Molécule d’ADN/Pour illustration/123.RF

Par : Aude Grezy pour The Conversation via Aphadolie

J’ai récemment vu sur Netflix un reportage intitulé « Sélection contre nature ». Cette mini-série s’interroge à propos des kits de modifications du génome que l’on peut acheter pour « jouer » chez soi au biologiste, dans le mode bio-hacking ou science participative (il y a débat). Ces kits permettent de modifier l’ADN contenu dans les bactéries de labo Escherichia coli, et la chose est perçue comme un simple travail d’édition sur un fichier Word. Comme si l’ADN était un texte où il suffit de couper, copier, coller… pour tout contrôler. Évidemment, c’est tentant !

Bien que les nouveaux outils utilisés dans ces kits, à l’instar de CRISPR/Cas9 ou du prime editing, permettent effectivement d’éditer « le texte » de l’ADN, présenter de la sorte la molécule support de notre hérédité est simpliste et ne permet pas d’appréhender sa si belle complexité. Car le texte de l’ADN ne se lit pas nécessairement de façon linéaire…

Contrôle à distance

La génétique est restée longtemps sans réponse à une importante question : comment la modification en un lieu donné du « texte ADN » peut-elle déclencher des perturbations dans un autre région, parfois beaucoup plus loin ? C’est un peu comme si une correction mineure en page six d’un roman entraînait la disparition d’une phrase entière en page dix… D’où vient cet effet à distance ?

Il s’explique en partie par le fait que l’ADN forme des boucles. Oui, des boucles. La page 6 de votre livre vous envoie directement en page 103, à la manière d’« un livre dont vous êtes le héros » ! À bien y réfléchir, un programme informatique comporte lui aussi des boucles de commandes, des commandes « if » et des « go to ». Alors pourquoi l’ADN n’aurait pas ses commandes ?

Si le livre a en général pour support du papier, c’est le chromosome qui porte l’ADN en l’associant à des protéines, ou plus précisément à travers un assemblage nucléo-protéique (c’est-à-dire de l’acide nucléique qu’est l’ADN avec une protéine). Or ce chromosome est emprisonné à l’intérieur du noyau d’une cellule, où il peut bouger et prendre différentes formes. Il n’est donc pas linéaire comme le texte des pages d’un livre. Sans compter qu’il peut faire l’objet de communications à distance, médiées par des molécules intermédiaires.

C’est ce que l’on observe quand les régions centrales des chromosomes – ou centromères – produisent de longs ARN – des acides nucléiques proches de l’ADN dont ils sont une copie – qui vont se positionner à l’extrémité des chromosomes, au niveau des télomères. On a alors l’impression d’assister à une représentation, un ballet de molécules autorisant des communications à distance. Et l’on comprend qu’une modification au centre d’un chromosome peut agir sur ses extrémités.

Des gènes plus ou moins éteints

Outre cette question de conformation spatiale de la molécule, il existe des régulations fines des gènes. Elles interviennent à la manière d’un variateur de lumière : un gène peut ainsi se retrouver éteint (en off), ou mis en service à niveau faible, moyen, ou fort (en on). Autrement dit, ce n’est pas parce qu’un gène est présent dans une cellule qu’il est utilisé. Et on le conçoit facilement : bien que possédant exactement le même ADN qu’une cellule nerveuse, une cellule musculaire n’utilise pas les mêmes gènes ! Elle doit choisir pour quels gènes appuyer sur on, et lesquels mettre en off

Autrement dit, posséder le texte ne suffit pas pour qu’il soit lu. Cette lecture est rendue possible par des protéines régulatrices venant se positionner sur la molécule d’ADN et y apposant parfois des modifications chimiques : un processus portant le nom d’épigénétique (« au-dessus du gène »), et donc, un contrôle au-dessus du texte !

Un gène peut ainsi se voir recouvert de méthylations, des modifications par ajout d’un groupement chimique qui vont ordonner sa position off. Et dans ce cas, même si vous changez sa séquence – une succession d’éléments de base de l’ADN (nucléotides) qui le constituent – il ne sera pas utilisé par la cellule. Pour qu’il devienne actif, pour le faire passer en position on, c’est donc la protéine responsable de la méthylation qu’il faudrait modifier. On peut aussi imaginer le rendre impossible à méthyler, mais sans certitudes : une autre régulation est susceptible de contrecarrer nos plans.

Un code bien complexe

En clair, pour changer une fonction, ce n’est parfois pas au gène qu’il convient de s’attaquer mais à sa régulation. Or celle-ci peut s’effectuer de bien des façons : une modification chimique, une boucle spatiale, un ARN, une combinaison, voire d’autres manières que nous découvrons encore et encore. Si l’ADN est un texte, il est donc plus proche du code informatique que du livre, avec des commandes et des portes logiques, bien complexes !

Illustration/code informatique/123.RF

Si nous sommes aujourd’hui capables de modifier l’ADN et que cette technologie nous ouvre certains espoirs, notamment en termes de thérapie génique, n’oublions pas la complexité à laquelle nous devons nous confronter, ne sous-estimons pas ce qu’il reste à découvrir, et continuons d’explorer ! Et gardons-le en tête. Un code informatique peut être effacé d’un clic. Mais des modifications du génome humain transmises à la descendance et soumises aux forces de la sélection naturelle ne nous permettront peut-être pas de revenir en arrière…

Aude Grezy Docteure en épigénétique, Université Grenoble Alpes (UGA)

The Conversation

Voir :

Les commentaires sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.



Source link

3 thoughts on “Peut-on penser l’ADN comme un code informatique ? – Les moutons enragés”
  1. Après « Hold-Up » – Après « Maltraités ».

    « Le crime parfait « : le tout nouveau documentaire qui va faire grand bruit !

    SVP, débranchez-vous de la peur et balancer cette vidéo partout où vous le pouvez.

    Il est temps de sortir des cocons totalitaires de la soumission sanitaire.

    Ne laissons pas les détraqués mentaux s’en prendre à nos vies et à les détruire.

    Vaccination Covid19, Le Crime Parfait par Olivier Probst

    https://odysee.com/@FlowerPower:b/Vaccination-Covid19,-Le-Crime-Parfait-par-Olivier-Probst:2

  2. La conscience et la volonté humaine collective ont, à elles seules, un pouvoir sans limites.

    Sauf que, prise dans les rets successifs de systèmes politiques aussi oppressifs que répressifs, la majorité de l’humanité a eu, à son corps défendant, tout le temps d’apprendre de force les rudiments de la servitude volontaire.

    Et, ainsi, oublieuse de son véritable pouvoir potentiel, de finir par se persuader de son impuissance supposée.

    Cependant, gare au réveil de sa mémoire ! D’autant que, Dieu nous en préserve, aucune pandémie totalitaire n’est éternelle !

  3. vidéo du docteur David Martin à partager en masse!!!

    intro proposé

    Écoutez bien ce que dit ce médecin américain dans un extrait de vidéo traduit en français : le soit disant vaccin n’en est pas un, il nous fait fabriquer nous même des virus et nous rend malade.

    https://odysee.com/@sand:2/Dr-David-Martin—covid19-Pfizer-%E2%80%9CCe-n%E2%80%99est-pas-un-vaccin!%E2%80%9D:7

    vidéo à enregistrer avant censure

    comment ils fabriquent les thérapies géniques à ARN qui modifieront votre génome en utilisant des ordinateurs pour fabriquer des codes, et des imprimantes à ADN

    Au commencement du processus de production du la thérapie génique à ARN, quelqu’un a téléchargé ce code dans une imprimante à ADN (oui, ça existe), qui a produit des molécules d’ADN bien réelles à partir de ces données numériques. Une imprimante à ADN Codex DNA BioXp 3200

    https://renaudguerin.net/posts/explorons-le-code-source-du-vaccin-biontech-pfizer-sars-cov-2/images//bioxp-3200.jpg Cette machine sort de minuscules quantités d’ADN qui, après de nombreux traitements biologiques et chimiques, finissent sous forme d’ARN (on en reparle plus tard) dans un flacon de vaccin. Une dose de 30 microgrammes contient de fait 30 microgrammes d’ARN. Il y a en plus un système d’enrobage lipidique (gras) plutôt malin qui permet à l’ARNm de pénétrer dans nos cellules. https://renaudguerin.net/posts/partie-2-explorons-le-code-source-du-vaccin-biontech-pfizer/https://renaudguerin.net/posts/explorons-le-code-source-du-vaccin-biontech-pfizer-sars-cov-2/

    http://stoplinky28.blogg.org/mise-en-garde-contre-le-vaccin-arnm-a205013700

    ce n’est pas un vaccin! ne jamais parler de vaccin, car alors vous entrerez dans une conversation sur les vaccinshttps://odysee.com/@Abracadabra:3/Castex-a-la-trouille:4, il s’agit d’un pathogène synthétique, on vous inocule de force une maladie synthétique qui pousse vos cellules à produire ce pathogène synthétique vous rendant malade par la suite
    https://odysee.com/@sand:2/Dr-David-Martin—covid19-Pfizer-%E2%80%9CCe-n%E2%80%99est-pas-un-vaccin!%E2%80%9D:7

    voilà pourquoi les labos se sont exonérés de toute responsabilitéhttps://www.lefigaro.fr/societes/vaccins-covid-19-l-ue-nbsp-indemnisera-les-laboratoires-en-cas-de-problemes-20200827, car ils savaient que ce qu’ils injecteraient n’est pas un vaccin, mais un traitement mais ils ne veulent pas qu’on parle de traitement, car ils veulent interdire tous les autres traitements, et le seul moyen d’interdire les autres traitements, c’est de faire croire qu’il s’agit d’un vaccin, leur but n’est pas d’arrêter la transmission, mais de transformer la cellule en créateur de pathogènes synthétiques qui rrendront votre corps malade, cette injection vous inoculera une maladie synthétique
    https://odysee.com/@sand:2/Dr-David-Martin—covid19-Pfizer-%E2%80%9CCe-n%E2%80%99est-pas-un-vaccin!%E2%80%9D:7

Répondre à gds Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *