Rédigé par notre équipe le 01 août 2019.

Qu’arrive-t-il à Christophe Castaner ? Le ministre de l’Intérieur qui passe son temps à s’exprimer dans les médias et plus encore sur les réseaux sociaux ne parvient pas à aligner plus de deux mots au sujet du décès de Steve Maia Caniço. Mort en marge d’une opération de police à Nantes, le jeune homme est à l’origine d’un mutisme ministériel que tout le monde espérait, mais qui tombe vraiment mal. « Fragilisé », n’en déplaise à un Edouard Philippe obligé de monter en première ligne pour le défendre, Castaner est en bout de course depuis trop longtemps déjà.

Quelle bourde, quel scandale aura finalement raison d’un des pires ministres de l’Intérieur de l’histoire de France ? La crise des gilets jaunes, les matraquages délirants, les insultes, les magasins éventrés, l’Arc de Triomphe profané auraient dû envoyer à la retraite un Castaner plus à l’aise un coup dans le nez sur le dance floor que dans un ministère. Rien ne semble pouvoir déstabiliser une Macronie qui compte sur son chien de garde à moins que l’affaire Steve Maia n’ait enfin la peau d’un ministre complètement dépassé par les événements et qui montre chaque jour qu’il est le ministre d’un système et non d’un pays.

Castaner ou un lourd handicap pour le Gouvernement

Christophe Castaner est-il responsable de la mort de la mort de Steve Maia Caniço ? Certainement pas. L’homme le moins bien renseigné de France ne sait pas ce qui se passe en dehors de son bureau et il est bien incapable de mener une opération de police à Nantes. D’ailleurs, le rapport de l’IGPN (la police des polices) assure que l’intervention de la police dans la nuit du 21 au 22 juin n’a rien à voir avec la disparition et le décès du jeune homme. Un rapport duquel certains témoignages qui soulignent le rôle de la charge de police sont étrangement écartés. Bref, le rapport de l’IGPN pose question, mais le plus remarquable est de voir le tangage au plus haut niveau de l’Etat.

Il est en effet très curieux et malsain de voir le Premier ministre réunir la presse à Matignon pour faire le bilan d’un rapport de police. Est-ce son rôle ? En rien ! Une enquête judiciaire est en cours, mais le Premier ministre commente à tour de bras et en profite pour affirmer son soutien à son mutique ministre de l’Intérieur. Il n’est pas demandé à Castaner de raconter n’importe quoi – comme à son habitude – mais de faire preuve d’un peu de compassion. Il aura fallu attendre le 30 juillet pour que le fada du tweet daigne exprimer sa sympathie envers la famille de la victime.

Ah non ! Castaner crie désormais sur tous les toits qu’il a écrit une belle lettre non rendue publique à la famille… Comme quoi, le ministre sait faire travailler ses stagiaires de temps en temps. Dommage qu’il ne travaille pas lui-même. Cela éviterait d’avoir à le guider entre son secrétaire d’Etat Laurent Nuñez et le Premier ministre Edouard Philippe. Un type qui s’appuie sur deux béquilles pour rester debout constitue un lourd handicap pour un Gouvernement qui se dit en marche… Mais Castaner n’est pas là pour le Gouvernement et encore moins pour les Français, mais pour la petite boutique Macron. Un poste qu’il pourrait garder encore longtemps, car Macron aime s’entourer de nullités qui le font naturellement passer pour un type intelligent…



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *