par Danielle Bleitrach.

« 1 million de musulmans ouïghours dans les camps de concentration ! » … « Nettoyage ethnique et génocide culturel ! » … les médias occidentaux sont très efficaces pour utiliser des phrases émotionnelles. Mais quelle est la vraie histoire ? Allons au-delà de l’exagération, de la distorsion et du sensationnalisme.

Tout d’abord, les médias ne montreront jamais les parties pacifiques et prospères du Xinjiang :

                                               Grand Bazar à Urumqi, capitale du Xinjiang

Et les médias occidentaux ne parleront pas des milliards de dollars que la Chine a investis dans le Xinjiang, modernisant les villes, construisant 21 aéroports, reliant la région aux trains etc. Voici une vidéo d’Urumqi, la capitale du Xinjiang. Voyez à quel point elle est prospère :

Bullet Train 2
                                                Chemin de fer à grande vitesse au Xinjiang
                                               En 2018, les 21 aéroports du Xinjiang ont traité 33 millions de passagers

Les efforts du gouvernement chinois se reflètent dans la croissance exponentielle du PIB de la région du Xinjiang. En 2020, l’extrême pauvreté au Xinjiang a été complètement éliminée !

***

En ce qui concerne la minorité musulmane, il y a des milliers de mosquées au Xinjiang, une région dont l’histoire remonte à plus de 2 000 ans lorsque l’ancienne route de la soie reliait la Chine à l’Italie et à la Grèce. En Chine, il y a des mosquées qui ont été construites au Xème siècle, ce qui démontre la tolérance et le respect des droits religieux dans la société chinoise.

zz mocsque combo
                                    Il y a environ 20 000 mosquées au Xinjiang

Beaucoup d’Occidentaux ne comprennent pas que les Ouïghours ne sont pas les seuls musulmans en Chine. Il y a aussi plus de 20 millions de musulmans « Hui », qui sont différents des Ouïghours et vivent en paix dans toute la Chine. Ensuite, il y a d’autres groupes ethniques musulmans chinois comme les Kazakhs, les Kirghizes, les Tatars, les Ouzbeks, les Salars, et ainsi de suite, qui n’ont pas non plus de problèmes avec le gouvernement.

***

En ce qui concerne la liberté religieuse, il y a des milliers d’imams qui dirigent les mosquées du Xinjiang; et voici Abudulrickv Tumyazi, président de l’Association islamique du Xinjiang, donnant une interview :

Comme quelques autres provinces, le Xinjiang est une région « autonome », ce qui signifie qu’il est géré par des Ouïghours pour la plupart. Par exemple, le gouverneur actuel est Shohrat Zakir, un Ouïghour qui est aux commandes depuis 2014.

A retenir également deux pépites d’information : le Xinjiang est une région très vaste, quatre fois plus grande que la Californie (!) ; et les Ouïghours ne font qu’environ 40% de la population du Xinjiang. Dans l’ensemble, les Ouïghours ne représentent que 0,7% de la population chinoise. C’est à peu près le même pourcentage que la population amérindienne aux États-Unis maintenant.

Est-ce que cela ressemble à un génocide ?

Considérez les faits suivants et demandez-vous s’ils sonnent comme un génocide des Ouïghours :

  • Les Ouïghours ont été exemptés de la politique de l’enfant unique initiée par la Chine en 1978.
  • La population ouïghoure au Xinjiang a doublé au cours des quarante dernières années. Entre 2010 et 2018, la population ouïghoure du Xinjiang a augmenté de 25% (tandis que la population han de cette région a augmenté de 2%).
  • En outre, l’espérance de vie au Xinjiang est passée de seulement 30 à plus de 74 ans depuis 1949.
  • Les Ouïghours (et d’autres minorités en Chine) obtiennent également de nombreux traitements préférentiels – discrimination positive – dans les collèges et d’autres domaines.
  • Le PIB du Xinjiang a augmenté de 1 000% au cours des 20 dernières années; et la pauvreté absolue dans la région a été totalement éradiquée.

Les Ouïghours vivent plus longtemps, augmentent en population et deviennent plus riches. Quelle étrange façon pour la Chine d’éliminer les Ouïghours !

Tous les Ouïghours ne sont pas les mêmes

Maintenant, brisons les faits. Il existe quatre types de musulmans ouïghours :

  1. Ouïghours bien éduqués, musulmans modérés/laïcs
  2. Ouïghours pauvres et de classe moyenne inférieure
  3. Nomades
  4. Séparatistes et terroristes
Ouïghours modérés/laïcs

Ce sont des musulmans de la classe moyenne ou supérieure qui jouissent d’une vie normale, ont de bons emplois et s’intègrent facilement à la culture chinoise dominante. Il y a même des musiciens ouïghours populaires, rappeurs (voici un exemple), animateurs de télévision, politiciens, etc en Chine. Voici deux actrices ouïghoures célèbres – Guli Nazha et Dilraba Dilmurat. Il y a aussi des acteurs ouïghours masculins comme Merxat Yalkun.

zz actress combo
                                               Actrices ouïghoures

***

Les enfants ouïghours de familles instruites vont à l’école, vivent une vie normale et s’amusent beaucoup sur les médias sociaux comme Tik Tok (« Douyin » en Chine) :

Et voici un mariage ouïghour de classe supérieure, pour lequel évidemment la famille a dû dépenser beaucoup d’argent !

Politiquement, il y a aussi des Ouïghours puissants. C’est le cas d’Arken Imirbaki, vice-président du Congrès national du peuple depuis 2013. Plus important encore, il est membre du puissant Comité central du Parti communiste chinois.

Et puis il y a An Waer, l’ouïghour qui est l’ambassadeur de Chine à Bahreïn, le pays islamique du Moyen-Orient ! Voici les photos de Imirbaki et Waer.

***

Et les Ouïghours servent aussi dans l’armée chinoise. Voici quelques femmes ouïghoures dans l’APL (Armée populaire de Libération) :

Ouïghours de la classe ouvrière

Il y a aussi de nombreux Ouïghours de la classe ouvrière qui peuvent posséder des restaurants et des boutiques de cadeaux ou travailler comme artistes et artisans dans des lieux touristiques. Leur vie n’est pas mauvaise et la plupart d’entre eux n’ont pas d’ennuis avec le gouvernement. Voici un diaporama rapide :

Ouïghours vraiment pauvres

Ensuite, il y a vraiment de pauvres Ouïghours qui vivent dans des bidonvilles. Ce sont des cibles de choix pour le recrutement par les djihadistes. Beaucoup de ces enfants ouïghours travaillent dans les rues et cirent des chaussures ou aident leurs familles avec des travaux comme prendre soin des ânes, des chameaux etc.

Uyg kids 1+2

Lorsque le gouvernement chinois exige que ces enfants aillent à l’école, les médias occidentaux crient au meurtre sanglant. Quelle hypocrisie ! Si ces Ouïghours viennent aux États-Unis, les enfants seront également forcés de fréquenter l’école. Voici une école à laquelle le « méchant PCC » oblige les enfants ouïghours à assister :

img_5453

La plupart de ces enfants ne parlent même pas chinois, ce qui limite considérablement leurs capacités à trouver un emploi plus tard à l’âge adulte. Ainsi, quand ils apprennent le chinois à l’école, la propagande occidentale crie, « génocide culturel ». C’est de l’idiotie !

La BBC admet que le gouvernement « communiste » (alerte!) a dépensé 1,2 milliard de dollars au cours des cinq dernières années pour moderniser et construire de nouvelles écoles pour les enfants au Xinjiang. Cela devrait être applaudi, pas diabolisé !

img_5446

Le gouvernement chinois a fait un travail phénoménal pour sortir 3 millions de musulmans ouïghours de la pauvreté entre 2014 et 2019. Bien sûr, les médias occidentaux n’en parleront jamais.

Pleurnicher sur les réimplantations

Les observateurs de la Chine se plaignent sans cesse de la réinstallation des Ouïghours. Par exemple, dans cet article, la chaîne de propagande Radio Free Asia (RFA) s’écrie sur la façon dont environ 400 familles ouïghoures dans un village isolé ont été déplacées par le gouvernement chinois. Cependant, l’article admet que ces gens avaient l’habitude de vivre dans des maisons faites de boue et de roseau [herbe] ; et ils n’avaient pas la télévision, les téléphones, l’électricité ou même l’eau courante. Ce n’est pas la « culture ouïghoure » ; c’est tout simplement l’extrême pauvreté. Si vivre comme ça est si génial, pourquoi ne pas tous revenir au XVIIIe siècle ?

Voici un clip de 30 secondes sur la façon dont une ville désertique appelée Aktash au Xinjiang a été modernisée et a aidé à relocaliser 14 000 Ouïghours ultra-pauvres. Toute personne qui a vécu dans un pays en développement et vu la pauvreté sévère et les bidonvilles… appréciera la vertu de tels programmes.

Regardez cette vidéo rapide sur la façon dont le gouvernement chinois a aidé une famille rurale ouïghoure au Xinjiang à emménager dans un logement moderne et a aidé tous les membres de la famille à trouver un emploi. Il s’agit d’une véritable approche humanitaire qui met l’accent sur la réduction/suppression de la pauvreté.

Soit dit en passant, si ces Ouïghours continuaient à vivre dans l’extrême pauvreté, les têtes parlantes occidentales crieraient: « Oh, regardez, les Hans à Shanghai ont des gratte-ciel, tout en négligeant les pauvres Ouïghours vivant dans des maisons de boue. Vous ne pouvez pas plaire à ces spin-doctors sinophobiques.

***

Ouïghours nomades

Ensuite, il y a les Ouïghours qui sont éleveurs et nomades dans la vaste région du Xinjiang. Voici un diaporama rapide :

Bien qu’elles semblent romantiques, leurs vies ne sont pas compatibles avec les temps modernes. La plupart d’entre eux sont coincés dans l’extrême pauvreté et leurs enfants grandissent aussi complètement analphabètes. Parfois, le gouvernement chinois relocalise des dizaines de milliers de ces personnes dans les villes et leur donne des emplois, des logements gratuits, des soins de santé, etc. Bien sûr, les médias américains vont raconter cela comme « nettoyage ethnique ». (Le gouvernement a aidé des millions de Chinois dans d’autres régions à sortir de l’extrême pauvreté par des projets de relocalisation similaires également).

Beaucoup de ces nomades apprécient la nouvelle vie : « Avec le chauffage central, le gaz, l’eau courante, Internet et la télévision par câble, nous n’avons plus besoin de nous soucier de choses qui nous ont troublés dans le passé ».

img_5459

Parfois, si les parents ne veulent pas renoncer à leur vie nomade, le gouvernement peut déplacer les enfants dans des pensionnats, où ils obtiennent un logement gratuit, des repas et de l’éducation.

Séparatistes et terroristes

La Chine est aux prises avec le terrorisme depuis 1990, lorsque les moudjahidines ouïghours sont rentrés d’Afghanistan. Cependant, la Chine n’a pas raconté le problème terroriste auquel elle était confrontée au reste du monde. Alors, bien sûr, les médias occidentaux ont pris le contrôle du récit. Aujourd’hui, CGTN a sorti quelques documentaires (comme celui-ci), ce qui est un bon début. Voici un extrait d’une minute :

***

Histoire de la subversion occidentale

Ce qui n’est pas mentionné dans les médias grand public, c’est que l’Occident entretient le séparatisme au Xinjiang depuis les années 1950 ! Lorsque les communistes chinois ont gagné en 1949 (en battant la faction soutenue par les États-Unis, qui a continué à établir Taiwan comme la nouvelle fausse Chine), les États-Unis ont commencé à armer / financer les séparatistes au Tibet et au Xinjiang.

Des documents de renseignement déclassifiés dans les années 1990 montrent comment les États-Unis donnaient des millions de dollars chaque année à des dissidents tibétains, dont le dalaï-lama. Puis les États-Unis ont également formé des guérilleros tibétains au Népal ainsi qu’au Colorado.

Quant aux séparatistes du Xinjiang, les États-Unis ont fait entrer beaucoup de ces extrémistes en Allemagne dans les années 1970 et les ont aidés à fomenter un mouvement pour le « Turkestan oriental ». Actuellement, le soi-disant « Congrès mondial ouïghour » (CMU) est financé et glorifié par le gouvernement américain par le biais d’ONG telles que National Endowment of Democracy (NED) – qui a également joué un rôle majeur dans les affrontements place Tiananmen en 1989 (voir mon article) et les émeutes de Hong Kong (voir mon blog). NED n’est qu’un front pour les opérations de changement de régime par les États-Unis. Allen Weinstein était l’homme qui a joué un rôle clé dans la création de la NED au début des années 1980. Plusieurs années plus tard, il a ouvertement admis que « beaucoup de ce que nous faisons aujourd’hui a été fait secrètement il y a 25 ans par la CIA ».

En décembre 2020, NED a tweeté qu’elle finançait le séparatisme ouïghour depuis 2004. Pour vraiment le frotter, le tweet montrait Xinjiang avec le drapeau bleu « Turkestan ». Incroyable orgueil et chutzpah.

Comme l’a révélé l’homme politique, écrivain et journaliste britannique George Galloway, les États-Unis tentaient d’utiliser Ben Laden dans une guerre par procuration contre la Chine au début des années 1990.

La plupart des récentes histoires de propagande sur les atrocités proviennent simplement de témoignages par ouï-dire de membres de l’EUMC et de séparatistes. Il y a aussi des histoires d’horreur sur la collecte d’organes propagés par les membres du Falun Gong, une secte obscurantiste financée par des milliardaires chinois corrompus et en exil et par leurs alliés de l’extrême-droite nord américaine.

L’EUMC est dirigée par une femme nommée Rebiya Kadeer, qui était … la femme la plus riche de toute la Chine ! C’est à quel point elle était victime de discrimination en tant qu’Ouïghoure. Alors qu’elle répand toutes sortes de mensonges maintenant, ses petites-filles de retour au Xinjiang ont fait une vidéo qui montre comment les Ouïghours profitent des systèmes modernes de métro/et centres commerciaux haut de gamme qui disposent de magasins comme Gucci et Versace.

***

Fausses nouvelles et propagande d’atrocités

Quant aux allégations, il vaut la peine de citer un article du NY Times de 2014 qui qualifiait la procédure de refuge/d’asile « d’industrie du mensonge ». Il parle de la façon dont on a appris aux réfugiés de Chine et d’ailleurs à inventer des histoires d’horreur qui étaient, bien sûr, impossibles à vérifier. Plus tard, des fonctionnaires fédéraux américains ont secrètement enregistré des conversations d’avocats qui entraînaient leurs clients à mentir. L’article conclut que « la plupart des demandes d’asile étaient au moins partiellement fausses, allant de récits de persécution fabriqués de toutes pièces à des documents d’appui contrefaits et à des témoignages inventés ». Cependant, maintenant que la Chine est officiellement un ennemi géopolitique, toute allégation de séparatistes anti-Chine doit être totalement crue !

Radio Free Asia (RFA) – gérée par le gouvernement américain – publie et diffuse une quantité infinie de fausses nouvelles sur la Chine et les Ouïghours. La plupart des reportages de RFA sont des affirmations purement folles qui ne sont pas du tout fondées. Par exemple, une histoire sensationnelle récente est « La mosquée du Xinjiang a été remplacée par des toilettes ». Où se trouve la photo de l’ancienne mosquée ? Où se trouve la photo des toilettes ? Aucune n’apparaît. La photo de l’article n’a aucun rapport avec l’histoire et n’est pas datée. Si ce genre de journalisme à sensation est triste, ce qui est encore plus triste, c’est que des dizaines d’autres sites web et même certains médias grand public republient des articles de RFA.

Une autre source de propagande folle est les médias sociaux, où les gens postent de fausses photos et vidéos sensationnelles qui deviennent rapidement virales (révélant le QI moyen des gens sur les médias sociaux).

  • Par exemple, des séparatistes ouïghours/activistes ont publié une photo d’un homme aux yeux et aux lèvres cousus, et ont affirmé que la Chine faisait cela aux Ouïghours. Cependant, c’était une image d’il y a 17 ans d’un réfugié iranien au Royaume-Uni.
  • Dans un autre instant, une vidéo de la police indonésienne frappant un voleur a été postée comme « Chinois frappant un musulman pour avoir lu le Coran ». Et cette stupide vidé a eu des millions de vues.
  • Le président de la Fondation des projets ouïghours a tweeté une photo d’enfants dans le coffre d’une voiture et a affirmé que les Ouïghours étaient contraints à l’itinérance par la Chine cruelle. Eh bien, il s’est avéré être une photo de Roumains partant en vacances il y a plus d’une décennie en Allemagne !
  • Dans un autre cas, une photo d’un club de sexe/BDSM à Taiwan a été utilisée pour prétendre que les Ouïghours étaient torturés en Chine.
  • Une vidéo virale en 2020 affirmait montrer des Ouïghours menottés et les yeux bandés menés par la police. Il s’agissait en fait d’une vieille vidéo d’une autre province (Guizhou) où des non-Ouïghours (Han) se sont fait prendre dans une fraude financière massive (système pyramidal).

Quelques autres exemples mentionnés dans la vidéo ci-dessous.

Les fausses nouvelles dans les médias traditionnels

Les médias américains traditionnels ne sont pas meilleurs. Par exemple, Forbes voulait écrire un article sur le « travail forcé » dans le Xinjiang. Comme ils n’ont pas trouvé de vraie photo, ils sont allés chez Getty image et ont acheté une vieille photo – datant d’il y a dix ans – d’une usine de chaussures au Chili et l’ont utilisée à la place ! Aucune éthique journalistique.

Voici deux autres propagandes risibles des gens ordinaires. Tout d’abord, une journaliste du NPR, Emily Feng, a tweeté que la Chine a mis le marteau communiste, la faucille et l’étoile sur une mosquée. Cette personne ignorante ne sait même pas qu’un croissant de lune et une étoile est un symbole très islamique que l’on trouve dans les mosquées ainsi que les drapeaux de nombreux pays musulmans (comme sur les drapeaux du Pakistan et de la Turquie). BTW, voici le marteau et le symbole faucille. Puis il y a Timothy Grose, un professeur de l’Indiana, qui dit qu’un dentiste chinois enseignant à un enfant ouïghour comment se brosser les dents correctement est … un symbole de colonisation! La propagande américaine détruit vraiment les cellules cérébrales humaines.

Fin août 2020, BuzzFeed News a publié un article sensationnel qui affirmait que Baidu, l’application chinoise de google, cachait et blanchissait les « camps de concentration » sur les cartes ! Eh bien, devinez quoi ? Baidu ne cachait rien; et, plus important encore, les bâtiments inquiétants quand on recherche de quoi il s’agit se sont avéré être de beaux immeubles d’appartements de banlieue, dont certains sont classés cinq étoiles. C’est un journalisme tout à fait méprisable et contraire à l’éthique qui répand indûment des mensonges malveillants.

                                   Camps de concentration ou complexes d’appartements de luxe ?

Ensuite, il y a l’ASPI (Australian Strategic Policy Institute) – un faux groupe de réflexion australien – qui est financé par les gouvernements occidentaux (États-Unis, Royaume-Uni, Australie, etc.) et aussi par des fabricants d’armes comme Lockheed Martin. L’ASPI propage constamment la sinophobie. Comme Buzzfeed, il utilise également des images satellites pour prétendre que tout bâtiment au Xinjiang avec une clôture ou un mur est un « centre de détention » ou « camp de rééducation » ou « camp de concentration ». C’est un travail à plein temps de démystifier ces allégations délirantes. Le Global Times chinois a fait une enquête sur plusieurs coordonnées et publié les détails des bâtiments réels, qui allaient des écoles aux maisons de soins infirmiers. Voici un exemple d’une image satellite effrayante qui s’avère être une école primaire:

                                    « Mekit 4 »: coordonnées 38.9046N + 77.6153E

Et que diriez-vous de la photo iconique qui a été constamment utilisé par les médias occidentaux pour les deux dernières années ? Cette photo prétendument secrète est souvent la première (et la seule) preuve que les gens apportent pour l’existence de camps de concentration :

                                           Photo de 2014 utilisée à tort pour la propagande occidentale sensationnelle

Tout d’abord, la photo ci-dessus n’est pas un atout secret que bravent les journalistes occidentaux ou les espions obtenus héroïquement. C’est à partir du site Web d’un gouvernement chinois – voici le lien ! Ce fut un grand événement que le gouvernement local du Xinjiang a fièrement partagé pour montrer comment il lutte contre l’extrémisme. Deuxièmement, il ne s’agissait que d’un programme de déradicalisation de trois jours. La propagande occidentale en a fait sans vergogne un camp de concentration nazi.

1 million, 3 millions, qui s’en soucie ?

Il y a une chambre d’écho de fake news, où les gouvernements des États-Unis / ouest, les groupes de réflexion, les ONG et les médias répètent des allégations sans preuves, des théories du complot, et des mensonges. Cette relation incestueuse est révélée dans cette interview rapide avec Omer Kanat, Président du Congrès mondial ouïghour (CMU). Il dit à Max Blumenthal : « Nous pensons qu’il y a 1 million de personnes dans les camps d’éducation. On n’en est pas sûrs. C’est une estimation des médias.

L’histoire des « camps de concentration » est sortie pour la première fois en 2018 lors des intenses négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine. Coïncidence ? Pas du tout ! Début 2018, Radio Free Asia (RFA) a sorti cette histoire faisant l’effet d’une bombe, affirmant que 120 000 Ouïghours étaient détenus. (RFA est financé par le gouvernement américain et a été ouvertement exploité par la CIA pendant la guerre froide contre l’URSS).

Alors que l’accord commercial stagnait, les États-Unis ont fait monter les enchères et augmenté le nombre à 1 million ! Ceci était basé sur une fausse étude menée par un autre groupe financé par le NED du gouvernement américain appelé China Human Rights Defenders (CHRD), qui a travaillé avec un Allemand du nom d’Adrian Zenz – un fanatique absolu, d’extrême droite, chrétien et religieux – et il a inventé le chiffre d’un million.

Adrian Zenz

Tout ce que Adrian Zenz écrit au sujet de la Chine obtient aussitôt l’adhésion des médias occidentaux, est largement diffusé et pris comme une vérité jamais contredite. Ce théoricien du complot ne parle pas chinois, n’a visité la Chine qu’une seule fois (il y a 13 ans), et n’a jamais été un « érudit chinois ». Cependant, c’est un extrémiste religieux qui a co-écrit un livre sur le « ravissement » – le moment où Jésus reviendra prétendument et tous les non-chrétiens – ouïghours musulmans inclus – brûleront dans le feu. Cet individu en plein délire n’est qu’un outil de propagande pour les services secrets occidentaux.

Voyons comment Zenz a eu son chiffre de « 1 million ». Il en est venu à cette conclusion douteuse après avoir (prétendument) interviewé huit personnes ! Fondamentalement, il s’agit de parler à certains séparatistes de certains villages reculés du Xinjiang, obtenir de belles estimations rondes (250, 500 etc), et extrapoler / multiplier pour l’ensemble de la population ouïghoure ! Aussi, remarquez comment ils ne révèlent même pas le nom des villages ! Comment les autorités chinoises peuvent-elles vérifier ou réfuter ce travail ainsi exposé ? C’est absurde, sans un iota de logique ou d’objectivité ! Voici le lien vers l’étude réelle et une capture d’écran des « stats » :

                        Statistiques enfantines derrière le numéro « 1 million »

Puis un Américain – Gay McDougall – s’est rendu à une réunion du groupe des Nations Unies et a répété l’allégation d’un million. Bientôt, tous les grands médias ont crié que «l’ONU dit qu’il y a 1 million d’Ouïghours dans les camps ». Plus tard, un célèbre « activiste » ouïghour – Rushan Abbas – est allé sur Reddit et a gonflé le nombre à 3 millions ! Nous sommes devant une Propagande folle qui n’a pas de limite.

Les pays musulmans soutiennent la Chine

Cependant, au grand dam des propagandistes, aucun pays musulman n’achète le récit des « camps de concentration ». La Turquie est la plus proche des Ouïghours, d’origine turque. Le dirigeant turc Erdogan était en Chine en 2019 et a déclaré que les centres de réé éducation ouïghours n’affecteraient pas les relations sino-turques.

Erdogan Xi July 2019

L’Indonésie, le plus grand pays musulman du monde, a également déclaré qu’elle comprenait la situation difficile de la Chine face aux séparatistes. De même, le Pakistan, le Bangladesh, la Malaisie et même l’Arabie saoudite ont rejeté les histoires sensationnelles. De nombreux diplomates et journalistes ont visité ces camps du Xinjiang et en sont sortis rassurés. Même la Banque mondiale s’est rendu au Xinjiang en 2019 et a examiné les programmes professionnels et est revenue pleinement satisfaite !

Voici une vidéo de journalistes et de diplomates visitant une salle de classe dans un camp de rééducation au Xinjiang :

***

Oh, d’autre part, les États-Unis et l’UE ont même refusé de visiter ces camps. C’est beaucoup plus facile de s’asseoir et de diffuser de fausses nouvelles.

En 2019, 57 pays musulmans de l’Organisation du Conseil islamique ont exprimé leur soutien à la stratégie chinoise du Xinjiang. En 2020, 46 pays ont déclaré au Conseil des droits de l’homme de l’ONU qu’ils soutenaient la gestion par la Chine des musulmans et d’autres minorités.

D’autres pays ont aussi des programmes de déradicalisation! Et l’Europe lutte contre l’islam radical, ferme les mosquées, réglemente l’enseignement islamique, etc.

Un fait surprenant mais peu mentionné est que d’autres pays ont des programmes similaires! La Malaisie, par exemple, a ses propres programmes de déradicalisation pour les combattants de l’Etat islamique de retour de Syrie! Lorsque le Kazakhstan a un programme de réadaptation pour les personnes radicalisées, le New York Times écrit un article sympathique et fait ressembler le programme à Disneyland !

La France a essayé ses propres programmes de déradicalisation pour les extrémistes islamiques et maintenant elle dit qu’elle ne permettra pas « l’islam politique », sévira contre les séparatistes, et interdira le financement étranger de mosquées et imams (prédicateurs). Macron veut que seuls les imams certifiés par l’Etat enseignent dans les mosquées; et dit que les islamistes radicalisés sont les plus grandes menaces depuis Hitler ! Le Premier ministre français a déclaré que « l’islam radical » est l’ennemi. La France et de nombreux autres pays européens ont également fermé des mosquées, interdit l’enseignement à domicile, interdit la burqa, le niqab et même le hijab dans les écoles et les établissements publics. La France arrête même des enfants de 10 ans en vertu d’une loi appelée « excuses pour le terrorisme », si les enfants expriment les mauvaises opinions !

Hmmm… qu’en est-il de la liberté d’expression, de la liberté de religion, des droits de l’homme, du bla bla….?

Capture d’écran d’un article sur les camps de rééducation pour les terroristes en France :

L’Allemagne a aussi des programmes de déradicalisation et même un juge américain a condamné certains djihadistes à un programme proche de l’allemand ! Mais les gens du « China Bashing » sont obsédés par un pays. En 2020, l’Allemagne a déclaré que le Hezbollah était une organisation terroriste et a fermé de nombreuses mosquées. En 2016, l’Allemagne a interdit un autre groupe islamique et attaqué 190 mosquées.

Soit dit en passant, la Chine a déclaré fin 2019 qu’elle avait fermé tous ces centres de réadaptation et de formation professionnelle. Mais la campagne de dénigrement de l’Ouest se poursuit…

Une dernière note importante …

Une autre perspective historique : dans les années 1980, de nombreux Ouïgours se sont rendus en Afghanistan et ont rejoint la guerre des Moudjahidines contre l’Union soviétique. À la fin de la guerre en 1989, ces combattants radicalisés sont retourné au Xinjiang et ont apporté les maladies du wahhabisme et du djihadisme. En 1990, ils ont lancé une attaque terroriste majeure dans le canton de Baren. Lorsque la Chine commencé à sévir contre les djihadistes, beaucoup sont retournés en Afghanistan, ont été financés par Ben Laden (et l’Arabie saoudite?), et ont lancé un groupe terroriste appelé Mouvement islamique du Turkestan oriental (ETIM) vers 1998.

En 2002 (et à plusieurs reprises depuis), l’ONU a officiellement qualifié l’ETIM d’organisation terroriste liée à Al-Qaïda. Plus tard, ce groupe a changé son nom en Parti islamique du Turkestan (TIP), mais c’est la même organisation terroriste. Dans un geste tout à fait honteux, l’administration Trump a retiré l’ETIM de la liste terroriste après avoir perdu sa réélection en novembre 2020. Maintenant, les États-Unis peuvent financer, armer et former ouvertement les terroristes ouïghours. Pensez-y.

Ironiquement ou hypocritement, les États-Unis bombardent périodiquement les terroristes ouïghours de l’ETIM en Afghanistan et gardent même certains terroristes ouïghours à Guantanamo!

De 2008 à 2015, il y a eu beaucoup d’attentats terroristes – attentats suicides, explosifs, attaques au couteau, attaques de voitures, etc. – par les djihadistes ouïghours (voici un exemple) en Chine. Même pendant les Jeux olympiques de Pékin en 2008, des terroristes ouïghours ont lancé des attentats-suicides au Xinjiang. C’est alors que la Chine a décidé de vraiment sévir. Soit dit en passant, c’est aussi la raison pour laquelle la Chine a interdit Twitter, Facebook et Google, qui étaient tous opérant en Chine jusqu’en 2009. Lorsque la Chine a demandé des données sur les émeutiers et les djihadistes, les sociétés américaines de médias sociaux ont refusé. Oui, les médias américains et les médias sociaux sont tous des outils de révolutions de couleurs et un complexe militaire-espion.

En outre, au plus fort de la guerre en Syrie, environ 18 000 musulmans ouïghours radicalisés se sont rendus en Syrie et ont rejoint l’Etat islamique pour combattre Assad.

Vous trouverez ci-dessous un diaporama de terroristes ouïghours (membres de l’ETIM, du TIP, d’Al-Qaïda et de l’Etat islamique) et de leurs enfants radicalisés en Syrie.

Camp d’enfants de terroristes ouïghours

Rebelles ouïghours en Syrie

Drapeau du « Turkestan »

Radicaux ouïghours et leur école pour filles

Djihadistes ouïghours avec l’Etat islamique

Réfugiés ouïghours à Istanbul, Turquie

Enfants ouïghours à la frontière entre la Syrie et la Turquie

Des centaines de Chinois ont été capturés ces derniers mois en essayant de se faufiler hors de Chine sans passeport, et dans les pays d’Asie du Sud-Est, y compris le Vietnam.

    ***

    Conclusion

    Le Xinjiang a également beaucoup d’implications économiques. L’Initiative chinoise pour la ceinture et la route (BRI) a plus de 9 600 trains de marchandises qui traversent le Xinjiang, transportant des marchandises entre la Chine et l’Europe en 2020. Il y a aussi de nombreux pipelines de pétrole / gaz de l’Asie centrale qui passent par le Xinjiang pour alimenter l’économie industrielle de la Chine. Un Xinjiang instable fera des ravages sur l’économie chinoise.

    Belt and Road

    Le gouvernement chinois tente d’aider les pauvres et de combattre les djihadistes en même temps. Pendant que l’Occident pleure des larmes de crocodile, les Ouïghours dansent et chantent sur « Uyghur Got Talent » :

    Sur une note similaire, si vous allez sur YouTube, vous pouvez trouver de nombreuses chaînes ouïghoures, où ils ont des chansons et des danses – traditionnelles et modernes, feuilletons, talk-shows, jeux, et plus encore. Voici quelques-uns que j’ai trouvé par la navigation occasionnelle: Yurtum TVDiyarim MediaUyghur TelewiziyesiUyghur SongsUyghur Beauty, et Uyghur Song.

    Il y a aussi des conseils Pinterest comme celui-ci qui montre la prospère, belle culture ouïghoure.

    Un vlogger vraiment bon est « Anni du Xinjiang. » Elle voyage partout au Xinjiang et visite des magasins, des restaurants et même des maisons de gens ordinaires. Bien qu’elle parle en chinois et en ouïghour, ses vidéos sur la chaîne YouTube sont de merveilleuses ressources.

    En conclusion, les États-Unis ont vraiment besoin de corriger leur politique étrangère, qui est maintenant basée sur le chaos, la confrontation, les guerres par procuration, de machiavéliques stratégies de division et de conquête, mensonges, hypocrisie, désinformation, et une propagande sans fin. Les États-Unis ont besoin d’une approche positive fondée sur la coopération, la concurrence amicale et les politiques éthiques.

    source en Anglais: https://worldaffairs.blog/2019/07/05/xinjiang-and-uyghurs-what-youre-not-being-told/

    source traduit par : https://histoireetsociete.com/

    Source link

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *