Aller à…
RSS Feed

28 septembre 2020

Le super logiciel de Bercy (hum, hum…) — Philippe ARNAUD



Grâce à un super-logiciel qui croise des données issues de multiples fichiers, le gouvernement, l’an dernier, aurait réussi à faire rentrer 9 milliards d’impôts supplémentaires dans les caisses de l’État.

Et citoyens et contribuables priés d’applaudir. Sauf que…

1. Sauf que… l’impôt direct sur le revenu des personnes physiques, présenté implicitement – et donc de manière spécieuse et malhonnête – comme l’impôt par excellence, l’impôt en soi, ne représente en fait qu’une part minime des recettes de l’État (dans les 17 %).

– En effet, l’impôt qui rapporte le plus est la TVA, impôt indirect, donc injuste, puisqu’il pèse essentiellement sur les classes moyennes et populaires, qui consacrent l’essentiel de leur revenu à consommer, donc à payer cet impôt. En outre, avec cet impôt, on trouve la taxe sur les produits pétroliers, également injuste car tout aussi indirect. N’oublions pas que c’est cet impôt qui, en 2018, a déclenché l’insurrection des Gilets jaunes. Ces deux impôts représentent la moitié des recettes de l’État.

2. Sauf que… avant même l’impôt sur le revenu, l’impôt sur la personne qui rapporte davantage est la CSG, dont le produit est supérieur à l’impôt sur le revenu, et qui est aussi un impôt injuste, mais pour une autre raison, c’est qu’il est proportionnel (comme l’est la flat tax) et non progressif…

3. Sauf que, depuis des années, le taux marginal d’impôt (c’est-à-dire maximum) sur le revenu n’a cessé de baisser, c’est-à-dire d’être favorable aux classes aisées, car ce sont elles qui sont concernées par cet impôt. Et que les gouvernements dits “de gauche” n’ont rien fait pour inverser cette tendance.

4. Sauf qu’une des toutes premières mesures du gouvernement Macron a été de supprimer l’ISF (qui était pourtant d’un taux tout à fait modique), qui ne profitait qu’aux très riches. Ce qui fait perdre dans les 3 milliards par an à la collectivité.

5. Sauf que non seulement aucun effort sérieux n’est fait pour éradiquer la fraude fiscale, qui coûte à la collectivité dans les 80 milliards d’euros par an, mais qu’en outre, depuis des années, les effectifs des inspecteurs et contrôleurs des impôts ne cessent de diminuer…





Source link

Mots clés:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut