Aller à…
RSS Feed

20 septembre 2020

Pour Ségolène Royal : «On est dans un régime autoritaire» | Brèves



Ségolène Royal a remis une couche sur Emmanuel Macron et le gouvernement, considérant que la réforme des retraites a été engagée de «façon autoritaire» et «autocratique». La veille, le président avait asséné : «Essayez la dictature et vous verrez !».

La potentielle candidate socialiste pour 2022, Ségolène Royal, a très peu goûté à sa mise à l’écart de l’ambassade des Pôles. Autrefois bienveillante à l’égard d’Emmanuel Macron, elle adresse désormais des piques de manière répétée à l’encontre du pouvoir macronien. Interviewée le 24 janvier sur BFM TV, l’ancienne ministre de l’Environnement a ainsi assuré que la France était désormais «dans un régime autoritaire». Loin d’en démordre, elle a justifié cette prise de position : «C’est un régime, un pouvoir qui n’écoute pas, qui n’en fait qu’à sa tête, qui assiste à la souffrance des citoyens sans réagir.»

Ségolène Royal a d’ailleurs pris appui sur la situation des personnels de santé qui, comme à l’hôpital de Marseille, «souffrent depuis des mois parce qu’on leur a retiré des moyens de fonctionnement». «Les Français sont très attachés à leur santé et quand on voit, dans le monde entier, des images de violences, […] ce qui se passe en France dans la rue, il y a beaucoup d’interrogations sur la nature de ce régime en effet», a-t-elle justifié.

Elle attend ainsi du conseil des ministres qu’il retire le 24 janvier le projet de réforme des retraites : «Comme le souhaitent plus de 60% des Français puisque cette réforme a été très mal engagée, de façon autoritaire, de façon autocratique même, puisque les débats parlementaires n’ont même pas commencé», et conclut en évoquant «un vrai problème de crise démocratique».

Son propos étonne d’autant plus qu’elle n’avait pas hésité à défendre l’attitude des forces de l’ordre à Mantes-la-Jolie qui avaient forcé des lycéens à s’agenouiller, les mains derrière la tête, le 6 décembre 2018, après une mobilisation lycéenne contre la politique éducative du gouvernement.

La veille, le 23 janvier au soir, Emmanuel Macron avait dénoncé avec véhémence au micro de Radio J, dans l’avion du retour d’Israël, «les discours politiques extraordinairement coupables» affirmant que la France était devenue une dictature et justifiant de ce fait selon lui la violence politique et sociale. «Aujourd’hui s’est installée dans notre société et de manière séditieuse, par des discours politiques extraordinairement coupables, l’idée que nous ne serions plus dans une démocratie, qu’une forme de dictature se serait installée», avait accusé le président dans cet entretien.

Et de lancer : «Mais allez en dictature ! Une dictature, c’est un régime ou une personne ou un clan décident des lois. Une dictature, c’est un régime où on ne change pas les dirigeants, jamais. Si la France c’est cela, essayez la dictature et vous verrez ! La dictature, elle justifie la haine. La dictature, elle justifie la violence pour en sortir. Mais il y a en démocratie un principe fondamental : le respect de l’autre, l’interdiction de la violence, la haine à combattre.»

Ségolène Royal démise de ses fonctions d’ambassadrice des pôles

La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a confirmé que Ségolène Royal, très critique envers le pouvoir, allait formellement être démise vendredi de ses fonctions d’ambassadrice des pôles, Mme Royal ayant aussitôt pris «acte de son limogeage», écrit l’AFP.

«C’est effectivement à l’ordre du jour ce matin du conseil des ministres, elle ne sera plus ambassadrice des pôles. C’est un poste vraiment important parce qu’on sait l’importance qu’ont les pôles et la fonte des glaces dans le phénomène du réchauffement climatique. Donc c’est un sujet sérieux dont il faut s’occuper avec sérieux», a déclaré Mme Ndiaye sur BFM TV et RMC.

Quelques minutes plus tard seulement, Ségolène Royal a réagi sur Twitter, un outil de communication qu’elle utilise depuis des semaines pour critiquer la politique du gouvernement: «Je prends acte de mon limogeage car je choisis ma liberté de parole.»

Les critiques répétées de l’ancienne ministre PS, finaliste de la présidentielle 2007, envers le pouvoir lui avaient valu, le 7 janvier, une lettre du ministère des Affaires étrangères la rappelant à son «devoir de réserve» et la sommant de mettre un terme à ses salves répétées, sous peine d’être limogée de cette fonction qu’elle occupait depuis 2017 sur nomination d’Emmanuel Macron.

«La diplomatie, c’est une mission, la politique en est une autre», l’avait également avertie le Premier ministre Édouard Philippe.

Selon Sibeth Ndiaye, Mme Royal n’a pas «souhaité apporter de réponse à ces observations et donc nous en tirons les conséquences», ajoutant qu’il y aura «évidemment une nomination qui sera faite pour occuper ce poste» désormais vacant.

Dans son message sur Twitter, Mme Royal conteste le fait qu’elle n’ait pas répondu au gouvernement en postant un courrier adressé au ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et au Président Emmanuel Macron qui est resté, selon elle «sans suite».

Ségolène Royal, qui est par ailleurs visée par une enquête préliminaire sur l’usage fait des moyens mis à sa disposition en tant qu’ambassadrice des pôles, a répété plusieurs fois ces derniers mois qu’elle ne s’interdisait pas de réfléchir à une candidature à la présidentielle de 2022.

https://francais.rt.com/france/70665-pour-segolene-royal-on-est-regime-autoritaire
https://fr.sputniknews.com/france/202001241042954526-segolene-royal-demise-de-ses-fonctions-dambassadrice-des-poles/



Source link

Mots clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut