Depuis le 23 juillet et la ratification du CETA, de nombreux agriculteurs sont en colère. Certains d’entre eux ont vandalisé des permanences de députés qui ont voté « oui » au traité de libre-échange avec le Canada. Invité du Grand Oral des GG, Samuel Vandaele a voulu rétablir sa vérité concernant cette affaire. Selon le président des Jeunes Agriculteurs, le CETA représente un danger pour l’agriculture française, mais également pour les consommateurs. Pour le céréalier de la Seine-et-Marne, ce qui n’est pas conforme aux normes de l’agroalimentaire français doit rester en-dehors des frontières de l’Hexagone.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *