Rédigé par notre équipe le 28 août 2019.

Stéphane Berne est partout à la télévision. Impossible d’allumer son poste sans voir une publicité où il fait la promotion de vérandas ou de campings… Impossible de regarder France 2 sans tomber sur l’une de ses émissions historico-people. Berne est partout et la « mission pour le patrimoine » qui lui a été confiée par son ami Emmanuel Macron n’aurait pas arrangé ses affaires personnelles. L’amateur de vieilles pierres se dit « ruiné » par sa passion qui l’a vu engloutir des millions pour sauver une bâtisse du XVIIe siècle. La presse s’émeut devant les difficultés financières de l’animateur, mais ce choix de vie mérite-t-il autant de douces paroles ?

Rares sont les personnes qui ont une passion et qui parviennent à en vivre. Stéphane Berne réalise ce tour de force depuis plusieurs décennies puisque le présentateur de télévision gagne son pain en présentant des shows plus ou moins sérieux où l’histoire n’est jamais loin. A cinquante-cinq ans, l’animateur a encore de belles années de télévision devant lui d’autant qu’avec un ami aussi haut placé qu’Emmanuel Macron, son avenir sur le service public ne fait aucun doute. Malheureusement, Berne est un homme aussi connu en France qu’il est un propriétaire ruiné. Une faillite financière qui rappelle les trois francs six sous péniblement économisés par son ami banquier d’affaires. Le jeu des ressemblances s’arrête pourtant là.

Une carrière intense pour finir fauché

Dans un entretien vérité à Télé-loisirs… Stéphane Berne dévoile sa situation financière. Riche comme Crésus pourrait-on penser après tant d’années dans la petite lucarne. Absolument pas ! L’homme se dit « ruiné », mais « fier » de sa situation, car cette ruine (toute relative) est le résultat de son amour pour les vieilles pierres. Parti à la découverte des villages de France pour l’une de ses émissions, Berne est tombé sous le charme du collège royal situé à Thiron-Gardais (Eure-et-Loire). Une bâtisse du XVIIe siècle acquise alors qu’elle tombait en ruines (décidément) et qui a fini par ruiner notre ami télévisuel. L’achat n’a été « que » de 300 000 euros, mais Berne aurait réalisé pour 4 millions d’euros de travaux sans la moindre subvention « sauf pour le petit musée ».

Berne a payé de sa personne, et le voilà obligé de multiplier les apparitions publicitaires pour « une petite pièce » qui permettra de payer les artisans engagés. L’animateur aurait toutefois cessé de vendre son image afin d’être perçu plus sérieusement dans son rôle « bénévole » de « Monsieur Patrimoine ». Stéphane Berne n’a que des qualités sauf que son histoire ferait presque pleurer dans les chaudières. Imaginez-vous ! Il a dû hypothéquer son appartement et s’endetter sur 25 ans ! Des millions de Français peuvent lui dire : « Bienvenue dans le monde réel ! ». Un monde où il faut se coucher devant les banques pour obtenir un prêt sur plusieurs décennies et prier pour qu’aucun ennui de santé fâcheux ne vienne perturber le plan établi…

D’ailleurs, Berne n’est pas tout à fait dans la norme française, car les banques ne prêtent généralement pas sur une si longue période à un homme qui a franchi la barre des cinquante ans. Les Français n’ont pas non plus l’opportunité d’être propriétaires d’un appartement parisien dans lequel Victor Hugo a habité, d’une demeure immense en région et même d’une maison en Grèce… C’est beaucoup de place pour un seul homme. Pourquoi ne pas loger gratuitement quelques migrants tant prisés par le système ? La boucle serait bouclée, mais il n’est pas certain que Berne apprécie de devoir partager ses biens avec autrui. Allez courage Stéphane, tu pourras toujours demander des conseils financiers à ton ami Emmanuel !



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *