Aller à…
RSS Feed

15 janvier 2021

Patrice Evra raconte sa vie de « Caca » à l’équipe de France



  1. Campagne de dons – Septembre-Octobre 2020

    Chers amis lecteurs, comme vous avez dû le constater, le site RI enregistre depuis un certain temps une nette augmentation de son audience, ce qui prouve que les propagandistes de la pensée unique formatée ont échoué à atteindre leurs buts d’étouffer les voix discordantes comme la nôtre. Pour tenir compte de l’augmentation du nombre de nos lecteurs, nous envisageons de procéder à une migration du site vers un serveur plus conséquent, ce qui nous permettra de résoudre beaucoup des problèmes de connexions que certains d’entre vous nous signalent régulièrement. Chers amis lecteurs, grâce à vos dons, nous avons prévu de procéder à la migration du site dès la deuxième moitié d’Octobre et, également, apporter quelques améliorations importantes sur le site. Nous comptons sur vous.

    2 516,00 € donated

Dans une vidéo devenue virale sur la toile l’ancien capitaine de l’équipe de France raconte le calvaire des noirs au sein de la sélection nationale de France ; il fait le témoignage d’une vie de merde à contrario des privilèges réservés aux blancs de cette équipe.

Patrice Evra n’a pas pu laisser passer l’annonce décousue et erronée de Noël Le Graët, le président de la Fédération Française de Football selon qui « le phénomène raciste dans le sport, et dans le football en particulier, n’existe pas ou peu ». La réplique de l’ancien capitaine des Bleus pour démentir cette affirmation a été démonstrative. C’est sur son compte Instagram qu’il interpelle directement le dirigeant.

« Au Château (de Clairefontaine,Ndlr), tu sais très bien ce qui passe. Combien de lettres on reçoit ? « Didier (Deschamps, Ndlr), reprends tes singes et barre-toi en Afrique. Barre-toi avec tes singes et tes gorilles ». « Combien de lettres comme ça ? On les cache, mais moi j’en ai vu certaines. On reçoit même des cartons remplis de caca », confie le footballeur.

Le Footballeur explique également que le racisme surgissait dans la tanière lorsqu’un homme politique leur rendait visite :

« Quand on mange, on a des places attribuées, on a l’habitude de se mettre à côté d’un gars car on a de bonnes relationsÀ chaque fois que le président venait, tout changeait…Là où normalement, il y avait Mamadou Sakho ou Bacary Sagna – beaucoup de sombritude – il fallait changer : on mettait un Hugo Lloris et un Laurent Koscielny et le président au milieu », se souvient l’international. « On le savait, c’était les règles du jeu, on est en France, on n’est pas chez nous […] Quand il y avait une photo du président, c’était mieux de voir un Hugo Lloris ou un Laurent Koscielny qu’un Bacary Sagna ou un Mamadou Sakho. », se désole-t-il.

source : https://cameroonvoice.com/news



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut