Go to ...
RSS Feed

18 October 2019

En Syrie: «Erdogan va mener son offensive jusqu’au bout, puisqu’il a les mains libres» | Brèves



Suite à l’annonce du retrait des troupes américaines en Syrie, les troupes turques se regroupent à leur frontière sud: tout porte à croire qu’un conflit ouvert se profile entre Turcs et Kurdes. Quelle influence cela peut-il avoir sur le conflit syrien au sens large? Sputnik a tendu le micro au spécialiste de la Syrie, Frédéric Pichon.

Des centaines de qualificatifs ont été utilisés pour qualifier Donald Trump. Le plus adéquat, concernant sa politique étrangère au moins, est sans conteste «imprévisible». Dernière volte-face en date: l’annonce du retrait effectif des troupes américaines en Syrie et le feu vert accordé aux Turcs en Syrie, puis, «en même temps», il menace d’écraser la Turquie économiquement si ses actions «dépassent» les bornes.

Récapitulons: dimanche 6 octobre au soir, après un entretien téléphonique avec Recep Tayyip Erdogan, nous apprenons que dans la semaine les troupes américaines, soutiens de différentes factions kurdes, se retirent de Syrie. Le lendemain dans une série de tweets, Donald Trump corrobore ce qui est ressorti de cet entretien, et ajoute même:

«Les Kurdes se sont battus avec nous contre Daech, mais ont reçu des sommes d’argent énormes, ainsi que beaucoup d’équipements pour cela. Ils sont en guerre avec la Turquie depuis des décennies. J’ai tenu à l’écart ce conflit durant trois ans, mais il est temps pour nous de sortir de ces guerres ridicules et sans fin, dont beaucoup sont tribales.»

Comprendre: nous ne nous interposerons pas dans un conflit Turco-Kurde. Dans la foulée, le Président turc annonce la mobilisation de ses forces armées près de la frontière syrienne. De leur côté, les Kurdes se préparent aussi au pire. Ils ont creusé des tranchées autour de Kobané et d’autres villes frontalières stratégiques en prévision d’un assaut de l’armée turque. Des vidéos et autres rapports font même état de bombardements aériens turcs durant la nuit du 7 au 8 octobre.

L’annonce de cette décision et la montée de tensions qui s’en est suivi ont valu à Donald Trump une tempête de critiques du côté de Washington: membres du Congrès, Sénateurs (Républicains comme Démocrates) et militaires ont vivement contesté cette décision.

«Permettre à la Turquie de pénétrer au nord de la Syrie serait l’une des stratégies les plus déstabilisatrices qu’auraient entreprises les États-Unis au Moyen-Orient. Les Kurdes ne feront plus jamais confiance aux États-Unis. Ils chercheront de nouvelles alliances ou se tourneront vers l’indépendance pour pouvoir se protéger», a expliqué Ruben Gallego, un représentant Démocrate, et ancien combattant ayant servi en Irak.

Suite à ces pressions internes, mais aussi externes, Donald Trump est revenu en partie sur ses propos d’une façon bien à lui:

«Si la Turquie fait quoi que ce soit dont j’estime, dans ma grande et inégalable sagesse, que cela dépasse les bornes, je détruirai et anéantirai complètement [son] économie.»

Pourtant, le suspens reste entier à la frontière nord de la Syrie: depuis hier soir, des mouvements de troupes sont observés de part et d’autre. Le chef du commandement des forces démocratiques syriennes a même laissé entendre qu’ils «considèrent un partenariat avec le Président syrien Bachar Al-Assad, avec le but de se battre contre l’armée turque.»

Assistons-nous donc à un rebattage des cartes en Syrie? Une opération de grande ampleur des Turcs peut-elle changer la donne pour le gouvernement syrien? Ou Daech? Sputnik a interrogé Frédéric Pichon pour décrypter la situation sur le terrain et en comprendre les implications.

Sputnik France: Des deux côtés de la frontière Turco-Syrienne, les forces turques et kurdes sont sur le qui-vive… Sommes-nous à l’aube d’un conflit ouvert? Des échauffourées ont déjà eu lieu dans la nuit du 7 au 8 octobre…

Frédéric Pichon: «Absolument, oui. Erdogan va mener son offensive jusqu’au bout puisqu’il a les mains libres pour éliminer le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan). En tout cas, l’opposition ne viendra pas des États-Unis.»

Sputnik France: Et ce malgré les menaces de Donald Trump de ne pas «dépasser les bornes»?

Frédéric Pichon: «Je le pense, car il n’a pas défini lui-même ces bornes, donc je pense que l’administration Trump est bien décidée à ne pas s’engager plus dans cette histoire. Aussi, je ne vois pas ce qu’ils pourraient faire vu le nombre d’hommes qu’ils ont sur place. Son dernier tweet dans lequel il menace la Turquie n’a pour but qu’un effet d’annonce.»

Sputnik France: Des généraux kurdes ont parlé d’alliance possible avec le gouvernement Assad, est-ce une possibilité crédible?

Frédéric Pichon: «Sur le papier, c’est à peu près la seule option qu’auraient les Kurdes, effectivement. Cependant, on voit mal l’armée syrienne franchir l’Euphrate à nouveau. La coalition fera tout pour les en empêcher, comme elle l’a montré récemment, en bombardant les unités syriennes qui ont tenté des percées à l’Est de l’Euphrate. Le cahier des charges reste le même pour la coalition: empêcher l’armée syrienne de mettre la main sur des territoires riches en pétrole, en eau ou terres agricoles comme c’est le cas à l’Est de l’Euphrate. Donc oui, sur le papier, c’est quelque chose qui pourrait fonctionner, malgré les divergences entre les Kurdes et Assad, mais techniquement je ne vois pas l’armée syrienne franchir l’Euphrate.»

Sputnik France: On sait le clan Assad particulièrement hostile à la Turquie, qu’il accuse de soutenir les djihadistes à Idlib. L’ouverture d’un nouveau front kurdo-turc pourrait-elle changer la donne à Idlib?

Frédéric Pichon: «C’est une bonne question. Je pense que de toute façon, la Turquie ne mettra pas d’obstacle à la reprise totale d’Idlib. Elle tentera de retarder les choses un maximum, mais sur le fond, elle n’empêchera pas sa reprise totale. L’ouverture d’un front à l’Est de l’Euphrate va peut-être accélérer le mouvement, mais c’est difficile à dire à ce stade. En échange d’une liberté d’action de la Turquie à l’Est de l’Euphrate, on laisserait l’armée syrienne reprendre Idlib –la Russie négociant tout cela– paraît être un scénario plausible.»

Sputnik France: Un conflit ouvert ne permettrait-il pas une résurgence de Daech? Les hauts gradés kurdes ont annoncé qu’ils envoyaient l’essentiel de leurs troupes –qui surveillent actuellement les camps où se trouvent Daech– à la frontière, et comme le dit le proverbe «quand le chat n’est pas là, les souris dansent»…

Frédéric Pichon: «D’abord, rappelons que Daech n’a pas été complètement éradiqué. Effectivement, il y aurait une possibilité d’opportunisme, comme au Yémen, de Daech pour se restructurer. Cependant, je ne pense pas qu’ils puissent revenir au niveau de menace qu’ils possédaient avant 2018. Ils pourraient éventuellement reprendre une ville, mais reconstituer un califat n’est pas du tout une possibilité.»

Sputnik France: Le retrait américain n’est-il pas aussi un blanc-seing pour la Russie et l’Iran en Syrie, comme l’affirment certains néoconservateurs?

Frédéric Pichon: «Oui, il y a d’ailleurs de nombreuses voix aux États-Unis qui hurlent à la trahison, comme par exemple l’élu Républicain Lindsay Graham en fer de lance. Cet homme, néoconservateur, est tout sauf un homme de paix, et est partisan de l’idéalisme démocratique et partisan d’une grande fermeté guerrière. Alors, les voir se plaindre est plutôt un bon indicateur de ce qu’ils redoutent. Cependant, Trump s’est exprimé clairement: ce ne sont pas nos affaires. Je pense que l’administration Trump souhaite que d’autres puissances prennent le relais dans la région, et pourquoi pas la Russie? Il l’a dit: il ne voit aucun bénéfice à rester là-bas. Ce n’est pas très cohérent par rapport à la sécurité d’Israël, mais c’est cohérent, même avec les années Obama, dans l’idée de s’exposer le moins possible et de s’engager uniquement dans les conflits où les États-Unis ont réellement un intérêt.»

https://fr.sputniknews.com/international/201910081042230959-en-syrie-erdogan-va-mener-son-offensive-jusquau-bout-puisquil-a-les-mains-libres/





Source link

Download Nulled WordPress Themes
Download WordPress Themes
Premium WordPress Themes Download
Free Download WordPress Themes
online free course

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Scroll Up