Aller à…
RSS Feed

19 janvier 2021

Le 4 octobre 1993 – Octobre Noir en Russie



  1. Campagne de dons – Septembre-Octobre 2020

    Chers amis lecteurs, comme vous avez dû le constater, le site RI enregistre depuis un certain temps une nette augmentation de son audience, ce qui prouve que les propagandistes de la pensée unique formatée ont échoué à atteindre leurs buts d’étouffer les voix discordantes comme la nôtre. Pour tenir compte de l’augmentation du nombre de nos lecteurs, nous envisageons de procéder à une migration du site vers un serveur plus conséquent, ce qui nous permettra de résoudre beaucoup des problèmes de connexions que certains d’entre vous nous signalent régulièrement. Chers amis lecteurs, grâce à vos dons, nous avons prévu de procéder à la migration du site dès la deuxième moitié d’Octobre et, également, apporter quelques améliorations importantes sur le site. Nous comptons sur vous.

    2 546,00 € donated

Ce 4 octobre, les Russes pleurent l’octobre noir, ce qui s’est passé en 1993, et que la presse occidentale, les forces politiques unanimes, convaincues qu’un « air de liberté » soufflait sur l’URSS se sont bien gardé de publier, la terrible répression que subirent ceux qui voulaient s’opposer à la mainmise de l’occident, aux privatisations d’Eltsine. Ils étaient majoritaires mais que pouvaient-ils faire quand les ex-dirigeant du parti communiste et les forces de répression les massacrèrent ? Et qu’ils avaient dissous le parti communiste[1]. Pourquoi n’y a-t-il eu aucune solidarité du PCF face à ceux qui résistaient ? Pourquoi a-t-il été entretenu le mensonge d’une absence de résistance ? Quand est-ce que l’on parlera des vrais problèmes à savoir pourquoi et comment des dirigeants trahirent-ils et désarmèrent-ils l’intervention populaire dans les partis au pouvoir, mais pas seulement, pourquoi et comment d’autres résistèrent-ils ? Les causes ne sont pas seulement externes. Faute de ce débat, il me semble difficile d’ailleurs pour une Française de cohabiter dans un parti qui continue à faire silence sur ce genre d’événements historiques pour mieux nous faire penser que le socialisme est une erreur dont il ne faut plus parler. Il ne s’agit pas de dénoncer pour dénoncer parce que c’est en agissant que le besoin de vérité se fait jour, mais de bien comprendre qu’il est impossible “d’unir et agir”, mot d’ordre tout à fait positif, sur la perpétuation de mensonges qui concernent l’international et qui débouchent sur l’absence de solidarité, le refus d’analyser le rôle de la Chine également. Cette sclérose concerne de plus en plus l’histoire de notre pays et la place des communistes dans celle-ci. Mais écoutons ce témoignage russe, voyons ces photos et vidéos. Danielle Bleitrach

*

Ce pouvoir répressif est né en octobre 1993

par Denis Parfionov.

Avec mes camarades du parti, nous avons déposé une couronne et des fleurs à la Croix mémorielle des défenseurs de la Maison des Soviets et honoré la mémoire des citoyens qui ont été massacrés par l’ordre d’Eltsine, défendant le Soviet suprême de la RSFSR en octobre 1993.

Il y a vingt-sept ans, en ces tragiques journées d’automne, les prédécesseurs de l’actuel pouvoir libéral ont impitoyablement fusillé avec des canons de chars les représentants élus légitimes du peuple, les députés du Soviet suprême de la RSFSR et les patriotes de notre pays, qui tentaient d’arrêter la destruction des restes du socialisme et d’empêcher le pillage futur de la Russie. Les citoyens de Russie, qui s’opposaient à l’usurpation du pouvoir par Eltsine dans le pays, ont été impitoyablement écrasés par ses partisans.

Selon différentes estimations, les événements de 1993 à Moscou ont fait entre 1000 et 1500 victimes, mais le nombre réel de victimes ne peut faire l’objet que d’une enquête spéciale au plus haut niveau de l’État. Cependant les héritiers d’Eltsine refusent de mener à bien cette enquête. En fait il y a vingt-sept ans, ils n’ont pas simplement tiré sur le Soviet suprême de la RSFSR, ils ont détruit le pouvoir du peuple, et l’ont remplacé par un régime oligarchique auquel le pays continue d’être soumis jusqu’à présent.

Mais nous devons nous souvenir de ces jours sanglants et de ceux qui sont morts en défendant le pouvoir du peuple et le brillant avenir du pays, qui, j’en suis sûr, viendra encore ! Tôt ou tard, la vérité sera établie !

Denis Parfionov, député communiste de Moscou

Une version encore plus belle de la lutte de nos camarades que nous n’avons pas soutenus ; mais dont nous avons comme les autres étouffé la voix… Grace à Robert Hue et à ceux qui ont suivi.

__________________________________________________________

[1] À l’automne 1991, Eltsine émit trois décrets présidentiels résultant en la dissolution du parti. Le 23 août 1991, il publia un décret intitulé « Sur la suspension des activités du Parti communiste de la RSFSR ». Le 25 août 1991, Eltsine publia le Décret no 90 déclarant que les activités du parti étaient suspendues et que toutes les propriétés du Parti communiste de la RSFSR allaient devenir propriétés d’État de la RSFSR. Enfin, le 6 novembre 1991, il publia un décret interdisant le parti déjà défunt. Le 14 février 1993, le Parti communiste de la Fédération de Russie fut formé lors d’un « deuxième congrès extraordinaire », se revendiquant comme le successeur du Parti communiste de la RSFSR. Le nouveau parti était dirigé par Guennadi Ziouganov, auparavant le principal idéologue du Parti communiste de la RSFSR et un membre du secrétariat du Parti communiste de la RSFSR.

source : https://histoireetsociete.com

traduction de Marianne Dunlop



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut