Aller à…
RSS Feed

24 septembre 2020

L’Iran en Syrie: «sans un tel ennemi extérieur, Netanyahou perdra tout son pouvoir»




Benyamin Netanyahou affirme que Tsahal n’a frappé dans la nuit de mardi à mercredi des dizaines de sites iraniens en Syrie qu’en réponse à des tirs de roquettes en direction du plateau du Golan, annexé par l’État hébreu. Un député syrien a décrypté pour Sputnik cette allégation du Premier ministre israélien.

L’armée israélienne a porté des frappes aériennes nocturnes contre des sites militaires iraniens en Syrie pour répliquer à des tirs de roquettes la veille depuis le territoire syrien, a déclaré Benyamin Netanyahou, ajoutant qu’Israël ne cessera d’assurer sa sécurité.

Frapper la Syrie pour engranger des dividendes politiques

Les frappes israéliennes contre la Syrie permettent à Benyamin Netanyahou d’engranger d’emblée plusieurs dividendes politiques, a estimé dans un entretien accordé à Sputnik le député syrien Muhannas Haj Ali.

«Tout d’abord, cela l’aide dans la confrontation politique à l’intérieur du pays. Et ensuite, il est désormais plus facile pour les États-Unis de reconnaître à Israël le droit de construire des colonies de peuplement [juives, ndlr] en Cisjordanie, c’est-à-dire de réaliser le “deal du siècle”», explique l’interlocuteur de l’agence.

Pas de sites militaires iraniens en Syrie

Et de rappeler qu’il n’y avait tout simplement pas en Syrie de sites militaires iraniens que les Israéliens prétendent bombarder.

«Il y a là des bases militaires russes, mais pas du tout iraniennes. Il est toutefois vrai qu’en vertu d’un accord intergouvernemental de longue date, des spécialistes militaires iraniens travaillent en Syrie. Tel Aviv invente des histoires sur des prétendus sites iraniens pour justifier ses propres actes», a relevé le parlementaire.

Selon ce dernier, en réalité, des immeubles d’habitation ont été détruits, et des civils ont été tués.

Créer un ennemi extérieur pour se maintenir au pouvoir

«Chaque fois que l’armée syrienne remporte des victoires sur les champs de bataille, l’aviation israélienne se met à bombarder la Syrie. […] Par ailleurs, la situation politique en Israël est très compliquée, la société étant divisée. Netanyahou a besoin d’une menace extérieure pour regrouper différentes mouvances politiques. Au début des années 2000, ce rôle était attribué au Hezbollah, ensuite au Hamas et maintenant à l’Iran en Syrie. Sans un tel ennemi extérieur, Netanyahou perdra tout son pouvoir», souligne le Syrien.

Le 20 novembre au matin, Tsahal a revendiqué des frappes de «grande ampleur» en Syrie, «en réponse» à des tirs de roquettes la veille depuis le territoire syrien.

Dans un communiqué, les militaires israéliens ont dit avoir frappé «une dizaine de cibles militaires des forces iraniennes Al-Qods et des forces armées syriennes, incluant des missiles sol-air, des quartiers généraux, des entrepôts et des bases militaires».

À son tour, l’agence syrienne Sana a fait état de deux blessés dans ces raids.





Source link

Mots clés: ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut