[WESTCHESTER COUNTY, N.Y.-Déc. 16, 2020] Project Veritas a publié aujourd’hui une bande audio exclusive du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, s’entretenant en 2011 avec le procureur du Département d’État Cliff Johnson, plaidant avec l’avocat du gouvernement pour agir afin de contenir la divulgation d’informations classifiées par le gouvernement américain.

[VIDEO AUDIO CONVERSATION ASSANGE – CLIFF JOHNSON]

« Un dénonciateur a fourni cet audio à Project Veritas, afin que le peuple américain ait un compte rendu plus précis d’Assange et de sa conduite », a déclaré James O’Keefe, fondateur et PDG de Project Veritas.

“La pression politique s’accroît pour que le président Donald Trump gracie Assange à la fin de son premier mandat et cette bande contribue largement à restaurer son image”, a déclaré M. O’Keefe.

Assange alerte le Département d’Etat contre une fuite prochaine d’informations classifiées



Pendant la conversation de 75 minutes, Assange, qui a lancé l’appel, a déclaré à Johnson que WikiLeaks est très inquiet que des informations classifiées du Département d’État soient sur le point d’être divulguées – hors de son contrôle par un ancien employé malhonnête, qui a volé l’information afin de créer son propre média rival.

“Oui, donc la situation est que nous avons des renseignements selon lesquels les archives de la base de données du Département d’Etat de 250.000 câbles diplomatiques, y compris les câbles déclassifiés, sont en train de se répandre et sont à un point tel que nous pensons qu’elles seront rendues publiques dans les prochains jours”, a déclaré M. Assange.

“Nous ne sommes pas sûrs, mais le moment pourrait être imminent ou dans les prochains jours à une semaine et il pourrait y avoir une possibilité de l’arrêter”, a-t-il dit.

Assange a dit à Johnson que dans le passé, WikiLeaks n’avait publié que des informations non classifiées du Département d’Etat, mais que la prochaine tranche de Wikileaks aurait publié des informations classifiées avec des informations sensibles expurgées.

Cependant, a-t-il dit, il a alerté le gouvernement américain que l’ancien employé malhonnête ne prendrait pas soin de protéger les informations sensibles et qu’à moins que quelque chose ne soit fait pour l’en empêcher – cette libération est prévue dans quelques jours ou quelques heures.

Le procureur du Département d’État Cliff Johnson : “Qui va libérer ces câbles ? Est-ce que

c’est WikiLeaks ?”

Julian Assange : “Non, nous ne les libérerons pas… Il s’agit de Daniel Domscheit-Berg, un ancien employé que nous avons suspendu en août dernier.”

Johnson : “Et apparemment, il a accès au matériel que WikiLeaks possède également ?”

Assange : “Oui. C’est exact.”

Johnson : “Et il a accès à tout ce que vous avez, c’est exact ?”

Assange : “C’est exact.”

Johnson : “OK. Et cela inclut les câbles classifiés et non classifiés.”

Assange : “C’est exact.”

O’Keefe a déclaré : “Ce qui ressort de cette audio, c’est que, encore et encore, Assange exprime son inquiétude pour les personnes mises en danger par ce qu’il considère comme une libération imprudente, comme lorsqu’il a dit à Johnson : “Au cas où certaines personnes n’auraient pas été prévenues qu’elles devraient l’être”.

Assange montre même son inquiétude face à un possible retour de bâton politique sur les États-Unis, a-t-il déclaré.

“Il y a une intégrité dans la conduite d’Assange qui ne peut être niée, que vous ayez bien accueilli ses publications ou non”, a-t-il dit.

Le procureur du Département d’État remercie Assange



Bien qu’Assange ait dit à l’avocat qu’il ne contrôlait pas réellement les informations classifiées, il avait la clé de cryptage pour déverrouiller les documents et il savait où sur le web ils étaient détenus.

“Le matériel, il y a une version cryptée du matériel sur le web quelque part, que nous ne contrôlons pas”, a déclaré M. Assange. “Il n’est pas nécessaire de transmettre le matériel lui-même, il suffit de transmettre l’emplacement du matériel et sa clé de cryptage”.

Avec l’aide de M. Assange, le journaliste a déclaré qu’il pensait que le gouvernement américain, avec ses ressources, pourrait bloquer l’information à temps pour empêcher sa diffusion ou même pour éliminer les fichiers secrètement.

“S’il y a une autre possibilité qui est le retrait de ces fichiers, c’est un degré de recherche et d’effort que nous n’avons pas la capacité de faire”, a-t-il dit. “Il n’y en a pas tant que ça”.

Cliff Johnson : “Et, vous connaissez tous leurs emplacements, pensez-vous ?”

Julian Assange : “Nous en connaissons plusieurs et ce n’est probablement pas si difficile de trouver les autres.”

Johnson : “Pouvez-vous nous fournir ces informations de localisation ?”

Assange : “Je peux encourager d’autres personnes à le faire.”

Johnson : “D’accord. J’apprécie ce que vous nous avez dit, M. Assange.”

Le travail de M. Assange avec Manning a fait de lui un fugitif de la justice américaine.

Le journaliste d’origine australienne est visé par le gouvernement américain depuis 2011, date à laquelle il s’est associé au soldat Chelsea Manning, spécialiste du renseignement de l’armée, pour diffuser des documents et des vidéos que Manning a téléchargés des ordinateurs de l’armée.

Manning a plaidé coupable d’avoir violé la loi sur l’espionnage et la loi sur la fraude et les abus informatiques et a accepté une peine de 35 ans.

Le président Barack Obama a commué la peine de M. Manning en une peine d’environ sept ans, le 17 janvier 2017, trois jours avant la fin de son mandat.

Pendant de nombreuses années, Assange a été enfermé dans l’ambassade de l’Équateur à Londres, jusqu’à ce qu’il soit libéré en 2019, puis appréhendé par des fonctionnaires britanniques agissant de concert avec le gouvernement américain.

Le jour où il a été arrêté par des fonctionnaires britanniques, le 11 avril 2019, le ministère de la Justice a levé les scellés sur l’acte d’accusation d’Assange, qui l’accusait de conspiration en vue de commettre une intrusion informatique, ou piratage. L’accusation de conspiration est passible d’une peine maximale de cinq ans de prison et découle du fait qu’Assange a proposé à Manning de l’aider à craquer un mot de passe du gouvernement.

Les journalistes ont un large privilège de publier des informations classifiées ou obtenues illégalement, uniquement s’ils ne participent pas à l’acquisition.

Assange est toujours incarcéré au Royaume-Uni en attendant son audience de janvier où il sera décidé si le Royaume-Uni extradera le fondateur de WikiLeaks vers les États-Unis.

La version audio intégrale de l’appel se trouve ici.

À propos de Project Veritas

James O’Keefe a créé Project Veritas en 2011 en tant qu’entreprise de journalisme à but non lucratif pour poursuivre son travail de reportage d’infiltration. Aujourd’hui, Project Veritas enquête et dénonce la corruption, la malhonnêteté, l’auto-négociation, le gaspillage, la fraude et d’autres comportements répréhensibles dans les institutions publiques et privées afin de parvenir à une société plus éthique et plus transparente. M. O’Keefe occupe les fonctions de PDG et de président du conseil d’administration afin de pouvoir continuer à diriger et à former ses collègues journalistes, ainsi qu’à protéger et à entretenir la culture de Project Veritas.

Project Veritas est une organisation enregistrée sous le numéro 501(c)3. Project Veritas ne préconise pas de solutions spécifiques aux problèmes soulevés par ses enquêtes.

Traduction : Romane Kohlev





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *