Aller à…
RSS Feed

27 septembre 2020

En Algérie, le journalisme est un crime passible de prison ferme




En Algérie, Khaled Drareni écope de deux ans de prison en appel pour avoir fait son métier de journaliste. Il avait été condamné en première instance à trois ans de prison en août. Son crime: avoir couvert le «Hirak».



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut