral à 600 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie a été mis en œuvre. En fait, la déclaration conjointe commence par invoquer la visite de Xi. Deux documents supplémentaires signés par les deux pays concernent le « protocole d’accord sur la promotion conjointe de la ceinture économique de la Route de la Soie et de la Route de la Soie maritime du XXIe siècle » et le « protocole d’accord sur le renforcement des capacités industrielles et minérales et des investissements », en vertu duquel les deux parties « développeront la coopération et les investissements mutuels dans divers domaines, notamment les transports, les chemins de fer, les ports, l’énergie, l’industrie, le commerce et les services ».

La déclaration conjointe indique qu’étant donné leurs avantages économiques relatifs, les deux parties renforceront leur coopération dans le domaine de l’énergie. L’Iran fournira du pétrole et du gaz à la Chine tandis que la partie chinoise « envisagera de financer et d’investir dans des projets en amont et en aval des industries énergétiques » en Iran. Là encore, une coopération économique de grande envergure est envisagée, couvrant les investissements et les échanges commerciaux, les banques, le financement, l’exploitation minière, les transports, les communications, l’espace, les industries manufacturières, le développement des ports, la modernisation et l’expansion des réseaux ferroviaires iraniens, l’introduction de systèmes ferroviaires express en Iran, l’agriculture, les ressources en eau, la protection de l’environnement, la sécurité alimentaire, la lutte contre la désertification, le dessalement de l’eau, l’utilisation de l’énergie nucléaire, etc. Un « Mémorandum d’Entente pour le Renforcement de la Coopération en matière d’Investissement » bilatéral est consacré à cet aspect et à l’échange de savoir-faire et de technologies.

Pourtant, la portée du pacte dépasse de loin le commerce et l’investissement. Un commentateur des médias d’État chinois a noté : « En l’état actuel des choses, cet accord va totalement bouleverser le paysage géopolitique dominant dans la région de l’Asie occidentale qui a si longtemps été soumise à l’hégémonie des États-Unis ». La déclaration conjointe indique que le partenariat stratégique global représente « un accord majeur dans tous les domaines des relations bilatérales et des questions régionales et internationales ». Elle ajoute : « La situation régionale et internationale connaît actuellement une évolution profonde et complexe. Dans ces circonstances, les deux parties soulignent l’importance de la coopération entre les pays en développement dans les affaires internationales et s’engagent à déployer des efforts conjoints en vue de la réalisation de la paix, de la stabilité et du développement dans la région et dans le monde entier ».

Il est intéressant de noter que la déclaration conjointe souligne que « la Chine attache de l’importance au rôle effectif de l’Iran en tant que puissance régionale et évalue positivement le rôle de l’Iran dans les activités menées dans le cadre de l’Organisation de Coopération de Shanghai et soutient la demande de l’Iran de devenir membre à part entière de l’Organisation ». Bien sûr, c’est une façon de dire au monde que la Chine n’accepte pas l’isolement de l’Iran de la communauté mondiale. Il est concevable que la Chine et la Russie soient sur la même longueur d’onde.

Les États-Unis ont largement contribué à donner une raison d’être à un tel pacte. Ni la Chine ni l’Iran n’attendent de bonne volonté de la part des États-Unis. Ils ont l’impression que l’esprit de confrontation des États-Unis ne fait que se durcir sous la direction du président Joe Biden. Quant à Téhéran, il n’a plus l’espoir que Biden relance le JCPOA ou lève les sanctions de sitôt. Ainsi, il ne fait aucun doute que la riposte à l’unilatéralisme et aux sanctions des États-Unis est un leitmotiv du partenariat stratégique Chine-Iran.

L’intérêt de la Chine consiste à « élargir » ce leitmotiv pour englober ses relations avec les États régionaux dans leur ensemble. La tournée régionale de Wang a couvert l’Arabie Saoudite, la Turquie, l’Iran, les Émirats Arabes Unis et Oman. Le fait qu’il se soit rendu en Iran via l’Arabie Saoudite est à la fois symbolique et important. Lors de sa rencontre à Riyad le 24 mars avec le prince héritier saoudien Mohammed ben Salman, Wang a déclaré que la Chine soutenait l’Arabie Saoudite dans la sauvegarde de sa souveraineté, de sa dignité nationale, de sa sécurité et de sa stabilité, et qu’elle s’opposait à toute ingérence dans les affaires intérieures de l’Arabie Saoudite, sous quelque prétexte que ce soit. Le prince Mohammed a affirmé en réponse que l’essor de la Chine est propice à la paix, la stabilité et la prospérité mondiales, ainsi qu’à un développement mondial plus équilibré.

Le prince héritier a exprimé l’espoir que les deux pays renforceront la coopération en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme afin d’élever les liens bilatéraux à un niveau supérieur. Le prince héritier a déclaré que l’Arabie Saoudite « soutient fermement la position légitime de la Chine sur les questions liées au Xinjiang et à Hong Kong, s’oppose à toute ingérence dans les affaires intérieures de la Chine, sous quelque prétexte que ce soit, et rejette la tentative de certaines parties de semer la discorde entre la Chine et le monde islamique ».

En clair, l’Arabie Saoudite a sapé la campagne étasunienne actuelle contre la Chine concernant le Xinjiang. C’est un camouflet pour l’administration Biden. En fait, la tournée régionale de Wang témoigne de la réalité du terrain, à savoir que les diatribes des États-Unis contre la Chine ne trouvent pas preneur. Les États de la région sentent que les États-Unis sont animés par une vive rivalité à l’égard d’une Chine en plein essor, prête à les dépasser dans un avenir proche en tant que première superpuissance mondiale. Ils refusent de prendre parti dans cette rivalité.

L’essentiel est là : La Chine a introduit, après une évaluation minutieuse de la dynamique du pouvoir en Asie de l’Ouest, certains principes communs qui sont également applicables dans toute la région pour servir de base à ses relations avec les pays de la région. L’objectif non avoué est d’encourager les États de la région à adopter des politiques étrangères indépendantes, en secouant le joug occidental, en particulier l’hégémonie des États-Unis. Mais la méthode employée par la Chine pour y parvenir est radicalement différente des tactiques coercitives et souvent violentes que les puissances occidentales ont traditionnellement adoptées dans la région.

La Chine n’a absolument aucun intérêt à utiliser la coercition comme instrument de « persuasion », même avec la Turquie qui possède une diaspora ouïghoure très active (qui a organisé une manifestation pendant la visite de Wang). Lors de la réunion avec Wang, le président Recep Erdogan a souligné le profond intérêt de la Turquie pour « le renforcement de la confiance mutuelle, la promotion de la synergie entre l’Initiative Ceinture et Route chinoise et le plan turc du « Corridor du Milieu », l’amélioration de la coopération dans des domaines tels que l’interconnexion et l’intercommunication, la construction d’infrastructures et l’investissement, la recherche d’un développement plus équilibré du commerce bilatéral et l’encouragement du règlement en monnaie locale – la Chine propose plutôt des relations égales ».

Erdogan a également fait part de l’appréciation de la Turquie pour l’initiative chinoise en cinq points visant à assurer la sécurité et la stabilité au Moyen-Orient et de sa volonté d’approfondir la communication et la coordination avec la Chine sur les affaires régionales. Fondamentalement, la projection par la Chine d’un programme constructif visant à développer un engagement « gagnant-gagnant » avec les États de la région gagne du terrain.

M.K. Bhadrakumar

Partie 2 : La Chine se positionne du bon côté de l’histoire
https://reseauinternational.net/le-pacte-chine-iran-change-la-donne-pa…

Partie 3 : Il n’y a pas de calendrier pour un lancement officiel
https://reseauinternational.net/le-pacte-chine-iran-change-la-donne-pa…

M.K. Bhadrakumar

source : https://www.indianpunchline.com

traduit par Réseau International





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *