Aller à…
RSS Feed

26 septembre 2020

Cette planète tourne à un rythme infernal autour de son étoile – photo




Sci-tech

URL courte

Une équipe d’astronomes a découvert une planète qui se trouve à quelque 1.000 années-lumière de notre Terre et qui accomplit une révolution autour de son Soleil en seulement 18 heures.

Elle fait partie des «Jupiter chauds», ces planètes gazeuses de masse équivalente ou supérieure à celle de Jupiter, et elle évolue très près de son étoile. Située à environ 1.000 années-lumière de notre Terre, elle est remarquable par le fait qu’une «année» y dure moins qu’un jour sur Terre.

En effet, elle accomplit un tour autour de son Soleil en 18 heures.

«Nous sommes ravis d’annoncer la découverte de NGTS-10b, une planète de type Jupiter avec une période extrêmement courte en orbite autour d’une étoile pas si différente de notre Soleil», a déclaré le principal auteur de l’étude, James McCormac, de l’université de Warwick au Royaume-Uni.

Il s’agit de la période orbitale la plus courte observée pour un Jupiter chaud jusqu’ici, précise l’étude publiée par Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

«Bien qu’en théorie les Jupiters chauds avec de courtes périodes orbitales (moins de 24 heures) soient les plus faciles à détecter en raison de leur grande taille et de leurs transits fréquents, ils se sont révélés extrêmement rares. Sur les centaines de Jupiters chauds actuellement connus, seulement sept ont une période orbitale inférieure à un jour», a indiqué James McCormac dans un communiqué.

La nouvelle planète, dont la température dépasse les 1.000 kelvins, soit un peu plus de 700°C, fait aussi vite une révolution parce qu’elle tourne à une distance faisant le double du diamètre de son étoile. À titre de comparaison, son orbite est 27 fois plus près de son Soleil que Mercure du nôtre.

Les planètes à périodes orbitales ultra-courtes

Dans le cadre du projet Next-Generation Transit Survey (NGTS), les chercheurs ont remarqué des baisses fréquentes et régulières de luminosité d’une étoile située à environ 1.000 années-lumière.

Ces résultats témoignent le plus souvent du passage d’une planète évoluant très proche de son hôte. C’est ainsi qu’ils ont découvert NGTS-10b.

«On pense que ces planètes [à périodes orbitales, ndlr] ultra-courtes migrent depuis la partie extérieure de leur système solaire et sont finalement consommées ou perturbées par l’étoile», a expliqué pour sa part le co-auteur David Brown.

Les chercheurs de l’université de Warwick ont réalisé leur étude grâce à l’Observatoire du Cerro Paranal, au Chili.





Source link

Mots clés: ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut