Aller à…
RSS Feed

23 septembre 2020

“Ce n’est pas 30 pesos, c’est 30 ans !”



Les porte-parole du gouvernement et de la droite ont dit : “C’est seulement 30 pesos. Moins de 10 cents par dollar. Mais c’est la paille qui a brisé le dos du chameau, après des décennies de fortes inégalités sociales, d’un modèle capitaliste issu de la dictature de Pinochet. C’est pourquoi les jeunes et les travailleurs ont éclaté. Depuis plus de 12 jours, des millions de personnes sont descendues dans la rue pour demander le départ de Piñera et exiger un changement fondamental dans le pays.

L’explosion sociale au Chili a surpris le gouvernement de Piñera et toute la bourgeoisie, y compris l’impérialisme. Jusqu’alors, le “modèle chilien” était cité comme exemple de “succès”. Quelques jours avant l’explosion, Piñera disait que le Chili était une “oasis”. Mais c’est un modèle d’exploitation extrême, une continuation de la dictature de Pinochet, bien qu’il ait été démantelé avec le pacte avec les partis politiques du système tels que la Démocratie chrétienne et le Parti socialiste, ainsi que les nouveaux partis de la droite pinochetiste (UDI et autres). Pinochet a imposé la constitution de 1980, qui est toujours en vigueur, et depuis les années 90 – avec le régime de la “Concertación” – les gouvernements du DC-PS-PC ou de la droite s’alternent, via des élections. Avant Piñera, la présidente était la Bachelet “socialiste”. Tous ont maintenu ce modèle en faveur des multinationales nationales et étrangères, avec la flexibilisation du travail et la privatisation de tous les services publics, de l’eau à l’éducation, la santé et les transports. Surveillé par la répression des militaires et des carabiniers (les fameux “pacos”). Déjà dans cette rébellion, ils ont tué 20 personnes, blessé des centaines et emprisonné des milliers d’autres. C’est pourquoi les gens sont sortis pour dire “c’est 30 ans”, “Assez” de Piñera et aussi du “modèle”.

Le Chili est l’un des dix pays où l’inégalité est la plus grande au monde. Le 5 % de la population a les revenus les plus faibles se situent au même niveau qu’en Mongolie ou en Moldavie. Les 2 % de revenus les plus élevés se situent au même niveau qu’en Allemagne. Les fonds de pension privés (AFP) ont été une fraude. La retraite moyenne est inférieure à 200 $. Les étudiants universitaires sont redevables à vie, une fois reçus (Clarín, 24/10).

Le Chili a changé. Le peuple s’est rebellé

Certains affiches, entre les nombreuses affiches avec lesquelles les gens se rendent aux manifestations, disaient “Ce n’est pas une guerre. Le Chili s’est réveillé”. Ce sont des petits cartons manuscrits. Ils ont répondu à la première déclaration de Sebastián Piñera en disant qu’ils étaient “en guerre”. Quand sa femme (Cecilia Morel) a dit que c’était comme une “invasion extraterrestre”, les affiches lui ont dit “le peuple extraterrestre pour la paix, il soutient le peuple chilien. Tous deux ont dû s’excuser… Et Piñera a annulé l’augmentation du tarif du métro.

Mais, à leur grande surprise, les gens ont continué dans les rues et ont exigé la démission de Piñera, de son gouvernement, la fin de l’état d’urgence, les militaires hors des rues, la fin des privatisations dans l’éducation, la santé, les pensions, l’eau et l’énergie. Depuis le vendredi 18 octobre, les masses n’ont pas cessé d’être dans la rue. Même en ignorant le couvre-feu. Les lycéens ont commencé dans le métro mais avec le fil des heures et des jours la mobilisation populaire s’est généralisée. Dans les quartiers, les casseroles et les poêles ont défié le couvre-feu. Grèves dans les ports, chez les mineurs, les camionneurs, les travailleurs de la santé ou du secteur public. Des milliers et des milliers de personnes dans les rues de tout le pays. Un état non déclaré de grève générale.

Les gens l’appelaient : “Le Chili s’est réveillé. C’est le début d’une situation révolutionnaire. C’est le changement qui a eu lieu au Chili. C’est une situation où, comme le définit Lénine, “ceux d’en bas ne veulent pas” et “ceux d’en haut ne peuvent pas continuer à vivre comme avant”. C’est pourquoi une mobilisation révolutionnaire est en cours au Chili, qui remet en question le pouvoir de ceux “d’en haut” et soulève la nécessité d’un nouveau pouvoir, d’un gouvernement des travailleurs et des secteurs populaires.

La mobilisation historique du vendredi 25 mars

Le vendredi 25, après une semaine de marches et de protestations, il y a eu ce qui est considéré comme la plus grande mobilisation populaire des 30 dernières années. Santiago, on estime qu’il a touché 1,5 million de personnes. Avec des milliers et des milliers dans chaque ville et village du pays. Cette marche massive a rempli la Plaza Italia et les avenues et parcs avoisinants. Les marées humaines ont traversé Alameda et l’Avenue Providencia, de tous les quartiers et communes de Santiago. Jeunes, travailleurs, femmes, familles, retraités, médecins, motocyclistes, amateurs de football. Il n’y avait pas de drapeaux politiques. Drapeaux du Chili, du peuple mapuche, de Colo Colo, de l’Université du Chili, de nombreux mouchoirs verts et ces affiches et manuscrits individuels avec toutes sortes de slogans ; “Arrivederchi Piñera” ; “Nationalisation des services basiques ” ; “Je n’ai pas besoin de sexe, le gouvernement me b… tous les jours” ; “Bielsa avait raison” ; “Assemblée Constituante” ; “Nationalisation ressources naturelles ». Et ils chantaient le traditionnel “celui qui ne saute pas est un « paco »”.

L’impact de la mobilisation a durement frappé le gouvernement. Piñera a été laissée sur la corde raide. Il a dû lever l’état d’urgence et le couvre-feu, changer une grande partie du cabinet et promettre “monts et merveilles”. Mais les gens ont recommencé la semaine dans la rue en exigeant qu’il parte. Les masses voient que le gouvernement et le modèle peuvent être vaincus.

Une mobilisation qui a débordé les directions politiques

C’est une mobilisation spontanée, sans direction. Même pas réformiste. Dès le premier moment, les mobilisations se sont déroulées en dehors du syndicat et des directions étudiantes, où le PC et le Frente Amplio (FA) dominent. Ils sont convoqués par les réseaux. D’autre part, le PC et la FA ne se sont prononcés que trois ou quatre jours après le déclenchement de la rébellion populaire. Ils ont formé un Bureau pour l’Unité Sociale à travers laquelle ils ont appelé à une grève nationale les 23 et 24, mais, bien qu’ils proposent un cahier de revendications contre la répression, des mesures sociales et même une Assemblée constituante, ils ne soulèvent pas la “Fuera Piñera”, qui est la revendication centrale des masses. Ce n’est qu’après l’impact de la mobilisation historique du 25, que le PC et une partie des députés de la FA proposent la possibilité de faire appel au mécanisme “légal” de “l’accusation constitutionnelle” contre le président via le parlement. Une sorte de “destitution” ou de jugement politique.

Un point fort de la mobilisation est qu’elle n’est pas contrôlée par les appareils politiques réformistes. Cela empêche aussi le gouvernement d’avoir avec qui négocier et de chercher à amortir la mobilisation. Mais le point faible est, pour l’instant, l’absence d’une direction socialiste révolutionnaire. Et que les organisations ouvrières et populaires de base émergent d’où la lutte peut être coordonnée vers la perspective d’un gouvernement des travailleurs et des secteurs populaires.

Avec cette politique stratégique, le MST, section de l’UIT-QI, intervient dans le processus (voir déclaration du 25 octobre sur www.uit.ci.org ). Promouvoir les assemblées de quartier et autres organismes de lutte syndicale et étudiante et leur coordination. Soutenir la mobilisation dans les rues et l’appel à une grève générale pour mettre fin au gouvernement de Piñera, pour juger et punir les militaires et les civils responsables des crimes de répression, pour un changement fondamental dans le pays, avec un gouvernement de la classe ouvrière et le peuple qui encourage un plan économique d’urgence au service des travailleurs, qui met fin à la misère et aux privatisations et qui demande une assemblée constituante libre et souveraine qui met un terme à la constitution Pinochet. Pour avancer sur cette voie, la mobilisation doit se poursuivre jusqu’à ce que Piñera soit évincée.

Par Miguel Sorans, dirigeant d’Izquierda Socialista (Argentine) et UIT-QI. 30/10/2019.
(Il s’est rendu au Chili et a participé à la mobilisation du 25 octobre).

http://www.uit-ci.org/index.php/2018-03-15-13-39-31/nouvelles-et-documents/2389-chili–qce-nest-pas-30-pesos-cest-30-ans-q



Source link

Mots clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut