Aller à…
RSS Feed

21 janvier 2021

Les gauchistes allemands font pression pour que le « travail à domicile » devienne un droit légal — Enfant de la Société — Sott.net



Dans une interview avec le Finacial Times, le ministre allemand du travail, Hubertus Heil, député social-démocrate et auteur d’un projet de loi accordant de nouveaux droits légaux aux travailleurs qui souhaitent travailler à domicile de façon permanente, a déclaré que son projet de loi serait publié dans quelques semaines, marquant ainsi une étape importante sur la voie de sa transformation en loi.

Cette loi fera date, car l’Allemagne deviendra la première grande économie européenne à accorder aux salariés “le droit de travailler à domicile”.

Heil a insisté sur le fait que la loi encore non publiée allait trouver d’autres moyens de renforcer les droits des travailleurs et de fixer des limites plus claires pour les personnes qui n’ont plus la séparation traditionnelle entre “maison” et “bureau”. Elle vise également à compenser certains des effets négatifs sur les négociations collectives et l’organisation du travail.

“Nous ne pouvons pas et ne voulons pas arrêter les changements dans le monde du travail”, a-t-il déclaré. “La question est de savoir comment nous pouvons transformer les progrès technologiques, les nouveaux modèles d’entreprise et l’augmentation de la productivité en progrès non seulement pour quelques-uns, mais pour beaucoup de gens. Comment transformer le progrès technologique en progrès social ?”

L’Allemagne n’est pas le seul pays européen à être confronté à ces questions. Cependant, d’autres pays se sont surtout appuyés sur les lois existantes. La France s’appuie sur une loi de 2017 qui limite les coups de téléphone et les courriels liés au travail en dehors des heures de bureau.

Si elle est adoptée, cette loi s’inscrira dans le cadre d’une “réflexion plus large” sur la stagnation de l’économie allemande provoquée par le virus. Autrefois considérés comme opposés aux horaires de travail “flexibles”, les Allemands ont adopté la FMH en masse depuis le début de la pandémie, et ils ont constaté qu’ils l’apprécient plutôt bien.

Le virus a également contraint Berlin à abandonner sa tradition de longue date consistant à n’adopter que des budgets équilibrés – le “zéro noir”, comme on l’appelle. Entre-temps, l’Allemagne a étendu le Kurzarbeit, son régime d’assurance chômage de courte durée, pour aider les travailleurs des industries qui ont été fermées par le virus.

Une loi de la FMH a été annoncée pour la première fois en juin, et il n’est toujours pas certain qu’elle trouvera le soutien des démocrates-chrétiens d’Angela Merkel – la CDU – car de nombreux petits entrepreneurs se plaignent que la législation est inutile.

Ingo Kramer, le président de l’Association des employeurs allemands, a qualifié les propositions de “non-sens total” et a averti qu’elles encourageraient les entreprises allemandes à externaliser des emplois à des travailleurs moins chers à l’étranger.

Cependant, même les partisans de la loi admettent qu’il existe certaines disparités entre les sexes que la loi ne peut pas corriger.

“Il y a le cliché, qui est malheureusement souvent vrai, selon lequel les hommes vont dans leur bureau à domicile et ferment la porte alors que les femmes travaillant à domicile s’occupent simultanément des enfants”, a-t-il déclaré.

Le projet de proposition est tout simplement le dernier exemple en date de la manière dont le virus a poussé le gouvernement allemand, réputé pour sa rigueur, à augmenter les dépenses du régime de sécurité sociale. Mais tout cela n’est-il qu’une ruse pour renforcer encore le pouvoir des syndicats allemands en consolidant les droits de négociation collectifs ?

Source : ZeroHedge, Tyler Durden – Traduction : Sott.net





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut