Aller à…
RSS Feed

28 septembre 2020

Lycéens mis à genoux: l’enquête de l’IGPN classée sans suite




France

URL courte

L’enquête préliminaire confiée à l’IGPN portant sur l’interpellation fin 2018 de plus de 150 jeunes en marge d’une mobilisation lycéenne à Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines, a été classée sans suite.

En décembre dernier, une vidéo filmée par un policier et montrant des dizaines de jeunes à genoux, mains sur la tête, avait fait le tour des réseaux sociaux. Au total, 151 lycéens avaient alors été parqués par les forces de l’ordre en marge d’une manifestation contre Parcoursup et la réforme du baccalauréat qui s’était tenue à Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines.

L’enregistrement a suscité l’indignation sur les réseaux sociaux et dans la classe politique française. L’Inspection générale de la police (IGPN) a été chargée d’une enquête préliminaire sur l’incident. Or, vendredi 26 juillet, les médias se référant au parquet de Nanterre ont annoncé que l’enquête avait finalement été classée sans suite.

Auditionnée en mai par une commission d’enquête de l’Assemblée nationale, la patronne de l’IGPN Brigitte Jullien avait estimé que les mesures prises par les forces de l’ordre étaient justifiées par «le contexte très, très violent à l’époque».

Ses déclarations ont dérouté les proches des adolescents arrêtés dans des conditions polémiques. Le collectif de défense des jeunes du Mantois a condamné ces propos, pointant les «fautes évidentes» commises par les policiers, dont des auditions de mineurs sans avocat, des palpations pratiquées par un policier sur une jeune fille, sans compter la réalisation d’une vidéo de jeunes menottés.





Source link

Mots clés: , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut