Eborgner, amputer, matraquer, gazer, passe encore, mais tagguer une permanence d’un élu LREM, ou le mur d’enceinte de sa maison, voila bien des actes de violence i-nac-cept-ta-bles dans un Etat de droit.

Les ministres, députés, militants LREM, sont les émules de ces clowns que la douleur fait se (…)

Editorial



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *