Aller à…
RSS Feed

21 janvier 2021

L’écologie ne peut qu’être politique et radicale



  • Présentation du livre par son éditeur :

Parti d’une philosophie du sujet d’inspiration phénoménologique, suivie d’une tentative de refondation du marxisme, André Gorz (1923-2007) devait rencontrer le mouvement écologiste. L’écologie, cependant, ne peut qu’être politique, plus radicale que celle qui est défendue par les courants qui entendent se limiter à la protection de la nature. L’écologie politique naît d’une protestation spontanée contre la destruction de la « culture du quotidien » qui constitue notre milieu de vie.

L’exigence de libération implique une dimension écologique, mais à partir d’une critique du capitalisme, de la rationalité économique devenue envahissante, et d’une réflexion novatrice sur les conséquences des « métamorphoses du travail ».

Par le réenracinement de la théorie critique dans une phénoménologie appliquée, l’œuvre de Gorz représente une entreprise unique dans la pensée contemporaine.

  • Robert Chenavier, agrégé et docteur en philosophie, est l’auteur de Simone Weil. Une philosophie du travail (Cerf, 2001) et de Simone Weil, l’attention au réel (Michalon, coll. Le bien commun, 2009). Il dirige l’équipe éditoriale chargée de l’établissement des Œuvres complètes de Simone Weil (Gallimard). Ses recherches en philosophie du travail l’ont conduit à publier plusieurs articles sur André Gorz, qu’il a connu et avec qui il a entretenu une correspondance de 1978 à 2006.
  • Fonder l’écologie politique, de Robert Chevanier, aux éditions Michalon, 17 septembre 2020, 128 p., 12 euros.



Source link

Mots clés: , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut