Aller à…
RSS Feed

21 janvier 2021

“Si Trump gagne, ce sera la faute de la Russie, si Biden gagne, ce sera celle de la Chine et de l’Iran” — Caitlin JOHNSTONE



En avril dernier, j’ai dit : “La Chine va être très surprise quand elle découvrira qu’elle s’est immiscée dans les élections de novembre”.

Aujourd’hui, avec trois mois d’avance sur le calendrier, la Chine a déjà sa surprise, aux côtés de ses homologues non intégrés dans l’Empire que sont l’Iran et la Russie.

Les médias du monde occidental transmettent sans critique un communiqué de presse de la communauté des renseignements américains, parce que c’est ce qui passe pour du journalisme dans un monde où Dieu est mort et où tout est stupide.

Le communiqué de presse, émanant du bureau du directeur du renseignement national et rédigé par William Evanina, directeur du Centre national de contre-espionnage et de sécurité, affirme que la Russie veut que Donald Trump soit réélu en novembre et qu’elle s’efforce d’atteindre cet objectif, tandis que la Chine et l’Iran font de même avec Joe Biden.

Chine

“Nous estimons que la Chine préfère que le président Trump – que Pékin considère comme imprévisible – ne soit pas réélu”, peut-on lire dans le communiqué de presse. “La Chine a étendu ses efforts d’influence à l’approche de novembre 2020 pour façonner l’environnement politique aux États-Unis, faire pression sur les personnalités politiques qu’elle considère comme opposées aux intérêts de la Chine, et détourner et contrer les critiques à l’égard de la Chine”.

Russie

Nous estimons que la Russie utilise une série de mesures pour dénigrer principalement l’ancien vice-président Biden et ce qu’elle considère comme un “establishment” anti-russe”, affirme le communiqué de presse. “Certains acteurs liés au Kremlin cherchent également à stimuler la candidature du président Trump sur les médias sociaux et la télévision russe”.

Iran

“Nous estimons que l’Iran cherche à miner les institutions démocratiques américaines, le président Trump, et à diviser le pays avant les élections de 2020”, indique le communiqué de presse. “Les efforts de l’Iran dans ce sens se concentreront probablement sur l’influence en ligne, comme la diffusion de désinformation sur les médias sociaux et la recirculation de contenus anti-américains. La motivation de Téhéran à mener de telles activités est, en partie, motivée par la perception que la réélection du président Trump entraînerait une poursuite de la pression américaine sur l’Iran dans un effort pour fomenter un changement de régime”.

Ce que ce récit totalement infondé signifie, bien sûr, c’est que peu importe qui gagne en novembre, les agences gouvernementales opaques de l’Amérique auront déjà préparé la nation à des escalades plus dangereuses contre des pays qui ont résisté à être absorbés dans le blob de l’empire centralisé américain. Si Trump gagne, nous pouvons nous attendre à ce que son administration poursuive son escalade contre la Russie en représailles de son “ingérence électorale” de 2020, et si Biden gagne, nous pouvons nous attendre à ce que son cabinet, composé de membres de l’administration Obama, accélère l’escalade contre la Chine tandis que Joe marmonnera dans son coin pendant que son cerveau se transforme en bouillie.

Il n’y a jamais de raison légitime de croire à une quelconque affirmation non étayée faite par des agences obscures qui n’ont pas de comptes à rendre à propos des gouvernements ciblés par les États-Unis, mais même si tout ce qui est dit dans ce communiqué de presse était vrai, c’est une chose incroyablement stupide dont il faut se préoccuper L’influence que la Russie, la Chine ou l’Iran pourraient exercer sur l’opinion publique américaine n’est qu’une infime partie de celle qu’exercent chaque jour les médias milliardaires américains qui n’ont pas de comptes à rendre et qui ont déjà leurs propres factions qui font pression en faveur de Biden contre Trump ou en faveur de Trump contre Biden. Ajouter quelques activités de médias sociaux étrangers dans le tableau ne changerait strictement rien.

Deuxièmement, comme le reconnaît le communiqué de presse lui-même, les États-Unis poussent ouvertement au changement de régime en Iran. Ils sont déjà engagés dans divers actes de guerre économique contre les trois gouvernements cités, et ils se sont ouvertement ingérés dans les élections russes des années 90 dans une mesure bien plus grande que tout ce dont ils accusent la Russie. Les propres données du gouvernement américain montrent qu’il est, de loin, le pire intervenant électoral au monde, ce qui en ferait une cible parfaitement légitime pour l’ingérence électorale de n’importe quelle nation sur terre.

Enfin, il est stupide de croire que des nations étrangères peuvent s’immiscer dans la démocratie américaine alors que l’Amérique n’a pas de démocratie dans laquelle s’immiscer. Les élections américaines se classent au dernier rang des démocraties occidentales en termes d’intégrité, l’opinion publique est constamment manipulée par la classe ploutocratique propriétaire des médias qui a tout intérêt à maintenir le statu quo qui leur permet de rester riches et puissants, et il s’agit d’un système à deux têtes et un seul parti où les deux partis détenus par des corporations font passer les mêmes programmes taillés pour l’élite.

Imaginez que les dirigeants étrangers regardent le spectacle désolant que sont les États-Unis et se disent : “Je sais comment on peut leur faire du mal ! Nous allons semer la division en disant des choses méchantes sur leurs candidats à la présidence sur les médias sociaux !”

C’est la chose la plus stupide au monde. Pourtant, tous les responsables de la narration dominante se précipitent sur ce communiqué de presse des services de renseignement comme s’il s’agissait d’une réalité dont nous devrions tous nous réjouir.

Toutes ces protestations et ces agitations concernant l’ingérence étrangère dans les médias sociaux surviennent alors que les médias sociaux eux-mêmes changent de politique pour s’assurer que seuls les gouvernements occidentaux sont autorisés à faire de la propagande sur leurs plateformes. Twitter a mis en place une nouvelle politique qui consiste à étiqueter les comptes de gouvernements visés comme “médias affiliés à l’État” tout en n’imposant aucune étiquette ou restriction aux comptes ayant des liens étroits avec des gouvernements occidentaux.

Le message général de tout cela est que seuls les organismes gouvernementaux occidentaux et les oligarques peuvent faire de la propagande sur ceux qui vivent dans l’empire centralisé des États-Unis. Nous devrions tous être enragés de voir que ces abuseurs sans scrupules se sentent tellement en droit de s’introduire dans nos esprits et de manipuler notre façon de penser, d’agir et de voter qu’ils se mettent en colère à l’idée que quelqu’un pourrait avoir un mot à dire. Ils le font parce qu’ils comprennent que quiconque contrôle le récit contrôle le monde, et il n’y a pas de limite à ce qu’ils peuvent faire pour s’assurer qu’ils continuent à contrôler le monde.

La raison pour laquelle les sociopathes sont capables de s’insérer si facilement dans des positions de pouvoir et d’influence dans la civilisation humaine est que des personnes hautement manipulatrices et sans empathie apprennent rapidement que la société est dominée par la narration, alors que le reste d’entre nous ne le comprend pas. Cela doit changer si nous voulons pouvoir créer un monde sain.

Caitlin JOHNSTONE

Traduction “nous sommes en train d’être “nassés” aussi sur le plan médiatique” par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles





Source link

Mots clés:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut