Monsieur le Président,

Monsieur le Bourgmestre,

Cher Paul Magnette,

Le débat que vous avez eu le 28 janvier avec Raphaël Glucksmann, via « Instagram Live » (voir https://youtu.be/pxXzE54_ijU) m’a désolé.

Je n’arrive pas à comprendre qu’un intellectuel de votre niveau puisse à ce point manquer d’esprit critique en cautionnant les fantasmes du tourne-veste Glucksmann. Pour rappel, en digne ou indigne fils de son père André (ancien maoïste devenu « nouveau philosophe » atlantiste et néolibéral), le petit Raphaël, lui, a connu quelques étapes assez croquignolesques : dans les années 2000, il a participé au groupe de réflexion néoconservateur le Cercle de l’Oratoire défendant la guerre d’Irak et s’en prenant à l’antiaméricanisme ; puis, de 2005 à 2012, il a été conseiller de Mikheil Saakachvili, le controversé Président de Géorgie ; après un passage à Alternative libérale, le voilà, en 2008, qui s’oriente « à gauche » en lançant le parti Place publique (PP), avant d’être élu aux élections européennes en 2019 sur une liste réunissant le PP, le Parti socialiste et Nouvelle Donne. Sa nouvelle marotte, sinon sa nouvelle croisade : forcer l’Europe à boycotter les produits en provenance du Xinjiang au prétexte que les Ouïghours y seraient maltraités.

Bien évidemment, le combat pour responsabiliser les multinationales et pour introduire des normes sociales et environnementales dans le commerce international est un bon combat. Bravo à tous ceux, jeunes et moins jeunes, qui refusent le fatalisme face aux diktats de la globalisation ! Personne n’a d’ailleurs oublié la part décisive que vous avez prise, en tant que Ministre-Président de la Région wallonne, dans le refus du CETA tel qu’on voulait nous l’imposer.

Mais quelle mouche vous a piqué de mêler les Ouïghours à ce noble combat ?

Comment avez-vous pu écarter d’un revers de la main les études sérieuses contestant le bien-fondé des accusations portées contre la Chine à propos de sa politique au Xinjiang ? (*) Comment avez-vous pu déclarer qu’« il n’y a pratiquement plus personne qui nie le phénomène des persécutions des Ouïghours » ? L’argument d’autorité que vous brandissez (« la quasi-unanimité du Parlement européen » pour condamner la Chine) ne tient pas la route, pour peu qu’on prenne du recul. Que faites-vous de l’avis du Conseil des ministres des affaires étrangères de l’Organisation de la coopération islamique qui a adopté, en mars 2019, une résolution saluant les efforts de la Chine dans la prise en charge de ses citoyens musulmans ? Que faites-vous de la déclaration commune de plus de 60 pays faite en octobre 2019, lors d’une réunion de la troisième commission des Nations unies, une déclaration félicitant le Xinjiang pour ses grands progrès en matière de droits de l’homme ? Que faites-vous du groupe de 46 nations qui a exprimé son soutien à la position, aux mesures et aux résultats de la Chine devant la 44e réunion du Conseil des droits de l’homme des Nations unies à Genève en juillet 2020 ? Que faites-vous de la cinquantaine de pays qui ont soutenu les mesures de la Chine au Xinjiang lors du débat général de la troisième commission de la 75e Assemblée générale des Nations unies en octobre 2020 ? Leur avis compte-t-il si peu à vos yeux ?

Est-ce que le centre d’études du PS, l’IEV (Institut Émile Vandervelde) aurait mis la clé sous le paillasson ?

Comment l’universitaire que vous êtes a-t-il pu faire l’économie de l’examen critique des sources censées prouver la « persécution » du peuple ouïghour ? Pourquoi ne vous êtes-vous pas interrogé préalablement sur la fiabilité des médias dominants qui se recopient l’un l’autre et sur les ONG qui sont pour la plupart financées par le NED (New Endowment for Democracy, rejeton de la CIA) ? Vous auriez ainsi évité d’estimer « complètement hallucinant » l’avis de ceux qui n’adhèrent pas à vos vues.

Ce qui en réalité est hallucinant, c’est la rafale des accusations gratuites lancées par vous et Glucksmann : persécutions (10 fois), répression, éradication d’un peuple, déportation d’un peuple, enfermements, détention arbitraire, camps (6 fois), camps de concentration (3 fois), système concentrationnaire, esclaves, esclavagisme, esclavage (8 fois), tortures, campagnes de stérilisation (2 fois), crimes (7 fois), crimes contre l’humanité (5 fois), massacres, génocide, et j’en passe peut-être. Or, il n’est pas une seule de ces accusations qui résiste à une déconstruction rigoureuse.

Ce qui est hallucinant, c’est que, pas une seule fois au cours d’un entretien qui a duré 38 minutes 41 secondes, n’apparaissent les mots terrorisme et séparatisme, alors pourtant que ce sont ces terribles réalités qui expliquent que Pékin a dû prendre des mesures sévères pour protéger la majorité de la population désirant vivre en paix et pour tenter de « déradicaliser » les individus fanatisés. Qu’on puisse éventuellement se demander si ces mesures ne sont pas disproportionnées, c’est légitime, mais ce qui l’est moins, c’est de fermer les yeux sur les attentats terroristes islamistes d’une extrême violence ayant provoqué la mort de centaines d’innocents au Xinjiang et hors Xinjiang. Pourriez-vous par ailleurs ignorer que des milliers de combattants ouïghours sont venus grossir les rangs de Daech ? Et les liens entre le WUC (World Uyghur Congress) et les sinistres « Loups gris » vous laisseraient-ils indifférents, vous et Glucksmann ?

Ce qui est hallucinant, c’est que les arguments de la RPC soient tout simplement considérés comme nuls et non avenus, comme si les Chinois ne pouvaient être que des menteurs ? Ces préjugés, que l’on a vus revenir en force avec des connotations racistes à l’occasion de la pandémie, sont tout simplement ineptes dans une perspective géopolitique : ils empêchent de comprendre que notamment la question ouïghoure n’est qu’un abcès de fixation entretenu par les États-Unis sur les flancs de la Chine qui a commis le crime de lèse-majesté d’être (re)devenue la première puissance économique mondiale.

Quand Glucksmann proclame : « Le régime chinois aujourd’hui, c’est un mixte entre un héritage communiste concentrationnaire autoritaire et l’ultra-capitalisme (…) C’est la rencontre entre le pire du communisme du 20e siècle avec le pire du capitalisme actuel », j’ai été peiné de vous voir hocher la tête en signe d’acquiescement. Comment le professeur d’université que vous êtes, peut-il approuver de telles âneries ? Il est pourtant évident que ce qui caractérise la politique de la RPC depuis une bonne quarantaine d’années, c’est un mixte entre un vrai pouvoir politique et l’initiative privée – qui a réussi à tirer de la pauvreté 800 millions de citoyens, dont 3 millions au Xinjiang au cours de ces six dernières années. Comme pire, on peut faire mieux…

Qu’est-ce qui vous autorise à parler d’un « travail forcé, mal payé ou pas payé du tout », alors que le PIB du Xinjiang a connu en 2020 une hausse de 3,4 % et que le taux de croissance annuel du revenu disponible par habitant des habitants du Xinjiang a été de 9,1 % ? Qu’est-ce qui autorise Glucksmann à parler de la « possibilité que ce soient des esclaves ou des enfants qui produisent » ? Ces accusations sont simplement indécentes s’appliquant à la Chine, alors que ce fléau a été éradiqué en Chine, mais qu’il continue à sévir dans de nombreux pays dont l’Inde où l’ONG Humanium dénombre 60 millions d’enfants qui travaillent, dont 10 millions en servitude (mais, bien sûr, l’Inde, ce n’est pas la Chine ; c’est une démocratie…)

J’ai trouvé la fin de votre débat avec Glucksmann plutôt pathétique. Il y a eu, d’une part, l’hommage qu’il vous a rendu, comme d’un disciple à son maître, pour « les idées qui doivent être au principe de toute action politique : « Les Belges doivent se rendre compte de la chance qu’ils sont de t’avoir ! », et, d’autre part, votre renvoi d’ascenseur : « Tu ne voyais pas défiler les commentaires…, mais plein, plein, plein, plein de gens qui disent ‘Raphaël Président’ ! » Ouf ! le peuple de gauche peut enfin voir l’avenir avec optimisme…

En tant que carolo d’origine, j’ai été particulièrement peiné d’apprendre que la Ville de Charleroi est la première entité wallonne à voter une motion contre « les persécutions du peuple ouïghour en Chine ». Ça me rappelle les initiatives prises, il n’y a pas si longtemps, par certaines villes de France et de Belgique sous la pression des mouvements « Free Tibet », n’hésitant pas à arborer le « drapeau tibétain » cher aux nostalgiques de l’Ancien Régime théocratique, flirtant avec le séparatisme. J’ose espérer qu’on ne verra jamais flotter sur l’Hôtel de Ville de Charleroi le drapeau du « Turkestan oriental »…

Accepteriez-vous un débat avec des personnes, comme Frank Willems, Emmanuel Wathelet ou Maxime Vivas qui ont spécialement étudié la question ouïghoure ? Ce serait sûrement plus intéressant que la discussion monodique que vous nous avez offerte ? J’ose l’espérer.

D’ici là, je vous assure de ma considération toujours amicale, mais consternée.

André Lacroix

enseignant retraité

cofondateur en 1981 du SEL-SETCa-FGTB

(*) Petite liste non exhaustive (par ordre chronologique de parution)

– Sonia Bressler (philosophe française), Les travailleurs du Xinjiang, éd. Les Routes de la Soie, 2017 ;

– Jens Berger (journaliste d’investigation allemand), Meinungsmache mit eninem dubiosen « China-Experten », in “NachDenkSeiten, 25/11/2019 ;

– Frank Willems (grand connaisseur belge de la Chine), Ouïghours en Chine : génocide ou fake news ?, sur « Michel Midi » », YouTube d’ « Investig’Action », 09/01/2020 ;

– Ajit Singh (journaliste canadien), Inside the World Uyghur Congress : The US-backed right-wing regime change network seeking the ‘fall of China’, in “The Grayzone, 05/03/2020 ;

– Albert Ettinger (chercheur luxembourgeois), http://tibetdoc.org/index.php/politique/chine-en-general/532-la-chine-…, 03/04/2020 ;

– Bruno Guigue (politologue, ancien haut fonctionnaire français), https://www.legrandsoir.info/la-cause-ouighoure-coqueluche-de-l-occide…, 23/07/2020 ;

– Lionel Vairon (sinologue, ancien diplomate français, décédé le 22/12/2020), Xinjiang : a convenient target to destabilize China, CGTN, 25/07/2020 ;

– Jacques-Marie Bourget (essayiste français, chevalier de la Légion d’honneur), https://www.legrandsoir.info/palestinien-fais-toi-naturaliser-ouighour.html, 29/07/2020 ;

– Collectif QIAO (collectif de médias chinois de la diaspora), Xinjiang : un rapport et une compilation des ressources, 21/09/2020 ;

– Maxime Vivas (journaliste et écrivain du Sud-Ouest), Ouïghours – Pour en finir avec les fake news, éd. Les Routes de la Soie, décembre 2020 ;

– Danielle Bleitrach (sociologue française), https://histoireetsociete.com/2021/01/10/xinjiang-et-ouighours-ce-quon…, 10/01/2021 ;

– Ben Norton (journaliste américain), NY Times’ pseudo-expert accusing China of genocide worked for far-right cult Falun Gong’s publicity arm, in “The Grayzone, 28/01/2021 ;

– Emmanuel Wathelet (docteur en communication belge), sur son « Blog du radis » : Les mensonges d’Amnesty International sur la Chine, 21/12/20 et Fakes news, attrapez-les toutes !, 31/01/2021.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *