Après les «Panama papers» et les « Paradise papers », voici les révélations « Mauritius Leaks ». 200 000 documents révèlent les pratiques d’optimisation fiscale de sociétés qui profitent du faible taux d’imposition à l’île Maurice. Après les « Panama papers » et les « Paradise papers », le Consortium international des journalistes d’investigation publie ce mardi 23 juillet, les « Mauritius Leaks ». 200 000 documents, envoyés anonymement et provenant du cabinet d’avocats international Conyers Dill & Pearman, spécialiste de la finance off-shore. Ils mettent en lumière les pratiques d’optimisation fiscale des sociétés qui profitent du faible taux d’imposition à l’île Maurice pour y loger leurs bénéfices, et ce, au détriment des États d’origine de ces sociétés. Tout est légal, mais pas grand-chose n’est éthique, voilà en substance ce que nous apprennent les « Mauritius Leaks », les fuites mauriciennes, révélées par le Consortium international des journalistes d’investigation, et dont le journal Le Monde publie les conclusions. Bien peu éthique, en effet, l’attitude du rocker philanthrope Bob Geldof qui plaide pour la transparence des affaires et la responsabilisation des dirigeants africains, tout en domiciliant son fonds d’investissement, « 8 Miles » à Maurice pour échapper à l’impôt. Il n’est pas le seul, de grandes compagnies comme le franco-japonais CFAO ou encore le négociant suisse Trafigura font de même pour certaines de leurs opérations en Afrique, sans oublier certains riches hommes d’affaires ougandais ou nigérians. Maurice, placée par l’Union européenne sur la liste grise des paradis fiscaux, exonère largement d’impôts les bénéfices des grandes sociétés. Le taux tourne autour de 3% afin d’attirer les capitaux. Et cela fonctionne. Selon le consortium, 630 milliards de dollars d’actifs étrangers sont logés sur l’île Maurice, pays qui figure désormais parmi les nations émergentes.

https://www.lexpressiondz.com/info-en-continu/mauritius-leaks-revelations-sur-maurice-l-ile-au-tresor-317855



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *