Aller à…
RSS Feed

22 septembre 2020

L’Amérique latine se prépare à la crise des coronavirus – les pays en développement ont besoin de solidarité et non de sanctions –



Le coronavirus se répand rapidement dans un certain nombre de pays d’Amérique latine, menaçant la vie de millions de personnes sur le continent. Dans cette situation de vie et de mort, les populations d’Amérique latine ont besoin de solidarité et d’assistance pour faire face à une crise qui a submergé les systèmes de santé de certaines des économies les plus riches et les plus avancées du monde.

La réponse des gouvernements d’Amérique latine a jusqu’à présent varié considérablement. Les pays dont les dirigeants sont orientés vers le socialisme ont adopté des mesures préventives strictes. En revanche, le président d’extrême droite du Brésil, Jair Bolsonaro, poursuit l’approche inverse, se joignant à Donald Trump pour minimiser totalement la crise et ne pas agir, ce qui risque de provoquer une catastrophe et des morts en masse dans un pays de 210 millions d’habitants.

D’autres pays ont montré ce qu’il est possible d’obtenir lorsque la priorité est donnée au sauvetage des vies et non à la minimisation des pertes économiques – ce qui signifie en réalité des profits. La Chine a montré dans la pratique qu’une énorme épidémie de Covid-19 peut être vaincue en six semaines si des mesures décisives sont prises. Le 5 février, les nouveaux cas quotidiens de coronavirus en Chine ont atteint un pic de 3 887 et le 19 mars, ce nombre était tombé à zéro suite à une mobilisation massive de l’ensemble du gouvernement et de la société chinoise pour écraser la maladie – non pas pour “aplatir la courbe”, mais pour écraser le virus dans le sol. C’est ce que chaque pays d’Amérique latine doit faire.

Cependant, les pays capitalistes occidentaux non seulement ne parviennent pas à contrôler la propagation du coronavirus et à protéger leurs propres populations contre la maladie, mais, dans le cas des États-Unis, ils tentent honteusement d’utiliser cette crise pour accroître la pression sur les régimes qu’ils tentent de renverser. En renforçant les sanctions contre le Venezuela en ce moment critique, l’administration américaine révèle son caractère barbare et criminel en cherchant à ajouter au nombre croissant de décès inutiles et à exacerber les souffrances humaines.

En revanche, l’expertise de vie et de mort que la Chine a acquise dans la lutte contre le virus est maintenant offerte à 82 pays à travers le monde. Dans le même temps, depuis l’Amérique latine elle-même, Cuba a également répondu à cette crise internationale en envoyant des brigades médicales dans les pays touchés – y compris dans le pays le plus touché d’Europe, l’Italie, dans un immense geste d’humanitarisme d’un petit pays en développement vers l’une des nations les plus riches du monde.

Alors que le nombre de cas de Covid-19 commence à augmenter de manière drastique, la seule façon d’éviter une catastrophe en Amérique latine est de prendre les mesures préventives les plus fortes possibles, de lever toutes les sanctions américaines et d’assurer le plus haut niveau possible de solidarité internationale pour aider à fournir les ressources et l’expertise nécessaires pour vaincre le virus.

L’évolution de la crise du coronavirus en Amérique latine

Le coronavirus se répand en Amérique latine, le nombre de cas augmentant dans presque tous les pays de la région.

Le 24 mars, l’Organisation mondiale de la santé a indiqué qu’il y avait un total de 5 626 cas confirmés de coronavirus en Amérique latine et dans les Caraïbes. Sur ce total, 1 728 nouveaux cas ont été enregistrés au cours des 24 heures précédentes, ce qui indique une augmentation de 44 % du nombre total de cas au cours de cette période. Si ce taux d’augmentation se poursuit, le nombre de cas en Amérique latine et dans les Caraïbes doublera tous les quelques jours.

Au moment de la rédaction de ce rapport, dans cinq pays – Chili, Costa Rica, Panama, Équateur et Uruguay – la situation est déjà pire qu’au plus fort de l’épidémie en Chine, par rapport à la population. La situation au Brésil se détériore très rapidement et est en passe de devenir bien pire que le pic de l’épidémie en Chine d’ici quelques jours.

La comparaison des cas en chiffres absolus dans différents pays masque l’impact réel car la Chine, premier pays à subir l’attaque du virus, est beaucoup plus importante que tous les pays d’Amérique latine. Pour comprendre l’intensité réelle de la crise, il est donc nécessaire de comparer la situation des pays d’Amérique latine relativement en proportion de la population chinoise.

Le pic de l’épidémie en Chine a été atteint le 5 février, lorsque la Chine a enregistré 3 887 nouveaux cas quotidiens. Si l’on considère les pires flambées de coronavirus en Amérique latine à ce jour, sur la base des données de l’Organisation mondiale de la santé, en utilisant une moyenne mobile de 3 jours pour éliminer l’effet de toute évolution purement à court terme, les pays les plus touchés en Amérique latine sont les suivants :

Le Panama : La Chine est 329 fois plus grande que le Panama. Ainsi, le nombre actuel de nouveaux cas quotidiens au Panama équivaut à 22 818 cas quotidiens par rapport à la population chinoise, ce qui est 5,8 fois pire que le jour de pointe de la Chine en termes relatifs.

L’Équateur  : La Chine est 80 fois plus importante que l’Équateur. Le nombre actuel de nouveaux cas quotidiens en Équateur équivaut donc à 11 339 cas par rapport à la population chinoise. C’est 2,9 fois pire que le pic de la journée en Chine en termes relatifs.

L’Uruguay : la Chine est 399 fois plus importante que l’Uruguay. Le nombre actuel de nouveaux cas quotidiens en Uruguay équivaut donc à 9 040 cas par rapport à la population chinoise. C’est 2,3 fois moins que le jour le plus fort de la Chine en termes relatifs.

Le Chili : La Chine est 72 fois plus importante que le Chili. Le nombre actuel de nouveaux cas quotidiens au Chili équivaut donc à 7 527 cas par rapport à la population chinoise. C’est 1,9 fois pire que le pic de la journée en Chine en termes relatifs.

Le Costa Rica  : La Chine est 274 fois plus importante que le Costa Rica. Le nombre actuel de nouveaux cas quotidiens au Costa Rica équivaut donc à 4 113 cas par rapport à la population de la Chine. Ce chiffre n’est que légèrement inférieur à celui du jour le plus fort de la Chine en termes relatifs.

Au Brésil, la moyenne mobile de 3 jours montre actuellement que le pays compte 2 054 cas par rapport à la Chine. Ce nombre augmente rapidement.

Le coronavirus se propage également rapidement au Pérou, en Argentine et en Colombie.

Il s’agit d’une situation critique de vie et de mort, où des millions de personnes pourraient mourir si le virus n’est pas maîtrisé. Des actions préventives décisives de la part des gouvernements d’Amérique latine, ainsi que l’aide et le soutien internationaux sont nécessaires dans cette situation très dangereuse.

Bolsonaro entraîne le Brésil dans une catastrophe – l’intervention américaine a affaibli la capacité du Brésil et de la Bolivie à lutter contre le coronavirus

L’offensive américaine contre la gauche en Amérique latine a rendu le continent plus vulnérable à la pandémie de coronavirus. Au Brésil et en Bolivie, de récents coups d’État soutenus par les États-Unis ont porté au pouvoir des dirigeants qui se montrent négligents et peu préparés à sauver des vies et à contenir le Covid-19.

La situation à laquelle le Brésil est confronté est pénible. Comme Donald Trump, Jair Bolsonaro a minimisé de manière irréfléchie la menace représentée par le coronavirus – déclarant le 10 mars que le virus était un fantasme médiatique. Le même jour, l’Organisation mondiale de la santé a indiqué qu’il y avait plus de 113 000 cas confirmés dans le monde.

Au cours des deux semaines qui ont suivi ces commentaires, au 24 mars, le nombre de cas confirmés dans le monde a plus que triplé pour atteindre 372 757, les cas du Brésil ayant augmenté en flèche, multipliant par plus de 60 le nombre de cas, qui est passé de 25 à 1 546.

Le fait que le Brésil ait un tel leadership d’extrême droite à la tête de cette crise en cours est une conséquence directe de l’intervention américaine. Au Brésil, l’élection de Jair Bolsonaro en octobre 2018 a représenté une victoire pour la politique étrangère américaine en Amérique latine et la consolidation d’un coup d’Etat coordonné contre le Parti des travailleurs (PT) qui a commencé avec l’éviction de la présidente démocratiquement élue Dilma Rousseff en 2016. Bolsonaro n’a remporté l’élection présidentielle qu’après que le candidat du PT et leader de gauche Lula da Silva ait été empêché de se présenter après avoir été emprisonné sur de fausses accusations de corruption dans une manœuvre flagrante coordonnée par le ministère américain de la justice en collaboration avec le système judiciaire de droite du Brésil.

Eyes On Latin America s’est entretenu avec Brian Mier, le co-rédacteur en chef du site web Brasil Wire, sur les implications de ce coup d’état américain qui a compromis la capacité du Brésil à répondre efficacement à l’épidémie de coronavirus qui se propage actuellement dans le pays :

“Après le coup d’État de 2016, le président Temer et ses alliés ont adopté un amendement constitutionnel qui a gelé les dépenses de santé publique pendant 20 ans. Ensuite, Bolsonaro a chassé 8 000 médecins cubains du pays pour des raisons idéologiques, laissant les zones rurales et les bidonvilles du pays sans médecins. Bolsonaro a également réduit le budget de la santé de 250 millions de dollars. En conséquence, le Brésil est terriblement mal préparé pour faire face à cette crise”.

Jusqu’à présent, la réaction de Bolsonaro au coronavirus a été criminelle et risque de provoquer des morts en masse au Brésil. Le dimanche 22 mars, il a de nouveau décrit le coronavirus comme un “truc” médiatique et comparable à une “petite grippe”. Bolsonaro n’a pris aucune mesure sérieuse pour lutter contre la propagation de la maladie.

Les gouverneurs d’un certain nombre d’États brésiliens ont pris les choses en main et ont commencé à mettre en place des mesures de verrouillage en fermant des centres commerciaux, des écoles, des bâtiments publics et des manifestations sportives à Rio de Janeiro et à Sao Paulo. Bolsonaro a réagi en attaquant les gouverneurs pour avoir pris ces mesures nécessaires, en déclarant qu’ils étaient des “tueurs d’emplois” et en poursuivant des tactiques de “terre brûlée” économiquement dommageables.

Toute l’orientation de Bolsonaro est de protéger les intérêts économiques des capitalistes, et non de défendre la vie et les moyens de subsistance du peuple brésilien. Cette approche se heurte à des résistances. Il a été contraint de revenir sur un décret présidentiel qui aurait permis aux employeurs de suspendre les travailleurs pendant quatre mois, ce qui aurait laissé des millions de personnes sans salaire ou sans possibilité de demander des allocations de chômage.

Des manifestations de pots et casseroles ont éclaté dans les grandes villes brésiliennes chaque nuit depuis une semaine, les personnes mises en quarantaine chez elles exprimant, depuis leurs fenêtres et leurs balcons, leur dégoût face à la gestion par Bolsonaro de la crise du coronavirus qui se déroule. Une enquête montre que 64 % des Brésiliens rejettent la façon dont Bolsonaro gère l’épidémie.

La perspective d’une propagation incontrôlée du virus dans les favelas (bidonvilles), qui disposent d’infrastructures médiocres, manquent d’eau courante propre et sont surpeuplées, fait craindre une catastrophe humanitaire au Brésil. Dans ce contexte, l’incapacité de Bolsonaro à mettre en œuvre des mesures préventives pour arrêter la propagation du virus est une erreur qui pourrait coûter des centaines de milliers de vies.

Comme l’a souligné l’émission “Rio On Watch”, il est extrêmement difficile d’endiguer une épidémie majeure de coronavirus dans ces bidonvilles pauvres :

“Comment se désinfecter les mains si le gouvernement ne garantit pas un approvisionnement constant en eau, et si le désinfectant est cher et en faible quantité parce qu’il a été thésaurisé ? Comment s’isoler si les maisons des habitants des favelas abritent fréquemment de nombreuses personnes dans un espace réduit, parfois avec une faible circulation d’air, et avec la majorité des travailleurs qui n’ont pas la possibilité de rester chez eux sans être licenciés ou sans revenu garanti ? Comment s’approvisionner en nourriture quand les salaires sont bas et les économies difficiles à accumuler”.

Il est clair que Lula da Silva apporterait une réponse totalement différente à la situation s’il était président à la place de Bolsonaro. Le 20 mars, Lula a résumé très succinctement son approche de la question en déclarant “après avoir sauvé le peuple, nous pouvons discuter de la manière de sauver l’économie”.

En Bolivie, la perspective d’une importante épidémie de coronavirus est considérée comme une opportunité pour la dictature soutenue par les Etats-Unis de consolider son coup d’état militaire contre Evo Morales et le Mouvement vers le Socialisme (MAS) de novembre 2019, selon le journaliste bolivien Ollie Vargas.

Selon Vargas :

“Le coronavirus pose un énorme problème au régime bolivien car il va se retrouver avec une crise économique que son nouveau modèle économique ne pourra pas absorber. Ils ont réduit les allocations et les prestations sociales au moment même où les gens vont devoir rester chez eux. S’ils prévoient de vendre de grandes parties de l’industrie d’État, ils vont se retrouver sans revenus pour reconstruire l’économie.

“Ils en font une opportunité pour eux-mêmes en utilisant la crise pour militariser de larges parties du pays. Maintenant, ils peuvent suspendre les élections, ils peuvent prendre toutes sortes de mesures pendant que les gens sont chez eux et, bien sûr, le seul pouvoir de la gauche, le MAS, est sa capacité à mobiliser un grand nombre de personnes, sans quoi le gouvernement est dans une position beaucoup plus forte pour imposer des politiques impopulaires. En Bolivie, le coronavirus est un bon prétexte pour intensifier la répression à un point auquel ils réfléchiraient certainement à deux fois dans des circonstances normales”.

L’une des premières actions de la dictature bolivienne après le coup d’État de novembre a été d’expulser 700 médecins cubains du pays, ce qui laisse aujourd’hui en danger de nombreuses communautés parmi les plus vulnérables du pays.

Le Venezuela lutte contre le coronavirus face aux sanctions américaines

Le Venezuela lutte contre le coronavirus en dépit des sanctions économiques sévères que les États-Unis ont imposées au pays. L’approche du gouvernement vénézuélien est d’empêcher la propagation du virus.

Le lundi 16 mars, avec 33 cas confirmés, le gouvernement vénézuélien a annoncé une “quarantaine collective” nationale. Une semaine plus tard, le 23 mars, le nombre de cas s’élevant à 70, le gouvernement vénézuélien a annoncé une série de mesures visant à garantir le niveau de vie de la population, notamment la suspension du paiement des loyers et des hypothèques pendant six mois et le soutien de l’État aux travailleurs des secteurs public et privé. Les licenciements, les expulsions et la fermeture des services publics à la suite d’une quarantaine ont tous été interdits. Le Venezuela entreprend un vaste programme de dépistage du Covid-19 au sein de la population, après que la Chine et la Russie aient envoyé de manière responsable des milliers de kits de dépistage. De sérieuses mesures préventives de santé et de sécurité sont prises dans les espaces publics, par exemple les travailleurs du métro désinfectent minutieusement les voitures à Caracas.

En cette période d’urgence internationale, les États-Unis renforcent leurs sanctions contre le Venezuela et menacent de lui imposer un blocus naval. Le président du Venezuela, M. Maduro, a condamné les États-Unis pour avoir bloqué les navires qui sont censés livrer de la nourriture et des médicaments au Venezuela. La demande du Venezuela pour un prêt d’urgence de 5 milliards de dollars pour faire face à l’urgence du coronavirus a été rejetée par le FMI.

Le Center for Economic and Policy Research souligne que les sanctions économiques américaines qui ont été imposées au Venezuela depuis 2017 ont déjà entraîné “une augmentation de la maladie et causé des dizaines de milliers de décès en excès” en provoquant des pénuries de médicaments et de nourriture. Continuer à imposer et à durcir les sanctions pendant une urgence sanitaire mondiale dans le but de saper la capacité du pays à faire face à la pandémie n’est rien de moins qu’un crime contre l’humanité.

La priorité doit être de sauver des vies

“Nous ne sommes pas à la merci de ce virus. Que l’espoir soit l’antidote à la peur. Que la solidarité soit l’antidote à la faute. Que notre humanité commune soit l’antidote à notre menace commune.” – Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé.

Le coronavirus peut être vaincu. Les mesures requises, comme cela a été démontré dans la pratique, sont les suivantes : des tests généralisés et effectués en temps utile, des quarantaines rigoureusement appliquées, la garantie de revenus et la fourniture de nourriture et de médicaments à la population mise en quarantaine, l’expansion considérable des infrastructures de soins de santé par la création d’hôpitaux temporaires et des mesures globales de santé et de sécurité pour les travailleurs et le public.

La solidarité, l’assistance et la coopération sont nécessaires dans la lutte mondiale contre le Covid-19. L’agression et les sanctions américaines contre les pays qui luttent contre les épidémies de Covid-19 en Amérique latine sont des crimes contre l’humanité et doivent être combattues.

Fiona Edwards

Traduction Bernard Tornare

Source en anglais : https://eyesonlatinamerica.com/?s=every+few+days





Source link

Mots clés:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut