Israël « Über Alles »

Le cas de Barakat est similaire à celui de la militante palestinienne Rasmea Odeh, qui a été critiquée par les médias allemands avant d’être interdite de prendre la parole lors d’un événement organisé à Berlin plus tôt cette année à l’occasion de la Journée internationale des femmes.

Elle a finalement été forcée de quitter le pays.

Le document officiel indique que les activités politiques de Barakat « constituent une menace pour la sécurité publique », que ses propos nuiraient « à la coexistence pacifique d’Allemands et d’étrangers », et que les relations de l’Allemagne avec Israël pourraient être « considérablement mises en danger » s’il était autorisé à parler.

Le document indique également qu’il est supposé que Barakat pourrait travailler pour le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), qui est répertorié dans la liste des organisations « terroristes » par les USA, Israël et l’Union européenne.

Cependant, le même document reconnaît que le groupe n’est « pas interdit » en Allemagne. Israël considère pratiquement tous les partis et organisations politiques palestiniens qui résistent militairement à l’occupation comme des groupes « terroristes ».

« Si vous regardez les campagnes menées par Israël et le ministère des Affaires stratégiques contre des organisations BDS du monde entier ou Students for Justice in Palestine aux USA, ils font de leur mieux pour criminaliser tous les mouvements de soutien à la Palestine ou même simplement de défense des droits humains, en imaginant de soi-disant relations avec le Hamas et le FPLP », a déclaré Barakat.

Barakat a observé que, dans le film tourné secrètement par Al Jazeera, The Lobby – USA, qui avait été rendu public, « des représentants de la Foundation for the Defense of Democracies ont plaidé ouvertement en faveur de cette tactique et nous la voyons maintenant en pratique ».

BDS est synonyme de boycott, désinvestissement et sanctions – une campagne mondiale pour les droits des Palestiniens inspirée de celle qui a permis de mettre fin à l’apartheid en Afrique du Sud dans les années 1980.

La Foundation for the Defense of Democracies est un “tank à idées” néoconservateur basé à Washington et dépendant du ministère des Affaires stratégiques d’Israël.

Le document énumère ensuite un certain nombre de discours prononcés par Barakat en Allemagne, mais ne cite aucun exemple d’antisémitisme.

Barakat estime que c’est parce que les autorités doivent « exagérer pour justifier leurs mesures répressives ».

Bien qu’il n’ait donné aucun exemple de sectarisme anti-juif de la part de Barakat, le gouvernement allemand insiste sur le fait que l’interdiction définitive de ses activités politiques est justifiée, car « le public doit être protégé des déclarations antisémites et anti-Israël auxquelles on peut s’attendre de votre part».



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *