Aller à…
RSS Feed

20 janvier 2021

Quelle richesse de trésors Andre Vltchek a laissé à la gauche mondiale



  1. Campagne de dons – Septembre-Octobre 2020

    Chers amis lecteurs, comme vous avez dû le constater, le site RI enregistre depuis un certain temps une nette augmentation de son audience, ce qui prouve que les propagandistes de la pensée unique formatée ont échoué à atteindre leurs buts d’étouffer les voix discordantes comme la nôtre. Pour tenir compte de l’augmentation du nombre de nos lecteurs, nous envisageons de procéder à une migration du site vers un serveur plus conséquent, ce qui nous permettra de résoudre beaucoup des problèmes de connexions que certains d’entre vous nous signalent régulièrement. Chers amis lecteurs, grâce à vos dons, nous avons prévu de procéder à la migration du site dès la deuxième moitié d’Octobre et, également, apporter quelques améliorations importantes sur le site. Nous comptons sur vous.

    2 396,00 € donated

par Ramin Mazaheri.

Exposer les injustices massives était sa passion. L’arrogance sociopathique de l’Occident était un affront personnel. Il a disséqué la multitude de prétentions de l’empire avec l’habileté nuancée d’un anatomiste chevronné.

Andre Vltchek a publié mes deux livres, mais ce n’est pas qu’ils n’auraient pas été publiés sans lui – c’est que je n’aurais probablement jamais eu le courage de les écrire sans tant d’années de son exemple.

Je ne peux pas dire grand-chose sur Andre sans avoir recours à une sorte de fascination répétitive : il était incroyablement productif, sa bravoure dans les sujets qu’il osait couvrir était toujours étonnante, et ses analyses et son style étaient tout aussi étonnants par leur clarté et leur humanité. Franchement, je ne pense pas qu’il y en ait deux comme lui.

Dans un monde juste, quelqu’un aurait fini par remettre à Andre les clés d’une grande rédaction un an plus tôt, alors qu’il avait 56 ans, et il serait encore parmi nous aujourd’hui.

Au lieu de cela, il était toujours à la recherche de financements. Il devait publier ses propres livres, et sans argent pour la publicité. Le total de ses ventes… Je n’arrive pas à croire qu’elles soient si faibles étant donné le contenu qu’il a produit.

Pire encore, il a été rejeté à plusieurs reprises en raison de son franc-parler gauchiste. Les publications occidentales prétendument de gauche l’ont laissé tomber juste au moment où la campagne pro-russophobie a commencé, c’est-à-dire au moment où les voix russes étaient les plus nécessaires.

Si ce n’est pas l’aspiration impérieuse d’Andre pour un vrai gauchisme qui l’a mis dans le pétrin, c’est qu’il refusait d’accepter les préjugés et les stupidités habituels de la fausse-gauche : c’est incroyablement révélateur de son ouverture intellectuelle et de la qualité de son cœur que cet athée total ait publié mon livre sur le socialisme islamique iranien.

Mais c’était Andre en bref, et aussi pourquoi je pense que ce journaliste qui a énormément voyagé n’a pas été plus largement embrassé par la gauche occidentale : parce qu’il était un véritable internationaliste. Andre n’était pas plus populaire parce qu’il n’était pas pro-occidental, et c’est encore un péché pour beaucoup de gauchistes occidentaux.

Si vous posiez la question à Andre, il vous aurait répondu qu’il s’identifie comme un « socialiste de style cubain », mais c’est parce qu’aucun pays influencé par le socialisme n’est plus internationaliste que Cuba, et je suis certain que tous ceux qui lisent ceci savent qu’Andre était un internationaliste par-dessus tout.

Andre était incroyablement original, dynamique et nécessaire parce qu’il allait dans des endroits totalement hors du radar occidental – comme l’Océanie ou l’Indonésie – et dénichait des exemples de socialisme dont, selon lui, les Occidentaux devaient simplement tirer des leçons.

Ce n’est pas ce que beaucoup de gauchistes occidentaux veulent lire ou entendre, mais Andre est allé encore plus loin : il a ouvertement refusé d’accepter que l’Occident ait un quelconque statut intellectuel, culturel ou moral pour être les dirigeants autoproclamés du socialisme moderne, comme beaucoup d’entre eux le prétendent.

Par exemple, j’ai eu beaucoup de mal à intéresser Andre aux Gilets Jaunes de France. Je disais à Andre que lorsque vous leur parliez individuellement, les Gilets Jaunes sérieux étaient des internationalistes et des anti-impérialistes, mais Andre insistait (à tort, je pense encore) sur leur nature bourgeoise : « Ramin, ces gens protestent pour avoir de meilleurs dîners dans les restaurants – ils sont gâtés et paresseux ». Eh bien… oui, en partie, mais….

La dernière fois que nous avons parlé, c’était à propos du mouvement Black Lives Matter, qu’il a soutenu. Il était révélateur que ce qui l’intéressait le plus, c’était d’en apprendre davantage sur ses aspects anti-impérialistes, précisément parce que tout véritable socialiste internationaliste voit à juste titre l’impérialisme occidental comme la plus grande menace du monde. Andre ne pouvait pas moins se soucier de l’élection présidentielle américaine – un « cirque », disait-il.

En vérité, je suis un peu en colère contre Andre pour être parti si tôt, et je le blâme assez injustement, parce que nous pouvions tous le voir venir. Il n’a pas brûlé la vie par les deux bouts, mais par trois bouts en quelque sorte. C’était une dynamo, et son énergie, sa passion et son inspiration ont fait honte à beaucoup d’entre nous et les ont encouragés à agir, mais il n’a tout simplement pas pris soin de lui-même en prenant les congés nécessaires. Je lui disais cela à maintes reprises, comme beaucoup d’autres, mais c’était toujours : « Non camarade, il se passe quelque chose en ___ que nous devons couvrir ».

Le monde avait besoin de quelques décennies supplémentaires, mais Andre n’a tout simplement pas eu de repos. C’est ce qui a fait de lui Andre, mais il est parti trop tôt, malheureusement. Un Andre plus âgé avait tellement de contacts et d’expériences dans un si grand nombre de pays qu’il aurait vraiment pu rassembler un grand nombre de gauchistes.

Parce qu’il nous a quittés si tôt, je suis encore plus contrarié qu’il n’ait pas reçu l’attention qu’il méritait si justement, et il est également décourageant qu’il soit probablement plus apprécié à titre posthume en dehors de l’Occident, également.

Cependant, je suis si heureux et je remercie Dieu qu’il soit mort de causes naturelles et paisiblement dans son sommeil. Compte tenu de tous les dangers auxquels il a été confronté, qui aurait pu le deviner ? La cause finale : une embolie pulmonaire. Andre n’était certainement pas ce qu’il appellerait de manière hilarante ou assez amère un « gauchiste de canapé », et il n’était certainement pas un « journaliste de chambre d’hôtel » partout où il se rendait, même si le danger était présent.

Lisez-le, regardez-le, écoutez-le – vous vous souviendrez de lui parce qu’il était si incroyablement bon. Toute personne qui prend la politique au sérieux doit se souvenir d’Andre Vltchek, et son travail sera une source d’inspiration constante.

Quelle richesse de trésors cet homme a laissé à la gauche mondiale. Merci, camarade.

source : https://www.greanvillepost.com

traduit par Réseau International



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut