Aller à…
RSS Feed

25 novembre 2020

Macron, un chef d’armée sur le papier



Paradant, sur les Champs-Elysées hier matin, le sourire d’Emmanuel Macron s’est rapidement figé. La cause de ce rictus que l’on connaît trop bien : les Français. Le président avait beau avoir placé des policiers tous les deux mètres, certains ont quand même eu le courage de venir huer un homme qui prétend entendre les maux de la France, mais qui n’écoute rien, un homme trop aveuglé par son petit être bien terne qu’il ne peut pas voir les Français en face. Et à peine le défilé terminé, les militaires ont laissé place à la chienlit des black blocks. Tout un symbole.

Dans un article de l’AFP à peine retouché par les génies du verbe que sont les petites mains du Huffington Post, on pouvait lire que le « début de défilé (était) peu glorieux pour le président de la République ». En effet, à peine sa fragile silhouette apparue sur les Champs-Elysées, il était copieusement hué. Des cris – non pas de joie comme aurait été tenté de le dire France 3 – qui étaient si forts que les ingénieurs du son des chaînes de télévision ne purent les faire passer pour un murmure. Macron détesté du peuple, voilà une certitude pour la troisième fête nationale placée sous son étendard malsain.

Les Champs-Elysées replongent dans le chaos

Comme chaque année, nos militaires avaient fière allure et donnaient l’impression qu’ils pouvaient se déployer sur un théâtre d’opération avec tout le matériel adéquat. Le soldat aujourd’hui au Mali ou au Tchad sait bien qu’il s’agit d’images de propagande… Même les armes hypersophistiquées exposées lors du défilé ne suffiront pas à se persuader que tout va bien. La démonstration de « Flyboard » non plus. Car, si les images sont dignes d’un film d’action, encore faut-il rappeler que cette machine volante est la propriété d’un civil, le français champion du monde et d’Europe de jet ski, Franky Zapata. A défaut d’avoir déjà le même attirail dans leur sac, les militaires font donc parader Zapata avec la crainte que tout ceci dégénère en cirque.

Et malheureusement, les craintes étaient justifiées. Si Zapata a terminé son numéro de haute voltige sans encombre, le défilé a rapidement laissé place à de nouvelles scènes de guérilla urbaine. Pourtant, les affreux gilets jaunes avaient été neutralisés puisque Jérôme Rodrigues, Maxime Nicolle et Eric Drouet avaient été interpellés sur les Champs-Elysées pendant le défilé. A croire que regarder nos militaires est interdit à ceux qui contestent le pouvoir macronien. La dictature n’a jamais été aussi proche depuis 70 ans et elle vient d’un gusse qui se moque autant des militaires que des Français dans leur ensemble.

Mais comme il est bon de donner le change, Macron avait annoncé la veille la création d’un commandement militaire de l’espace. Un nouveau signe de sa mégalomanie ? Pas forcément tant l’espace se militarise aujourd’hui sous les coups de boutoir des Etats-Unis et de la Chine en premier lieu. La guerre (du renseignement) se fait aussi dans l’espace, alors l’Armée de l’air sera bientôt renommée Armée de l’air et de l’espace. Le tout se fera à la rentrée, car comme pour la lutte contre les féminicides, les vacances restent prioritaires.

Un mot d’ordre suivi à la lettre par Christophe Castaner, car si le ministre de l’Intérieur était bien à Paris avant-hier, il a oublié de faire la police auprès de ceux qui veulent en découdre. Résultat, les policiers trop mobilisés à arrêter des gilets jaunes dont le seul crime était de siffler sa Majesté Macron, ont laissé passer des dizaines de casseurs. Mobilier urbain de nouveau arraché, les Champs-Elysées en feu, le Fouquet’s obligé de se barricader quelques heures après sa réouverture… Castaner ne peut pas faire deux choses à la fois. On l’avait prévenu des risques de débordements suite au match de l’équipe algérienne de football en soirée, il n’avait certainement pas lu les notes de service l’avertissant de la venue de black blocs dans l’après-midi. Les vacances ou plutôt l’incompétence du ministre font de nouveau du tort à la France…



Source link

Mots clés: , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut