Go to ...
RSS Feed

18 July 2019

« Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme ».. – Les moutons enragés



On peut penser que ce n’est qu’un roman de science fiction, je pense qu’il est visionnaire et, tout s’emboîte pour que ça soit une réalité prochaine, c’est une inquiétante anticipation. Heureusement, il y a quelques pistes pour résister. Partagez ! Volti

******

par Agnès Rousseaux, Barnabé Binctin pour BastaMag

Photo (une) : Alain Damasio en visite sur la Zad de à Notre-Dame-des-Landes, dans l’ancienne bibliothèque du Taslu, celle qui était accessible aux handicapés / © ValK

Comment vivre dans des villes privatisées, où notre attention est contrôlée et sollicitée en permanence, et nos corps pistés à chaque instant ? Le dernier roman d’Alain Damasio, dont l’action se déroule en 2040, explore ce monde possible, avec justesse, de manière sensible et réaliste. Il nous invite à sortir d’urgence de nos « techno-cocons », à expérimenter de nouvelles manières d’être au monde et de résister, pour reprendre le contrôle sur nos vies. Attention, entretien décapant.

2040, en France. Dans une société ultra-libérale où les villes ont
été rachetées par des multinationales, où l’attention de chacun est sans
cesse captée et sollicitée au risque de rendre fou, on découvre
l’existence des Furtifs, des créatures à la vitalité hors norme,
qui vivent dans l’angle mort de la vision humaine. Toujours en
métamorphose, elles métabolisent les éléments sur leur passage,
transformant l’espace dans lequel elles vivent – et les gens qui
croisent leur route. Dans ce monde qui ressemble au nôtre dans ce qu’il
peut produire de pire, Lorca Varèse, sociologue pour communes
autogérées, et sa femme Sahar, proferrante dans la rue pour les enfants
que l’éducation nationale a abandonné, partent à la recherche de leur
fille disparue, et à la rencontre de ces créatures.

Avec Les Furtifs (La Volte, 2019), Alain Damasio signe une
critique fine et acerbe du capitalisme cognitif, de notre capacité
d’auto-aliénation, du confort de nos techno-cocons où l’on se sent si
protégés. Avec un langage créatif qui se renouvelle sans cesse, il trace
des lignes de fuite possibles, des modes de résistance, dans une grande
fresque magique, magnifique et émouvante, qui invite à changer
radicalement notre regard sur le monde et sur le vivant.

Basta ! : Que pourraient incarner ces drôles de créatures, les « Furtifs », dans la société d’aujourd’hui ?

Alain Damasio : Ce sont des poches de liberté, des brèches dans un monde de plus en plus contrôlé, pas seulement par les multinationales ou les gouvernements, mais aussi par nous-mêmes : un père demandant à sa fille d’être « ami » sur Facebook pour voir ce qu’elle y poste, un enfant qui regarde l’historique de navigation de ses parents, un patron employant un hacker pour regarder quel salarié il embauche, ou réciproquement le salarié qui « googlise » le futur patron avant un entretien d’embauche… Nous sommes tous dans ces logiques de panoptique, où nous essayons d’avoir un maximum d’informations. Cet empire du contrôle et de l’intra-contrôle s’est étendu, notamment grâce au numérique qui lui apporte une extension incroyable.

: © François Grivelet


Passer huit heures par jour sur internet, sur nos téléphones, c’est être
dans un espace absolument contrôlé et contrôlable, qui produit sans
cesse des informations : cliquer, scroller, envoyer une vidéo, écrire un
message, tout acte à l’intérieur de ce réseau laisse une trace,
archivable et récupérable, qui peut ensuite générer un historique et des
corrélations. Nous nous y sommes habitués. Je crois que les digital natives ne sont plus du tout conscients de ça. Les Furtifs est une tentative d’imaginer l’envers de cette société de contrôle, et une façon de s’en extraire.

Pourquoi finit-on par accepter ces logiques de contrôle ?

Parce que cela nous donne du pouvoir. Avec un smartphone dans la
main, tu as l’impression d’avoir une régie de contrôle sur le monde :
aller dans une ville que tu ne connais pas, avoir accès à n’importe
quelle info, etc. C’est un pouvoir immédiat et fascinant. Et beaucoup
moins théorique que la lutte militante : pourquoi les syndicats rament,
pourquoi si peu de gens aux manifs ? Parce que c’est beaucoup plus dur
d’aller se battre dans la rue. C’est plus compliqué d’exercer un pouvoir
sur la société, c’est long d’inverser les idées ultra-libérales qu’on a
mises dans la tête des gens, sans forcément de résultats concrets. Le
smartphone contrebalance cela : si tu es mal, tu vas t’y abriter et
jouer à n’importe quel jeu avec un imaginaire de pouvoir très fort, dans
lequel tu seras le roi du monde.

Les jeux vidéos, comme Call of Duty ou Fortnite, jouent
beaucoup sur ce que j’appelle « l’antique désir d’être Dieu » : on n’y
meurt plus, on peut sans arrêt ressusciter, on est puissant, on peut
courir indéfiniment, être ici et ailleurs – tout ce qui limite
ontologiquement notre condition d’être humain y est subverti. Le virtuel
met en place un pouvoir de compensation par rapport aux pertes de
pouvoir concrètes.

Nous vivons une sorte de servitude volontaire à la technologie ?

Le philosophe Byung-Chul Han l’explique très bien : le stade avancé du pouvoir libéral actuel, c’est de permettre aux gens de maximiser leur auto-aliénation. L’aérodynamique du pouvoir est géniale : les gens viennent eux-mêmes prendre dans l’armurerie proposée par les GAFA. Ils reprennent leurs outils, les applications, sans qu’on leur mette un flingue sur la tempe ou qu’on les y oblige. Parce que cela obéit à des lois du moindre effort, à un outillage de la paresse, à une forme de dévitalisation assez cool, à plein de choses consubstantielles à l’être humain.

Tu te sens globalement bien dans ce techno-cocon, cette matrice
attentive. C’est l’endroit où tu vas te sentir un peu dorloté, choyé.
Chez les ados, au moment où ils se confrontent aux difficultés de l’âge
adulte et aux autres, c’est particulièrement marquant : là, ils peuvent
filtrer leur communauté, regarder ce qu’ils ont envie, se distraire et
se détendre… Alors pourquoi ne pas y aller ? C’est très difficile de
leur expliquer qu’un désir, ça se construit. Et que la vitalité vient
aussi de l’extérieur et de l’altérité.

Qui, aujourd’hui, porte une critique intéressante sur notre rapport à la technologie ? Quelles sont vos influences ? …/….

Le transhumanisme est-il une nouvelle religion ? …/….

Face à cette situation, vous défendez le « vivant » : qu’est-ce que cela veut dire, concrètement ? …/….

Le « vivant », c’est aussi un terme qui est très marqué politiquement, peut-être même « piégé », revendiqué aussi bien par la deep ecology que par le catholicisme intégriste, par exemple. Comment composer avec un mot qui peut être revendiqué par d’autres approches politiques ? …/…

Le naming est très présent dans votre livre : vous imaginez la ville de Lyon rachetée par Nestlé qui devient « Nestlyon » ou encore Paris-LVMH…. …/…

C’est l’illustration d’une autre critique très présente dans Les Furtifs : la privatisation grandissante des villes et des espaces publics… …/….

Mais est-ce encore de la science-fiction ? En vous lisant, on se dit que c’est réaliste et presque probable… …/…

L’autre versant de votre travail porte sur les modes de résistance possibles : à travers l’idée de furtivité – vous appelez à « rendre furtives nos existences » – suggérez-vous qu’il faut être caché pour résister, aujourd’hui ? …/…

Comment réagir à cela ? …/….

Vous êtes allé sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes ? …/…

Vous soutenez le mouvement des Gilets Jaunes ? …/…

Vous ne croyez plus au combat électoral ? …/…

Faut-il plus de radicalité, aussi ? …/…

Lire l’entretien complet

Source BastaMag

Alain Damasio, Les Furtifs, éditions La Volte, avril 2019, 704 pages.

Voir aussi:

« On n’a jamais vu ça ! » : chez Michelin, deux salariés sanctionnés après avoir été victimes d’un accident du travail



Source link

Download Best WordPress Themes Free Download
Free Download WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
Premium WordPress Themes Download
udemy course download free

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Scroll Up