Retrouvé mort ce lundi 1er juillet dans ses appartement de Knightsbridge, à Londres, Khaled al-Qassimi, un fils de l’émir de Charjah, a été inhumé le lendemain dans cet émirat. Si la police britannique évoque «une mort inexpliquée», le tabloïd britannique The Sun propose sa version de la tragédie.

Khaled al-Qassimi, un fils de l’émir de Charjah, est décédé ce lundi 1er juillet dans ses appartements de Knightsbridge, dans le centre de la capitale britannique. Si la police du Royaume-Un a initialement parlé de la mort «subite» et «inexpliquée» d’une «personne âgée de près de 40 ans», les autorités de Charjah ont confirmé le lendemain la mort du prince.

Mercredi 3 juillet, le prince a été inhumé à Charjah, l’un des sept fiefs qui composent les Émirats arabes unis, en présence de son père, Sultan ben Mohammed al-Qassimi et d’autres personnalités émiraties.

La mort de Khaled al-Qassimi, qui a fait ses études au Royaume-Uni avant de créer en 2008 sa marque de prêt-à-porter masculin QASIMI, a attiré l’attention de plusieurs médias locaux.

Ainsi, citant sa «source», le tabloïd britannique The Sun affirme que la mort du prince est survenue lors d’une «orgie sexuelle et liée à la drogue».

«Il y avait apparemment eu une soirée où des invités prenaient de la drogue et avaient des relations sexuelles. On pense que le cheikh Khaled est décédé subitement après avoir pris des drogues. Outre l’enquête de police, une enquête interne urgente a été ordonnée et le personnel a reçu l’ordre de rester silencieux», a déclaré la source au média.

Selon la source du Sun, Khaled, «comme beaucoup de jeunes hommes arabes, a bénéficié des libertés qu’il avait à Londres» ce qui s’est terminé pour lui «de manière tragique».

Le média écrit également que le frère aîné du prince avait été retrouvé mort d’une overdose d’héroïne en 1999 dans un domaine familial dans le Sussex. Il avait 24 ans.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *