Aller à…
RSS Feed

3 mars 2021

Richard Branson transfère de l’argent dans un paradis fiscal tout en demandant des subventions au gouvernement anglais



Richard Branson a transféré des actifs des États-Unis vers les îles Vierges britanniques à un moment où l’une de ses entreprises cherchait à obtenir un renflouement de l’État en raison de la pandémie de coronavirus, indique l’agence Bloomberg.

Une société basée dans le Delaware (États-Unis) et détenant une participation de 1,1 milliard de dollars dans Virgin Galactic Holdings Inc. (société de voyages dans l’espace) a transféré le 16 mars des actions de celle-ci vers les îles Vierges britanniques, où vit M. Branson. Les résidents des îles Vierges ne paient aucun impôt sur le revenu ou sur les gains du capital.

Virgin Galactic est devenue l’année dernière la première entreprise de tourisme spatial cotée en bourse après avoir fusionné avec un véhicule d’investissement coté en bourse, et la société holding du Delaware a été créée pour cette transaction.

« Il s’agit d’une réorganisation interne qui n’a aucun effet sur notre participation », a déclaré un représentant de Branson. « Plutôt que de continuer à détenir les actions indirectement, nous avons entrepris cet exercice pour éliminer la propriété indirecte par le biais de cette filiale, l’entité américaine n’étant plus nécessaire. »

La compagnie de Branson, Virgin Atlantic, a demandé des centaines de millions de livres de subventions

Virgin Atlantic, la compagnie aérienne de Branson, a été durement touchée par la pandémie. Le mois dernier, lors de consultations avec le personnel, les employés ont accepté de prendre huit semaines de congés sans solde. La compagnie a demandé au gouvernement britannique de lui accorder des centaines de millions de livres sterling sous forme de prêts garantis par le gouvernement, dans le cadre d’une demande plus large pour l’industrie aéronautique.

« Le propriétaire d’entreprises mondiales semble heureux de structurer sa propriété à travers certaines des juridictions les plus opaques du monde, a déclaré Alex Cobham, du Réseau pour la justice fiscale (Tax justice network). La même personne fait maintenant appel au soutien du public. »

Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.


Soutenir Reporterre


Lire aussi : Plan de relance : 250 organisations dénoncent le lobbying de l’aviation



Source link

Mots clés: , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut