Go to ...
RSS Feed

10 July 2020

il y a 74 ans sur l’atoll de Bikini



  1. Campagne de dons – Juin 2020

    Chers amis lecteurs, Au début de cette année, nous écrivions que 2020 serait une année de bouleversements à l’échelle mondiale. Elle a pleinement tenu ses promesses, et ce n’est apparemment que le début de quelque chose de plus grandiose encore, et dont la principale caractéristique est une tentative de prise de contrôle total de l’information. C’est même l’essence de toutes les guerres livrées contre les peuples depuis quelques décennies. Plus que jamais, il est nécessaire que des sites comme le nôtre se multiplient pour contrer toutes les tentatives de monopoliser l’information à des fins de manipulation. Grâce à votre fidélité, vos encouragements et votre aide, nous avons réussi à surmonter toutes les pressions et contourner les divers obstacles destinés à nous faire disparaitre ou à nous intimider. Nous comptons à nouveau sur vous pour nous aider dans notre combat, et nous permettre de continuer à vous fournir un travail de qualité et une vision juste et équilibrée du monde. Merci pour votre soutien. Avic

    5 674,00 € donated

par Jade.

En plus de révéler comment la Maison Blanche et les militaires de Truman ont saboté le premier film sur la bombe atomique, de MGM, mon nouveau livre, The Beginning or the End, explore d’autres événements clés liés au nucléaire de cette année cruciale de 1946. Parmi les plus importants : le début des explosions nucléaires américaines dans le Pacifique, qui allait alimenter la course aux armements à venir, alors même qu’elle mettait en danger les indigènes, les témoins, les marins et d’autres personnes à des milliers de kilomètres de là avec les retombées radioactives qu’elles produisaient. Voici un extrait sur les plans militaires américains maléfiques pour déplacer les indigènes de Bikini vers un nouveau foyer bien plus dur avant le premier test, qui a été déclenché il y a 74 ans la semaine prochaine.

Les États-Unis avaient demandé aux 167 habitants de l’atoll de Bikini (composé de quelque 23 petites îles) en Micronésie de déménager « temporairement » afin que l’Amérique puisse mettre en place de nouvelles armes d’une puissance dévastatrice pour « le bien de l’humanité et pour mettre fin à toutes les guerres mondiales ». Le premier essai était prévu pour la fin du printemps ou le début de l’été 1946. Il prévoyait le largage d’une arme de plus de 21 kilotonnes en vigueur (là où l’explosion d’Hiroshima était de 15 kilotonnes) sur des dizaines de navires de jonque inoccupés dans le lagon de Bikini pour juger des effets sur cette flotte. Le second test serait déclenché dans la même zone sous-marine, sous une autre flotte fantôme, à distance. Les journalistes et l’équipe de tournage ont commencé à s’inscrire en grand nombre pour assister à tout cela.

Les habitants de l’île de Bikini ont appris leur évacuation forcée lorsque le commodore de la Marine Ben Wyatt, gouverneur militaire des îles Marshall, est arrivé pour leur rappeler les passages bibliques – ils avaient longtemps accueilli des missionnaires protestants – les comparant aux « enfants d’Israël que le Seigneur a sauvés de leur ennemi et conduits en Terre promise ». Les Bikiniens n’étaient pas très satisfaits de cette notion, mais leur chef, le roi Juda, a finalement accepté la demande de relocalisation, annonçant « Nous irons, croyant que tout est entre les mains de Dieu ».

Wyatt a organisé une reconstitution de cette réunion pour un film d’actualité, mais il a fallu sept reprises parce que le roi Juda n’a pas agi avec suffisamment d’enthousiasme.

Sur les onze chefs de famille en bikini, neuf ont choisi Rongerik, à 200 km à l’est – environ un sixième de la taille de leur île actuelle – comme lieu de résidence temporaire. En réalité, Wyatt et d’autres responsables américains savaient que les habitants de l’île ne seraient jamais autorisés à retourner dans ce qui était certainement un ancien paradis fortement contaminé.

Le Commodore Ben H. Wyatt s’adressant aux indigènes de l’île de Bikini.

Le magazine Time a cité un officier américain qui se vantait que soulager les Bikiniens était « un sacré bon travail de vendeur ». L’auteur du magazine a ajouté : « Le progrès a ricané après une victoire. »

La marine américaine aidait les Bikiniens à démonter leur maison de réunion et leur église pendant que les habitants empaquetaient des fournitures et des effets personnels, puis les transportaient à Rongerik dans des péniches de débarquement. Le temps a constaté qu’ils n’emportaient que peu de biens, hormis leurs bibles, leurs hymnes et les meubles apportés par les missionnaires, ainsi que « la syphilis latente laissée par les baleiniers yankees de l’ère pré-atomique ».

Personne ne vivait à Rongerik, ce qui était positif, mais la raison en était autre : Il y avait peu de réserves de nourriture et d’eau douce. La marine connaissait les défis que les Bikiniens allaient devoir surmonter là-bas, mais ne leur a laissé que quelques semaines d’eau et de nourriture. Le temps a prédit que pour les convaincre de ne pas s’enfuir après les tests, la marine devrait peut-être faire voler leur chef, le roi Juda, au-dessus de l’île de Bikini pour lui montrer quel tragique désert elle était devenue.

Chef de l’île bikini, image d’archive.

Alors que la date prévue du 1er juillet pour le premier test approchait, peu de gens aux États-Unis se souciaient de ce qui arrivait aux indigènes de l’île Bikini, mais certains craignaient que l’explosion n’enflamme l’atmosphère, ne déclenche des raz-de-marée ou ne crée une fissure dans la croûte terrestre. Les journaux ont publié des articles pleins d’esprit sur les habitants de Los Angeles qui prévoyaient de pique-niquer sur les collines le jour de l’explosion plutôt que sur la plage au cas où un tsunami se lèverait de l’océan.

Rien de tout cela ne s’est produit, bien sûr, lorsque le test a été lancé le 1er juillet. De nombreux journalistes, à distance, ont été déçus par le fait que le champignon atomique ne semblait pas si grand et que la plupart des navires n’ont pas coulé immédiatement. Un témoin, le célèbre rédacteur en chef du Saturday Review, Norman Cousins, intitulait son rapport dans le Saturday Review « La normalisation de la catastrophe ».

Trop d’observateurs à Bikini estimaient que la bombe avait été « sur-exagérée », qu’il s’agissait « simplement » d’une autre arme de guerre. Sa « nouveauté » était passée. Cousins a rappelé à ses lecteurs que l’on ne s’était pas suffisamment intéressé aux effets des radiations – et au fait que des bombes beaucoup plus puissantes seraient créées dans les années à venir.

En quatre jours, un Français du nom de Louis Reard a doublé le nouveau maillot de bain deux pièces qu’il avait conçu, le bikini.

Les cent premiers indigènes parmi ceux qui ont été forcés de quitter l’atoll de Bikini pour les essais de bombes n’ont pu retourner dans leur paradis contaminé qu’en 1970.

Dix ans plus tard, cependant, ils ont été contraints d’évacuer à nouveau après la découverte de niveaux élevés de Strontium-90 dans l’eau de leur puits et de Cessium-137 dans leur sang. Seuls les scientifiques, les plongeurs et les touristes occasionnels s’y sont rendus dans les décennies qui ont suivi.

source : https://original.antiwar.com

traduction par Aube Digitale

source : https://www.aubedigitale.com



Source link

Download WordPress Themes Free
Download Best WordPress Themes Free Download
Download Premium WordPress Themes Free
Download Nulled WordPress Themes
free online course

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Scroll Up