Aller à…
RSS Feed

1 octobre 2020

«Fonctionnement de la démocratie» : la Cour de cassation épingle Macron sur l’affaire Halimi | Brèves



Quatre jours après les propos d’Emmanuel Macron, qui évoquait le le «besoin» d’un procès dans l’affaire Sarah Halimi, la Cour de cassation souligne la nécessité d’une justice indépendante pour garantir le fonctionnement de la démocratie.

Commentant la récente prise de position du président de la République au sujet du meurtre de Sarah Halimi en 2017, la Cour de cassation a publié ce 27 janvier un communiqué rappelant que «l’indépendance de la justice, dont le président de la République est le garant, [est] une condition essentielle du fonctionnement de la démocratie». «Les magistrats de la Cour de cassation doivent pouvoir examiner en toute sérénité et en toute indépendance les pourvois dont ils sont saisis», peut-on lire encore.

Signé par Chantal Arens, première présidente de la Cour de cassation et François Molins, procureur général près cette Cour, le texte intervient quatre jours après le discours d’Emmanuel Macron à Jérusalem. Devant la communauté française en Israël, le chef de l’Etat avait mentionné la décision de la cour d’appel de Paris, qui a déclaré pénalement irresponsable l’auteur du meurtre de Sarah Halimi. Expliquant qu’il ne pouvait pas commenter ouvertement une décision de justice, le président avait toutefois annoncé qu’«un pourvoi en cassation a[vait] été formulé et constitu[ait] une voie possible». Comme le rapporte LCI, Emmanuel Macron avait alors déclaré que la justice française avait «reconnu le caractère antisémite de ce crime», avant d’ajouter : «Si la responsabilité pénale est affaire des juges, la question de l’antisémitisme est celle de la République […] Même si à la fin le juge décidait que la responsabilité pénale n’est pas là, le besoin de procès est là.»

Agée de 65 ans et de confession juive, Sarah Halimi a été assassinée au mois d’avril 2017 à Paris. Ce meurtre a suscité un intense débat au sujet autour de l’antisémitisme, mais en décembre 2019, la cour d’appel de Paris a conclu à l’irresponsabilité pénale de Kobili Traoré, qui avait reconnu être l’auteur des faits.

“Mais allez en dictature !”

Ironie du sort ? Le communiqué de la Cour de cassation qui rappelle le président à l’ordre sur «le fonctionnement de la démocratie» intervient quatre jours après qu’Emmanuel Macron lui-même avait, dans un entretien accordé aux journalistes lors de son retour d’Israël, répondu aux attaques consistant à affirmer que la France était devenue une dictature. «Mais allez en dictature ! Une dictature, c’est un régime ou une personne ou un clan décident des lois. Une dictature, c’est un régime où on ne change pas les dirigeants, jamais. Si la France c’est cela, essayez la dictature et vous verrez ! La dictature, elle justifie la haine. La dictature, elle justifie la violence pour en sortir», avait-il notamment déclaré au micro de Radio J.

https://francais.rt.com/france/70793-fonctionnement-democratie-cour-cassation-epingle-macron-affaire-halimi





Source link

Mots clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut