Le célèbre cliché d’Angela Merkel et de Donald Trump pris au G7 au Canada l’année dernière a inspiré au vice-Président brésilien, Hamilton Mourao, une hypothèse concernant l’état de santé de la chancelière allemande, écrit le journal O Globo.

Le vice-Président brésilien, Hamilton Mourao, a donné une nouvelle interprétation à une photo virale qui avait immortalisé Angela Merkel, en présence d’autres membres du G7, observer d’un air sévère Donald Trump lors du sommet au Canada, en juin dernier. M.Mourao a supposé que ce duel de regards était responsable de la détérioration de l’état de santé de la chancelière.

«C’est le portrait des (pays les) plus développés. Notre Président Donald Trump lance un regard à Merkel. Je pense que c’est à cause de cela que Merkel a des tremblements de temps en temps», a-t-il déclaré, cité par O Globo, lors d’une rencontre à Santa Cruz do Sul.

Les trois crises de Merkel

La chancelière allemande a beaucoup fait parler dans les médias mondiaux de son état de santé, après qu’elle a été prise de tremblements en public lors de la réception du nouveau Président ukrainien, Volodymyr Zelensky, le 18 juin à Berlin. Elle avait alors attribué ses symptômes à une déshydratation liée à la forte chaleur qui régnait sur Berlin.

Mais le 27 juin, elle a eu un nouveau malaise du même genre lors d’un entretien avec le Président allemand, Frank-Walter Steinmeier, et cela malgré le fait qu’il ne faisait plus que 20 degrés Celsius dans la capitale allemande. L’entourage de Mme Merkel a tenté d’expliquer ce qui s’était passé par une réaction psychologique liée au souvenir anxieux de sa première crise.

Enfin, le 10 juillet, les tremblements se sont répétés lors de sa rencontre avec le Premier ministre finlandais, Antti Rinnen, à Berlin. Le lendemain de ce troisième épisode, la chancelière allemande s’est exceptionnellement assise sur une chaise lors d’une cérémonie militaire organisée à l’occasion de la visite de son homologue danoise, Mette Frederiksen.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *