Aller à…
RSS Feed

15 janvier 2021

Lavrov donne à Merkel le choix entre la Russie et Navalny



  1. Campagne de dons – Septembre-Octobre 2020

    Chers amis lecteurs, comme vous avez dû le constater, le site RI enregistre depuis un certain temps une nette augmentation de son audience, ce qui prouve que les propagandistes de la pensée unique formatée ont échoué à atteindre leurs buts d’étouffer les voix discordantes comme la nôtre. Pour tenir compte de l’augmentation du nombre de nos lecteurs, nous envisageons de procéder à une migration du site vers un serveur plus conséquent, ce qui nous permettra de résoudre beaucoup des problèmes de connexions que certains d’entre vous nous signalent régulièrement. Chers amis lecteurs, grâce à vos dons, nous avons prévu de procéder à la migration du site dès la deuxième moitié d’Octobre et, également, apporter quelques améliorations importantes sur le site. Nous comptons sur vous.

    2 264,00 € donated

par Rostislav Ishchenko.

La déclaration faite il y a quelques jours, dans laquelle la Russie blâme l’Allemagne pour la détérioration imminente des relations entre les pays en raison de la situation avec Navalny, avait le statut d’une déclaration du Ministère des Affaires Étrangères.

Mais puisque le département diplomatique ne publie pas de déclarations qui n’auraient pas été approuvées par son chef, nous pouvons légitimement considérer Sergueï Lavrov comme son co-auteur.

De plus, je suis absolument sûr que si Vladimir Poutine n’a pas édité cette déclaration, au moins il en connaissait le contenu. Elle a donc également reçu l’approbation du Président. C’est trop pointu.

D’une part, il est possible, en se rappelant les déclarations du Ministère des Affaires Étrangères sur l’affaire Skripal, d’y trouver des passages similaires. Mais le fait est que dans l’affaire Skripal, la Russie avait affaire au Royaume-Uni. Ce pays a toujours adopté une position hostile à l’égard de la Russie. Les liens économiques entre Moscou et Londres n’ont jamais été stratégiques. La Grande-Bretagne a toujours été un allié loyal des États-Unis. Par conséquent, il était possible d’avertir la Grande-Bretagne de la détérioration des relations en toute liberté – les Britanniques ont évidemment cherché à les détériorer, et même si nous supposons que l’opération avec les Skripal a échoué, ils auraient trouvé autre chose.

L’Allemagne, c’est une autre affaire. Moscou a fait de nombreux sacrifices, en établissant scrupuleusement et soigneusement des relations stratégiques à long terme avec Berlin. La coopération dans le secteur de l’énergie s’est longtemps développée en une coopération économique générale, et cette dernière a commencé à se transformer en un rapprochement politique, avec une tendance à établir des relations d’alliance à long terme.

La position ferme du gouvernement berlinois sur le projet Nord Stream 2, qui a conduit l’Allemagne à une confrontation avec les États-Unis, la déclaration des dirigeants allemands sur l’incapacité des États-Unis à assurer la sécurité de l’Europe et sa transition de l’état de partenaire économique à celui de concurrent – tout cela et bien d’autres choses encore (notamment les problèmes communs russo-allemands avec la Pologne) ont témoigné du grand potentiel de développement des relations russo-allemandes. Et voilà que soudain, Moscou, toujours extrêmement prudente, met en jeu le fruit de nombreuses années de travail, ne présentant à Berlin qu’un ultimatum : soit des preuves dans l’affaire Navalny, soit un conflit diplomatique aux conséquences graves pour le partenariat économique et politique.

Pourquoi ?

Pour commencer, permettez-moi de vous rappeler que ceux qui pensaient que Moscou serait toujours prudente et céderait ont eu plusieurs occasions de constater le caractère erroné de cette opinion. Le Kremlin sait choisir le moment d’un coup dur et inattendu, comme, par exemple, en août 2008 sur Saakachvili (lorsque l’armée géorgienne a été défaite, et que l’indépendance de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie a été reconnue) ou en mars 2014, lorsque la Crimée a été rendue à la Russie.

C’est juste que la Russie n’adopte une position dure que lorsqu’elle est absolument sûre de la victoire, et pas comme Trump, qui a effrayé Kim Jong-un avec des porte-avions, et qui a donc été obligé de négocier aux conditions nord-coréennes.

L’Allemagne a été sévèrement, je dirais même presque impoliment, intimé de réfléchir à un avenir déplaisant si elle n’arrêtait pas les bacchanales avec Navalny. La Russie a exigé le transfert des matériaux témoignant de l’empoisonnement de Navalny. C’est une demande normale, car s’il y a une allégation d’empoisonnement délibéré, il est nécessaire de mener une enquête, et il existe des accords correspondants sur l’assistance juridique entre Moscou et Berlin.

L’Allemagne peut fournir des tests, des échantillons de tissus, et tout ce que la Russie exige. Mais je crains que dans ce cas, le mensonge sur l’empoisonnement de Navalny avec un poison militaire ne soit rapidement dévoilé. L’Allemagne peut refuser de transférer ces matériaux, mais elle violera alors les accords existants, et la Russie, comme l’a déclaré le Ministère des Affaires Étrangères, percevra les actions de Berlin comme une provocation délibérée et prendra des mesures de rétorsion.

Cependant, le Ministère des Affaires Étrangères russe a laissé une petite marge de manœuvre à Berlin – ne plus en parler, ne pas rester dans la lumière, et renvoyer l’opposant récupéré dans sa patrie dès que possible. Il est peu probable que l’Allemagne puisse profiter de cette marge, on a déjà trop parlé de Navalny, l’affaire a déjà été portée au niveau de l’Union Européenne, Berlin ne peut tout simplement pas la porter seule. Mais il est important que l’Allemagne ait eu le choix entre plusieurs options et qu’elle puisse maintenant entamer des négociations avec Moscou sur une solution de sortie de crise mutuellement acceptable.

Qu’est-ce qui a donné à la Russie une telle confiance ? Après tout, Moscou compte clairement sur le fait que, sous la menace d’une confrontation, Berlin modérera ses ardeurs et tentera de clore rapidement le sujet Navalny.

Comme nous l’avons déjà mentionné, ces dernières années, l’Allemagne s’est fortement écartée des États-Unis pour des raisons objectives. En outre, ce conflit est de nature fondamentale et est insoluble dans le cadre des relations existantes. Il faut garder à l’esprit que les États-Unis ont une influence importante sur certains pays de l’Union Européenne (en particulier sur les pays d’Europe de l’Est), qui tentent de s’opposer à la domination allemande dans l’Union Européenne. La Pologne se distingue particulièrement à cet égard, qui, tout comme dans les années 1920 et 1930, tente d’évincer l’Allemagne de la position de leader régional de l’Europe Centrale et Orientale, en la remplaçant par elle-même.

L’alliance polono-américaine est assez dangereuse pour Berlin. L’Allemagne seule ne peut pas lui résister, et la France, qui est le partenaire de Berlin en ce qui concerne la nécessité de réformer l’UE, est en même temps un concurrent de l’Allemagne. De plus, Macron est en concurrence avec Merkel pour le statut personnel de leader de l’UE. L’alliance avec la France n’est pas fiable, et le soutien français n’est pas garanti. Le seul allié fiable est la Russie (ne serait-ce que parce qu’elle est elle-même la cible d’attaques, tant par les États-Unis que par la Pologne). Ce n’est qu’en s’appuyant sur la coopération avec Moscou que Berlin peut prétendre à une position de leader dans l’UE.

En promouvant le thème de « l’empoisonnement de Navalny », Berlin a clairement essayé de négocier avec la Russie certaines concessions géopolitiques (peu importe où : en Ukraine, dans les Balkans, on ne sait jamais où ailleurs). Cependant, les opposants politiques internes à la politique de rapprochement de Merkel avec la Russie ont saisi l’occasion et ont lancé une campagne contre le projet Nord Stream 2.

Merkel est très mal exposée ici. Depuis des années, les médias occidentaux disent au public local que Navalny est le principal concurrent de Poutine en Russie. Par conséquent, la nouvelle de son empoisonnement, qui a provoqué un éclat de rire chez les Russes et des questions « qui se soucie de lui ? », a plongé une partie importante de la société occidentale dans l’horreur – une fois de plus à Moscou, des concurrents politiques sont tués.

Dans ce contexte, la campagne des forces pro-américaines en Allemagne pour l’abandon de Nord Stream 2 a reçu un soutien public suffisant pour que Merkel ne puisse pas l’ignorer. Au début, la Chancelière a déclaré que Navalny n’avait rien à voir avec le gazoduc, mais deux jours plus tard, elle a rectifié sa position et n’a pas exclu que l’Allemagne se retire du projet.

En même temps, Merkel était bien consciente que la fermeture du projet Nord Stream 2 était une nuisance pour la Russie et un désastre pour l’Allemagne. Pas seulement parce que son économie va perdre un sérieux avantage concurrentiel par rapport à l’économie américaine. Il existe d’autres moyens de livrer le gaz russe à l’Allemagne. Tout d’abord, ce serait un désastre politique. Devant le monde entier, Berlin perdrait la bataille pour le gazoduc non seulement pour Washington, mais aussi pour Varsovie.

La Pologne humilierait l’Allemagne en remportant une bataille géopolitique fondamentale avec elle, priverait Berlin de la perspective d’une alliance avec la Russie, et peut-être même arriverait-elle à ce que la plupart des membres d’Europe de l’Est de l’UE soient réorientés de Berlin vers Varsovie. Compte tenu de l’histoire des relations germano-polonaises, ce serait non seulement une défaite politique, mais aussi une défaite historique et, à cet égard, civilisationnelle.

Tentant d’éviter le pire, Merkel a déclaré que le sort des sanctions anti-russes dues à l’affaire Navalny (concernant Nord Stream 2) sera décidé non pas par l’Allemagne, mais par l’UE. Considérant que plusieurs des plus grandes entreprises énergétiques des principaux pays de l’UE sont impliquées dans le projet Nord Stream 2, l’Allemagne pourrait compter sur le fait que les sanctions seraient soit bloquées par plusieurs membres de l’UE, soit n’affecteraient pas Nord Stream 2.

Mais, premièrement, tous les membres de l’UE sont très sensibles à la pression américaine. Deuxièmement, pourquoi devraient-ils mourir sur le champ de bataille pour Nord Stream 2, qui intéresse surtout l’Allemagne, si celle-ci s’en lave les mains ? Troisièmement, tous les Européens aiment négocier – ils disent « Nous n’imposerons pas de sanctions trop sévères, mais vous nous donnez quelque chose en échange ».

En même temps, le Kremlin sait très bien que les entreprises allemandes ne pardonneront ni à Merkel ni à son parti si le projet Nord Stream 2 échoue. Ce n’est pas pour rien que les dirigeants de la CSU (un allié de la CDU de Merkel) ont déjà déclaré qu’il ne peut être question de sanctions contre Nord Stream 2. Rien ne s’est encore produit et la coalition au pouvoir de Merkel a déjà craqué. C’est alors que Moscou a lancé son ultimatum : soit l’Allemagne cesse de faire l’imbécile, soit la Russie elle-même réduira fortement le niveau de coopération.

Moscou exige que Berlin décide si les deux pays sont des alliés ou non. S’ils le sont, alors la politique orientale de l’Allemagne doit subir une révision radicale. S’il est si simple que les intérêts coïncident temporairement, alors la Russie n’a aucun intérêt à ce qu’un tel État renforce sa position en Europe. Qu’ils découvrent avec les Polonais qui a le plus de valeur pour l’histoire mère. Et Moscou a déjà diversifié ses risques dans le secteur de l’énergie. En temps de crise, lorsque la concurrence s’intensifie, il y a toujours des acheteurs pour les sources d’énergie russes moins chères, car cela réduit le coût des produits et augmente leur compétitivité.

En fin de compte, même les Américains ont déjà compris qu’ils ne peuvent pas apporter leur coûteux gaz liquéfié aux Européens, mais acheter du gaz russe bon marché et le revendre aux Allemands.

L’Allemagne se voit proposer un choix très difficile, mais au final, personne ne l’a forcée à parrainer le Maidan ukrainien en 2014, et à se précipite maintenant pour traiter Navalny, qui a été facilement soigné par les médecins d’Omsk. Et personne ne l’a forcée à organiser des provocations. Il est grand temps pour elle de savoir où est sa place et de ne pas se précipiter inutilement.

source : https://www.stalkerzone.org

traduit par Réseau International



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut