Go to ...
RSS Feed

10 July 2020

Un pays miné par les homicides policiers, par Richard Keiser (Le Monde diplomatique, juillet 2020)



Expression brutale des inégalités raciales aux États-Unis

Aux États-Unis, le maintien de l’ordre relève des autorités locales. Comment dès lors expliquer qu’une ville réputée progressiste comme Minneapolis soit le théâtre d’exactions policières racistes à répétition ? Dotés d’un lourd passif en matière de violences contre les habitants noirs, ses services de police y jouissent d’une impunité presque totale. Du moins jusqu’à la mort de George Floyd.

Dans l’histoire politique américaine, le Minnesota fait figure d’exception : c’est le seul État à avoir voté contre Ronald Reagan en 1984. La dernière fois que ses électeurs ont opté pour un candidat républicain à la présidence remonte à 1972, il y a presque cinquante ans. Au fil des générations, ce sanctuaire de la gauche américaine a envoyé au Congrès Hubert Humphrey, Walter Mondale et Ilhan Omar, une des deux premières femmes musulmanes à y avoir été élues. Lorsqu’on garde cette réputation à l’esprit, le meurtre de George Floyd par une patrouille de police et l’embrasement populaire qu’il a déclenché peuvent paraître surprenants. Pour un observateur familier des Twin Cities — les villes siamoises Minneapolis et Saint Paul, cette dernière étant la capitale de l’État —, ces événements n’avaient pourtant rien d’inattendu.

Bien que le Minnesota figure parmi les États les mieux cotés du pays en termes de niveau d’éducation, de revenu et de bien-être, ces statistiques, comme l’a rappelé le gouverneur démocrate Timothy Waltz à l’issue d’une nuit d’émeute consécutive à la mort de George Floyd le 25 mai, « ne sont adéquates que si vous êtes blanc. Si vous ne l’êtes pas, on bascule presque tout en bas [des tableaux d’excellence]  ». Le Minnesota n’est classé qu’en trente-neuvième position sur la liste des États comptant le plus d’Afro-Américains titulaires d’un diplôme de fin d’études secondaires. En proportion de Noirs exerçant un emploi, il tombe à la quarante-cinquième place (sur cinquante), et chute même à la quarante-huitième si l’on considère le pourcentage d’Afro-Américains propriétaires de leur logement. Le salaire médian d’une famille blanche de Minneapolis frôle les 100 000 dollars par an, tandis que celui d’un ménage noir atteint tout juste 28 500 dollars. Blancs et Noirs restent séparés et inégaux.

Les inégalités raciales n’ont cessé de croître aux États-Unis depuis les années 1970. Il n’est pas étonnant par conséquent que le Covid-19 ait fait considérablement plus de victimes parmi les Noirs que (…)

Taille de l’article complet : 2 601 mots.

Cet article est réservé aux abonnés

Lycées, bibliothèques, administrations, entreprises,
accédez à la base de données en ligne de tous les articles du Monde diplomatique de 1954 à nos jours.
Retrouvez cette offre spécifique.



Source link

Download Premium WordPress Themes Free
Premium WordPress Themes Download
Download Best WordPress Themes Free Download
Download Premium WordPress Themes Free
online free course

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Scroll Up