Aller à…
RSS Feed

19 janvier 2021

Fait-on chanter Trump ?



Début août 2019, dans le cadre de l’affaire Skripal avec le présumé gaz toxique, Trump a ordonné une série de nouvelles sanctions contre la Russie.

Pour ceux qui ne le savaient pas, Trump affirme sans preuve que la Russie a utilisé un agent neurotoxique qui n’existe que dans un jeu vidéo, un gaz qui serait à 100% mortel, même à plus infime dose, pour tuer un ancien espion russe vivant en Grande-Bretagne, et sa fille.

Or personne n’a vu les soi-disant victimes, et elles ne sont pas mortes. En réalité, personne n’a fourni la moindre preuve des faits.

Dans le cadre de l’abrogation du traité FNI, sans l’approbation de l’OTAN, Trump a aussi annoncé l’envoi de missiles nucléaires à moyenne portée en Europe et en Asie.

Les nouveaux armements déployés ou sur le point de l’être par la Russie, font que la décision de Trump n’est pas qu’inutile, elle est aussi démentielle.

En Syrie, Trump soutient toujours les Casque Blancs, un groupe de mercenaires et de terroristes rémunérés qui ont prouvé à maintes reprises qu’ils assassinent des enfants et mettent en scène de fausses attaques au gaz avec leurs corps. Ils sont assistés en cela par – autre vérité pas si troublante que ça – des organes de presse liés directement aux services de renseignements israéliens.

N’oubliez pas que le président Trump est accusé de connivence avec la Russie. Il s’entretient régulièrement avec le président Poutine, et son espoir permanent est d’améliorer les relations entre les États-Unis et la Russie.

Au final, ce que fait Trump n’est pas qu’inexplicable, c’est au-delà de la raison, ça blesse la réalité elle-même.

Pour aller plus loin, une nouvelle alliance militaire entre la Russie et l’Iran est annoncée par leurs manœuvres communes prévues dans le golfe Persique et le détroit d’Ormuz. Il s’agit de la réponse à la tentative de Trump de créer une autre « coalition de volontaires », un groupe de nations dont les navires de guerre sont voués à faire de cette voie navigable encombrée, ce qui pourrait fatalement devenir l’endroit où sera mise en scène la guerre mondiale.

C’est Trump qui a ordonné à la Grande-Bretagne, et nous disons bien ‘ordonné’ – comme si c’était sa marionnette, bien que Trump lui-même puisse être une marionnette faite chanter par un pouvoir invisible –, de procéder à la saisie d’un pétrolier iranien en haute mer.

Trump disait avoir l’intention de bloquer le ravitaillement pétrolier de la Syrie. Voyez-vous, la Syrie est restée sans électricité ni chauffage l’hiver dernier, il fait très froid en Syrie à cause du manque de pétrole.

Il n’y a pas de pétrole en Syrie, un pays producteur de pétrole, parce que les États-Unis se sont emparés de ses champs pétrolifères. Ils volent le pétrole syrien pour le vendre. Personne ne sait où passe l’argent.

Fait-on chanter Trump ? L’argent du pétrole syrien va-t-il dans les poches des maîtres chanteurs ?

Sur le plan intérieur, presque tout ce que Trump touche, chaque nomination, chaque règlement, chaque action a une conséquence bénéfique pour un criminel financier anonyme.

Ainsi, comme l’a même fait remarquer Fox News, qui est complaisant envers Trump, sa dernière annonce de droits de douane sur des produits chinois, ne pénalise pas la Chine. Ce sont les gens qui payent les droits de douane dans le prix plus élevé des marchandises qui ne sont produites que là-bas. Ce n’est donc rien d’autre qu’une taxe directe sur les consommateurs étasuniens.

Ces droits de douanes ont aussi un impact considérable sur les marchés boursiers et sur les initiés, comme les proches de Trump. Ses principaux conseillers, en dépit de leur charge gouvernementale présumée, gèrent toujours de gigantesques fonds spéculatifs. Les profits réalisés du fait des droits de douane irréfléchis de Trump et de sa frénésie de tweets qui font monter ou descendre les prix du pétrole sur un coup de tête, sont énormes.

Tout cela constitue aussi une disposition à la malfaisance clairement observable.

Trump fait-il l’objet de chantage ?

Après cela, nous voyons son déni du réchauffement climatique [sapristi ! Gordon Duff aussi, NdT], avec ses principaux conseillers entretenant des liens étroits avec le secteur charbonnier et la production d’électricité, et profitant personnellement du relâchement de la réglementation, qui viole les accords internationaux que Trump a envoyés balader.

Trump fait-il l’objet de chantage ?

Poussant le bouchon un peu plus loin, Trump interdit désormais aux scientifiques de publier les études écologiques non révisées et censurées par les agents politiques travaillant pour le secteur charbonnier. Percevez-vous toujours la tendance ?

Ensuite, il y a la guerre entre l’Arabie saoudite et la population yéménite. Après le massacre de dizaines de milliers de civils avec des armes saoudiennes principalement achetées aux États-Unis et à la Grande-Bretagne, le Congrès a voté la fin de ventes d’armes à l’Arabie saoudite.

Trump a opposé son veto à ce projet de loi et a reconduit les ventes d’armes, dont beaucoup, comme les armes à sous-munitions et les armes chimiques, sont interdites par les traités internationaux. Nous constatons maintenant que Trump et son gendre, Jared Kushner, s’affairent personnellement en Arabie saoudite. Kushner a emprunté plus de 150 millions de dollars à l’Arabie saoudite quand était l’envoyé de Trump, et ce dernier a lui-même signé un marché d’ouverture d’hôtels, de casinos et même de maisons de passe en Arabie saoudite, des activités jusqu’ici prohibées dans ce pays formellement religieux.

Ça sent plus la corruption que le chantage.

Le moins connu mais le plus flagrant, c’est sans doute l’interdiction du pétrole vénézuélien et iranien. Avec la montée de 37% en moyenne du prix du pétrole, l’Étasunien moyen déboursant désormais presque autant pour l’essence que pour se loger, et certes plus que pour s’alimenter, les compagnies pétrolières tirent des profits dont bénéficie Trump.

Pire encore, comme mentionné précédemment, les menaces répétées de Trump contre le golfe Persique faisant encore monter le prix du pétrole. Plus que jamais, ses tentatives visant à réduire l’offre dans un monde qui disposerait sans cela d’un excédent de pétrole, qui améliorerait certainement considérablement le niveau de vie en Europe et aux États-Unis, et ce faisant, stabiliserait également les économies, ont l’air louche.

Trump fait-il l’objet de chantage ?

On peut donc se demander comment Trump pourrait faire l’objet d’un chantage. La presse des États-Unis censure tout ce qui pourrait le relier à son ami de toujours, Jeffrey Epstein, qui risque la prison pour trafic d’enfants.

Après cela, nous ne pouvons nous empêcher de remarquer que la personne accusée de trafic d’enfants, Ghislaine Maxwell, supposée agent du Mossad et associée de longue date des familles Trump et Clinton, qui, bien qu’elle ait été citée à maintes reprises dans l’affaire Epstein, ne soit ni recherchée ni interrogée en encore moins arrêtée.

De même, d’autres personnes inculpées dans des poursuites civiles pour viol d’enfant, notamment le Prince Andrew, l’avocat Alan Dershowitz et Trump lui-même, n’ont pas été interrogées.

En fait, tout article de presse mettant en cause les actes délictueux de pans entiers d’apparatchiks au pouvoir, qui sont manifestement liés à des escroqueries financières sans fin, allant du délit d’initié à la fraude pure et simple, est censuré.

De plus, le Département de la Justice dirigé par William Barr, lui-même ancien conciliateur de la CIA, a bloqué toute enquête qui aurait débouché sur ce qui est manifestement une énorme conspiration criminelle. Barr a pu à la fois submerger et à étouffer les processus politiques.

Le fait que Trump ne mette pas en œuvre sa politique et ses promesses de campagne, est-ce un indice de chantage ou de malhonnêteté pathologique ?

Gordon Duff, ancien combattant de la guerre du Viêt-nam ayant travaillé durant des décennies sur les questions relatives aux anciens combattants et aux prisonniers de guerre. Il est consulté par les gouvernements confrontés à des problèmes de sécurité. Rédacteur en chef et président du conseil d’administration de Veterans Today, il écrit en particulier pour le magazine en ligne New Eastern Outlook.

Original : journal-neo.org/2019/08/04/is-trump-being-blackmailed/

Traduction Petrus Lombard



Source link

Mots clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut