Rédigé par notre équipe le 07 août 2019.

Le week-end dernier, les Etats-Unis ont été touchés par deux nouvelles tueries de masse. En moins de 24 heures, plus de 30 personnes ont perdu la vie à cause de meurtriers armés jusqu’aux dents dont la seule préoccupation était de faire le plus de victimes possibles. Deux événements terribles qui ne traduisent en fait que la réalité quotidienne d’un pays malade qui reste pourtant le modèle à suivre selon nos élites fourvoyées. Des élites qui n’ont pas peur du grotesque en pointant du doigt le « rôle » joué par Donald Trump dans ces événements.

Les Etats-Unis sont complètement sous la coupe des armes à feu et des lobbies qui défendent une conception très particulière de la liberté et de la protection. Les Américains prétendent se protéger eux-mêmes et le résultat est effrayant puisque ce sont environ 30 000 d’entre eux qui tombent sous les balles chaque année. Au-delà des meurtres et des règlements de comptes entre gangs, les tueries tiennent une place de choix dans le nombre de victimes par armes à feu.

Donald Trump en bouc-émissaire

Depuis plusieurs jours, les médias français se demandent à partir de combien de morts, il est possible de parler de tuerie de masse. Différentes définitions possibles qui font varier beaucoup les chiffres. Selon les critères retenus on passe de 7 à près de 300 tueries de masse rien que depuis le début de l’année. Autant dire que les tueries font malheureusement partie du paysage américain et que cela n’a pas grand-chose à voir avec l’arrivée de Donald Trump au pouvoir. Taxé régulièrement d’être raciste, le président américain n’a pas mis longtemps à dénoncer avec vigueur la tuerie d’El Paso où les hispaniques étaient ciblés par le tueur. « Notre nation doit s’unir pour condamner le racisme, le sectarisme et le suprémacisme blanc. La haine n’a pas sa place aux Etats-Unis, la haine dévore l’âme ».

Une déclaration sans équivoque qui ne change en rien le procès d’intention dont est victime le locataire du Bureau Ovale. Les tueries auraient augmenté depuis son arrivée au pouvoir et cela s’explique par la méchanceté et les propos pas politiquement corrects de Trump. Un raccourci des plus faciles dans la mesure où on peut aussi dire que le nombre de tueries a augmenté sous Obama ou encore sous Clinton. La raison est simple : le nombre de tueries augmente chaque année. Avec plus de 300 millions d’armes en circulation, il n’est guère étonnant de voir le premier paumé mal dans ses baskets régler ses comptes en tuant des innocents.

Il faut ajouter à cela, le délire narcissique de faire la Une des médias (même mort) et le sentiment – certes court – de toute puissance qu’un passage à l’acte amènerait, et on comprend comment autant de tueries éclosent dans une société déjà hyper-violente. Alors, pourquoi toujours prendre les Etats-Unis en modèle ? Les stéroïdes, les armes et l’absence totale de culture sont étrangers à la France, mais nous en sommes abreuvés du matin au soir via la télévision et le cinéma. Alors si la législation française est toujours stricte, il ne faut pas croire que le nombre d’armes en circulation est infime. Les banlieues sont pleines de caves et parkings remplis d’armes à feu prêtes à être utilisées par des fichés S en liberté. Peu importent les motivations, la mort d’un innocent est une tragédie. Veillons à ne pas subir de nouveaux attentats au lieu de disserter des semaines entières sur des tueries made in US.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *