« Complotiste », « fasciste », « populiste », on peut voir dans ces mots aux contours flous une façon d’attaquer l’adversaire dans un débat quand on est à court d’arguments solides, cherchant à le disqualifier. Plus que cela, on peut y voir une inversion accusatoire, la volonté de dissimuler certains intérêts cachés en utilisant des moyens rappelant les grandes heures du totalitarisme.

Nous avons eu droit dans les média mainstream à de nombreux articles ou éditos sur le complotisme. Or de loin la plus grande théorie complotiste des dix dernières années, celle qui a eu le maximum de conséquences en politique internationale ou nationale aux USA, est la théorie selon laquelle la Russie de Poutine a joué un rôle clé par son soutien dans l’élection de Donald Trump en 2016, théorie relayée par le New York Times et le Washington Post et reprise par tous les média libéraux à travers le monde.

La Cinq, comme environ 98% des média français, s’est faite l’écho à de nombreuses occasions, entre autres par le biais de son émission politique phare « C’est-à-dire », de cette théorie devant mener à un Russiagate, avec entre autres une « experte des Etats Unis » qui est venu à intervalles réguliers depuis le début du mandat de Trump en 2016 nous dire avec des airs dramatiques que la destitution de Trump était pour bientôt et que le New York Times et le Washington Post contenaient toutes sortes de révélations brûlantes sur l’implication de la Russie.

Cette chaîne comme la plupart des grands média français, n’a pas éprouvé le besoin de faire le moindre mea culpa lors de la sortie du rapport Robert Mueller le 19 avril 2019, fruit d’une enquête qui a coûté des dizaines de millions de dollars au contribuable américain, rapport de plus de 400 pages concluant à l’absence de toute charge contre Trump.

Or, ces jours-ci, avec toujours la même bonne conscience, se présentant en défenseur du camp du bien et de la vérité contre le mensonge, encore La 5 nous annonce une enquête à paraître sur le complotisme à propos des soutiens à Trump dont Q Anon et du film « Hold-up » concernant la Covid.

Ainsi, l’on voit que ceux qui ont répandu des années durant une thèse complotiste par excellence de grande envergure internationale, la supposition que le Président Trump a été élu en parti grâce à un soutien russe, sont les mêmes qui se spécialisent dans l’accusation de complotisme à l’égard des autres, qui donnent des leçons de déontologie journalistique, prêchant la lucidité face aux supposées fake news circulant sur les réseaux sociaux.

Tout cela serait risible si la puissance de propagande de ces chaînes ou journaux soutenus par l’argent public n’était à prendre en compte.

Concernant « Hold up », la 5 serait bien en peine de démontrer la fausseté d’une accusation centrale de ce film, selon laquelle un bon nombre des personnalités médicales qui se sont opposées à la proposition des professeurs Raoult et Perrone, d’un traitement par les médecins traitants en dehors du Doliprane dès les premiers symptômes des malades de la Covid, étaient l’objet de conflits d’intérêts, ayant reçu des sommes importantes des laboratoires comme Gilead à l’origine du remdesivir.

Complotisme ou pas, il s’agit là de faits qui ont été détaillés avec les montants reçus par chaque médecin. Or le camp du bien n’aime pas les faits quand ils s’opposent à son point de vue. Les dénonciations passées de Hold Up n’ont pas empêché son succès sur Internet aussi on peut penser que cette nouvelle enquête va élargir son audience.

Tout ceci n’est pas vraiment nouveau et cela fait longtemps que les défenseurs autoproclamés de la démocratie s’opposent régulièrement en toute bonne conscience aux principes démocratiques, en accusant leurs opposants de représenter une menace pour la démocratie.

En France, parmi les faits graves de cet ordre, on peut citer la façon dont, après le large rejet par les Français du projet de traité constitutionnel européen en 2005, Nicolas Sarkozy faisait avaliser un traité plus ou moins identique deux ans plus tard par voie parlementaire. Cela correspondait à une violation claire des principes de la Vème République. En effet, selon la constitution de la 5ème République, un référendum, un appel au peuple a une valeur supérieure à une loi ou une décision du Parlement.

Dans cette situation, les média mainstream ont soutenu l’avalisation par le parlement et seul le Front National parmi les grands partis s’y est opposé. D’autre part, le combat pour un contrôle ou un arrêt de l’immigration du FN correspondait et correspond toujours à une demande soutenue par une large majorité de Français depuis plus de 20 ans si l’on se fie aux sondages d’opinion, demande en opposition avec la politique suivie par les gouvernements successifs. Or, c’est le FN de Jean-Marie Le Pen qui a été systématiquement diabolisé, accusé de représenter un danger pour la République et la démocratie. Dans ces deux cas, on voit un parti qui prend des positions relativement en phase avec le peuple français, donc démocrate, se faire incendier pour le danger qu’il est supposer représenter pour la démocratie. Je fais cette remarque en dehors de toute politique politicienne et sans apporter un soutien quelconque au RN ou tout autre parti, il s’agit simplement de montrer les manipulations que l’on peut faire subir au thème de la démocratie.

Récemment sur Arte, on avait droit à une série de documentaires historiques sur le communisme et en particulier la Révolution d’Octobre. Pour moi, ne connaissant pas les détails de cette période, l’intérêt des documentaires était de montrer entre autres que la prise du palais d’Hiver qui a été le point d’orgue de cette révolution s’était déroulé pratiquement sans d’effusion de sang (cela viendra après), par l’organisation secrète et la ruse contrairement aux films et peintures de propagande supposés représenter cette prise avec de grands combats opposant la population de St Petersbourg aux soldats du tsar. Quand Léon Trotsky qui semble avoir été plus que Lénine l’homme d’action dans cette affaire, a lancé son putsch contre le palais d’Hiver, il n’avait pas le soutien de la Douma (le Parlement), du Tsar ou du peuple. On peut dire qu’avec Trotsky et ses camarades, on avait à faire à de sérieux complotistes, des modèles pour tous les complotistes actuels, des gens pour qui l’histoire se faisait à coup de complots en petits comités pour éliminer les adversaires et définir la ligne d’action à suivre à l’écart des processus démocratiques.

Le jour de cette prise du Palais, la plupart des habitants de Petrograd n’ont rien vu et vaquaient tranquillement à leurs occupations quotidiennes sans être conscients de ce qui se passait jusqu’à ce que l’on annonce la prise de pouvoir des Bolchevik et que Trotsky déclare avec une voix sinistre que Kerensky qui était soutenu par la Douma (le parlement russe) finirait « dans les poubelles de l’histoire », une expression assez colorée quelque peu passée de mode.

Cette révolution au caractère anti-démocratique évident, a été cependant considérée par les communistes comme la révolution du peuple, donc supposée démocratique, par opposition à la révolution de Février 1917 qui a eu droit à l’appellation de révolution bourgeoise pour avoir respecté les formes démocratiques et amené au pouvoir Kérensky.

Aussi, ce vendredi 5 Mars, écoutant l’annonce d’une prochaine enquête de la 5 sur le complotisme, je me suis dit que l’argument commençait à être usé jusqu’à la corde. Chaque fois qu’un journaliste de la 5 parlera de complotisme, les téléspectateurs un peu avertis verront son nez s’allonger comme dans Pinocchio. Mais ces médias sont-ils capables de cesser d’exploiter ce thème dans leur intérêt même, s’ils veulent préserver une certaine indépendance et ne pas dépendre entièrement de subventions de l’Etat ou de riches propriétaires intéressés, écouteront-ils mon conseil, là est la question.



Source link

One thought on “Complotisme, quand tu nous tiens… — Enfant de la Société — Sott.net”
  1. Rappel : juste pour en finir avec l’emploi calomniateur du mot « complotiste » – qui est un abus de langage et un terme accusatoire choisi – volontairement jeté à la face de quiconque ose contester le gestapisme mondialiste, actuellement répandu en France par la Komandantur du IVe Reich Macroniste.

    Exemple : aujourd’hui, parler d’épidémie, de Plandémie, ou simplement évoquer la réalité létale de la thérapie génique – abusivement dénommée vaccins -, vous conduit ipso facto dans la catégorie des complotiste. Et demain (allez savoir ?), dans celle des « terroristes » sociaux.

    Comme quoi, la Roulure despotique actuelle – confinée dans la fumée satanique de ses pulsions criminelles -, ne fais jamais dans la dentelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *