Aller à…
RSS Feed

3 décembre 2020

Macron se trouve enfin un Monsieur communication !



Rédigé par notre équipe le 21 août 2019.

Plus indécis que Hollande et encore plus lent que son mentor, Macron s’est finalement dégotté un Monsieur communication sept mois après le départ de son ancien patron de la comm’. Un temps interminable pour celui qui ne règne que par les images fabriquées et les discours polis par des armées de jeunes communicants. Ô surprise, l’heureux élu est un historien de formation ! Un signe que le pouvoir se donne une ouverture sur l’intelligence ? Pas vraiment, car avec Joseph Zimet, c’est un professionnel du grenouillage politique qui est choisi pour services rendus.  

Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé. Cette célèbre maxime de Lamartine, Macron pourrait faire sienne depuis le départ de son ex-directeur de la communication. Sylvain Fort était parti le 25 janvier dernier, grillé après moins de deux années passées à l’Elysée. L’homme avait pourtant un beau poste, mais quelque chose ne tourne pas rond en Macronie et il avait fait jouer son carnet d’adresses pour devenir le gérant de la collection d’œuvres d’arts du milliardaire François Pinault. D’un banquier fauché en perte de vitesse à un milliardaire bien portant, Fort a franchi le pas et cela a fait mal à un petit président qui n’a pas su aligner deux phrases sans insulter le badaud venu lui dire ce qu’il avait sur le cœur.

Zimet, un pari Fort risqué

Sylvain Fort est donc finalement remplacé par un certain Joseph Zimet. Un nom loin d’être inconnu pour tous ceux qui fréquentent les hautes sphères politiques. L’ancien socialiste (les actuels se comptent sur le doigt d’une main) ne s’est pas fait connaître que pour être l’ex-mari de Rama Yade. Zimet est celui qui a été propulsé par Sarkozy à la tête de l’organisme en charge des commémorations de la Grande Guerre (oui, il existe des organismes pour tout en France). Et Zimet fut tellement bon à ce poste que Hollande et Macron l’ont confirmé ! Pourtant, on se souvient de l’insulte faite à la France et aux Poilus avec l’organisation (heureusement annulée in extemis) d’un concert de Black M.

Avec un tel raté, on aurait pu penser que l’homme était fini, mais non. On le retrouve aux manettes lors du périple commémorationnel de Macron en novembre 2018. Une expérience d’une semaine sur le terrain qui devait rapprocher le président des Français. Peine perdue. Dans sa bulle Macron n’a pas vu venir le mouvement des gilets jaunes qui allait lui éclater au visage quelques jours plus tard… Zimet a beau jouer à l’historien, il se perd dès qu’il arrive à un carrefour de l’histoire. Faire de cet homme le directeur de la comm’ de Macron constitue un risque très important, mais Macron avait-il le choix ? Sibeth Ndiaye n’a même pas le niveau pour être à la remorque de Griveaux au porte-parolat, qu’aurait-elle pu faire à un poste encore plus compliqué ?

Pourtant, Le Monde nous apprend que long processus de sélection des candidats avait été confié à Jean-Marc Dumontet. Jean Marc Qui ? Dumontet ! Le producteur de théâtre et surtout ami d’Emmanuel et Brigitte. Cette seule référence suffit à faire de vous un chasseur de têtes pour un poste hautement stratégique. Il n’est pas original le Nouveau Monde ? C’est ainsi qu’un clown a auditionné des dizaines de gens plus ou moins sérieux pour finalement sortir Zimet de son chapeau. Avec un tel casting, le cirque macronien n’a pas fini de nous jouer de bien déplaisants tours.



Source link

Mots clés: , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut