Go to ...
RSS Feed

18 October 2019

Villani défie Griveaux à Paris : malaise en Macronie



Rédigé par notre équipe le 05 septembre 2019.

Malgré les menaces, les supplications, les pressions en coulisses, rien n’aura été efficace. Cédric Villani a annoncé hier soir sa candidature à la Mairie de Paris et s’attaque frontalement à son adversaire de la primaire Benjamin Griveaux. Cette décision est à la fois rafraîchissante et salutaire pour une capitale qui ne peut pas se résigner à un match terrifiant entre Anne Hidalgo et Benjamin Griveaux. Les autres candidats ne sont que des faire-valoir et si d’aventure Villani parvenait à écarter l’ancien porte-parole du Gouvernement, cela constituerait le signal que la Macronie est prenable (même de l’intérieur).  

Ce n’est peut-être « pas un acte de défiance » vis-à-vis du pouvoir comme a cru bon de le clamer Villani, mais c’est bien une attaque en règle contre l’une des égéries de la Macronie : Benjamin Griveaux. En annonçant sa candidature depuis un café de Montparnasse (loin du standing de La Rotonde), Cédric Villani a exécuté un plan qu’il a mûri depuis le mois de juillet. Un été à réfléchir et à donner des sueurs froides à un Griveaux si médiocre qu’il n’est même pas certain de battre Anne Hidalgo. Avec un dissident en plus dans les pattes, le favori de Macron peut se faire du mouron.

Mauvais perdant d’une sélection tronquée ?

Tout avait pourtant été programmé pour éviter un désastre parisien. La République en Marche organisait des primaires plus de six mois avant les municipales, les perdants rentraient dans le rang et les petites phrases étaient oubliées avec le temps. Sauf qu’à vouloir tout contrôler jusqu’à donner la nomination à une commission obscure composée d’affidés du pouvoir, le résultat ne faisait aucun doute. La chose était plus qu’entendue quand on sait que les « auditions » des candidats se feraient à huis clos. Une primaire sur le papier, mais une désignation discrétionnaire dans les faits. Le nouveau venu en politique, Villani, l’a très mal pris et a donc fait peser la menace d’une candidature dissidente tout le long de l’été.

La menace a été mise à exécution et c’est désormais toute la Macronie qui se trouve coincée entre le candidat voulu par l’Elysée et le dissident apprécié de beaucoup à commencer par Matignon et même… l’Elysée. Il y a comme de la schizophrénie dans les hautes sphères et le dissident ne s’est donc pas fait taper sur les doigts à ce jour. L’exclusion n’est pas envisagée et personne ne s’est permis de sortir les phrases assassines de rigueur. Personne n’ose détruire le navire Villani alors qu’il sort à peine du port et Griveaux prie pour que les sondages commandés en secret le laisse loin devant son rival. Dans le cas contraire, un inéluctable glissement des soutiens se fera en faveur de Villani et l’ancien porte-parole devra prétexter que sa mission parlementaire le passionne trop et l’empêche d’aller voir l’herbe parisienne.

Les prochaines semaines seront donc cruciales pour toutes les girouettes qui composent la Macronie. Les instituts de sondages risquent fort de gagner des millions avant même le début officiel de la campagne. Voilà une démocratie qui fonctionne bien ! Si bien même que les seuls candidats qui ont une chance d’être élus sont tous des socialistes présents ou passés. Anne Hidalgo bien sûr dont le bilan cataclysmique aurait dû la priver de se représenter, mais comme tout est possible en politique, la voici bien positionnée face à l’ex-socialiste Griveaux et à son ancien soutien Villani… Les Républicains sont tellement en miettes que Rachida Dati pourrait devenir leur candidate tandis que le Rassemblement national n’a aucune chance (sociologie oblige) et pourrait même partir divisé. Seuls les écologistes (une espèce qui ne se trouve que dans certaines grandes villes) auront leur mot à dire, et c’est d’ailleurs sans surprise que Villani a revêtu hier les habits de défenseur de l’environnement…

Son discours d’une quinzaine de minutes a balayé très large et le constat facile à établir et sans remède préconisé aurait pu être fait par n’importe quel autre candidat. Villani a du pain sur la planche pour montrer qu’il a une vision différente de ses anciens camarades socialo-En Marche, et les changements de style vestimentaire ne pourront pas longtemps éviter d’en venir au fond. Gare toutefois à ne pas le toucher, car cela voudrait dire que le candidat se trouve au même niveau que la maire sortante…



Source link

Download WordPress Themes Free
Download WordPress Themes Free
Free Download WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
udemy paid course free download

Tags: , , , , , , ,

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Scroll Up