Aller à…
RSS Feed

22 septembre 2020

Crash du Superjet à Moscou qui avait fait 41 morts: la raison établie, l’enquête achevée




Le coupable de l’accident du Sukhoi Superjet de la compagnie russe Aeroflot, qui avait fait 41 morts en mai 2019 à Moscou, est le commandant de bord, a annoncé le Comité d’enquête de Russie, indiquant que les investigations étaient terminées.

L’enquête a formellement conclu que le coupable dans l’accident du Sukhoi Superjet (SSJ 100) de la compagnie russe Aeroflot en mai dernier à Moscou en était le commandant de bord, Denis Evdokimov. L’enquête ne sera pas poursuivie et les investigations ne seront pas étendues aux activités des services au sol, a déclaré au journal Kommersant Igor Krasnov, vice-président du Comité d’enquête de Russie.

«Nous avons la conclusion des experts sur la raison de cette tragédie. Nous avons étudié les arguments de la compagnie aérienne et ceux du pilote et nous pouvons  dire que l’avion n’y est absolument pour rien, étant donné que des atterrissages de ce genre ne sont prévus ni pour les SSJ, ni pour, par exemple, les Boeing, les Airbus ou d’autres appareils», a-t-il souligné.

Il a rappelé que le chef d’accusation retenu contre Denis Evdokimov était la violation des règles d’exploitation d’un moyen de transport aérien. Avec son avocat, il est en train de prendre connaissance du dossier, a ajouté Igor Krasnov. Il a tenu à préciser que le commandant de bord possédait une formation spéciale et une grande expérience de pilotage d’avions de types différents.

«Toutefois, par ses actions […] il a créé un facteur de charge dépassant la charge limite d’exploitation de l’avion», a-t-il expliqué.

Igor Krasnov a précisé que l’atterrissage, brutal, avait été effectué en excès de vitesse et de charge verticale. L’appareil a rebondi à trois reprises sur la piste jusqu’à ce que la jambe du train d’atterrissage se casse, ce qui a entraîné la destruction de l’avion, ainsi que le déversement et l’inflammation du kérosène.

L’avocate du pilote a indiqué pour sa part que son client ne plaidait pas coupable.

L’accident a fait 41 morts

Le 5 mai 2019, un SuperJet 100 d’Aeroflot qui réalisait un vol entre Moscou et Mourmansk, est retourné à l’aéroport une demi-heure après son décollage.

Il a effectué un atterrissage d’urgence, mais n’a réussi à se poser qu’après plusieurs tentatives, son train d’atterrissage s’est alors cassé et ses moteurs ont pris feu. Le drame avait fait 41 morts, dont 40 passagers, et causé un préjudice de 1,5 milliard de roubles (soit plus de 22 millions d’euros), avec la perte de l’appareil.

Le Comité d’enquête avait retenu au début plusieurs hypothèses dont le manque de qualification des pilotes, des aiguilleurs du ciel et des membres de l’inspection technique, ainsi qu’une défaillance technique et des conditions météorologiques difficiles.





Source link

Mots clés: ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut