Aller à…
RSS Feed

22 octobre 2020

Le moratoire à mi-chemin ? – Les moutons enragés



L’union fait la force ! Merci à Christine G. Partagez ! Volti

******

Paris, le jeudi 17 septembre 2020 : Le sondage sur la 5G d’OpinionWay – qui a révélé lundi dernier que les deux tiers 1  des français étaient “pour le moratoire sur la 5G” 2 n’est pas resté sans suite. Le journal “Le Parisien” a publié dès le 17 septembre un contre-sondage concluant que la population serait, au contraire, “majoritairement favorable à cette nouvelle technologie mobile” 3 . Alors – selon la formule consacrée par Emmanuel Macron – les deux tiers des français sont-ils pour ou contre le ”modèle Amish” face à la 5G ? Quelles sont les raisons de l’apparente contradiction frappant ces sondages ? Premiers éclairages, proposés par les porteurs de la class action contre la 5G.

À l’origine, un premier sondage révélant une majorité qualifiée de français “pour” le moratoire

L’information première paraissait nette : dans un sondage réalisé par Opinionway pour MySmartCab et révélé lundi 14 septembre par la plateforme d’actions collectives en justice : “67,7% des répondants jugent « nécessaire » le moratoire sur le déploiement de la 5G – avec un fort consensus au sein de la population française, quels que soient le sexe, l’âge, la région d’habitation, et la catégorie professionnelle” 4.

Trois jours plus tard, un autre sondage, amenant à conclure le contraire ?

Dès lors, le sondage Ifop publié ce jeudi par le Parisien sous le titre “5G : les Français sont pour… mais restent mesurés” interroge sur la cohérence des deux sondages. Pourtant, les deux études émanent d’instituts de sondage réputés et ont été réalisés en ligne auprès d’un millier de français selon la méthode des quotas. Mais déjà trois observations peuvent être faites.

Des questions différentes, posées différemment.

En premier lieu, les questions posées étaient différemment composées.Dans le premier sondage, il était demandé aux français si “un moratoire sur le déploiement de la 5G est nécessaire”.Dans le second, la question posée était longue, incluait un avantage attendu à terme pour la 5G à savoir un débit cent fois plus rapide : “La technologie « 5G » est une nouvelle génération de standard pour la téléphonie mobile qui donne accès à des débits de données cent fois plus rapides que la « 4G » pour dix fois plus d’appareils connectés sur une même zone. Certains considèrent cette technologie répond à la demande croissante de données et permettra de développer de nouveaux usages alors que d’autres contestent sa nécessité et son innocuité. De  manière générale, diriez vous que les pouvoirs publics doivent faciliter le déploiement de la 5G en France ?”.Ainsi, 70% de la longueur de la question était composée d’une mise en avant de ses avantages prétendus, alors que la controverse n’était évoquée que sur 10% de sa longueur.

Des données incomplètes à ce jour sur le second sondage.

En deuxième lieu, si les données brutes du sondage OpinionWay ont été mises en ligne dès sa révélation par MySmartCab 5, celles sous-tendant la conclusion diffusée par “Le Parisien” n’ont pour l’heure pas encore été trouvée 6. Nous ne doutons cependant pas à ce stade que les diffuseurs du sondage Ifop les remettront sans difficulté particulière pour analyse.

Le questionnement sur l’origine des sondages.

En troisième et dernier lieu, si l’origine du premier sondage réalisé par OpinionWay est revendiquée en transparence par la plateforme MySmartCab  – porteuse d’une classaction massive contre la 5G et défendant ainsi des personnes opposées à l’arrivée de la 5G, l’origine du sondage diffusé par “Le Parisien” interroge : l’étude, coûteuse pour comporter de nombreuses questions et être accompagnée d’infographies réussies, aurait été commandée par une petite EURL “GUIMZU” au capital de 4000 Euros et promotrice de forfait mobiles.

L’action collective en justice contre la 5G confortée par cette guerre des sondages.
Pour Maître Arnaud Durand, avocat au barreau de Paris et porteur de la class action ouverte aux français sur g5raisons.fr, « Ces tensions sur la réalisation de sondages montrent que notre action collective en justice dérange et qu’il est temps de faire la lumière sur les motivations gouvernementales ou industrielles qui sous-tendent son déploiement. ».
La Communauté MySmartCab –  Inscriptions en cours

Information contre la Pétition Action Collective contre la 5G – En cas de prestation, votre accord est d’abord recueilli et son coût vous est préalablement communiqué.

Information proposée par la SARL LEXPRECIA, Maître Arnaud Durand, Avocat au Barreau de Paris, 49 rue Saint-Roch, 75001 Paris.

Les commentaires publiés sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut