Aller à…
RSS Feed

26 janvier 2021

CONSTRUCTION DU TEMPLE



Bien que le 4 juillet soit demain, l’ambassade américaine en Israël a célébré à titre préventif le 243e jour de l’indépendance des États-Unis, mardi. Le gala a été organisé par l’ambassade américaine à Jérusalem. Lors de son discours, l’ambassadeur, David Friedman, a déclaré : « Leshanah Hazeh BiYerushalayim » (cette année à Jérusalem).

À première vue, dire une phrase comme « cette année à Jérusalem » peut sembler une déclaration plutôt insignifiante. Mais, ceux qui comprennent le contexte plus large de la phrase ont tendance à interpréter ces mots différemment. C’est parce qu’il existe une phrase que les juifs réclament lors de leurs prières à la fin de Yom Kippour et lors de la fête de la Pâque : « lshanah habah biyirushalayim habnuyah » (l’année prochaine dans la reconstruction de Jérusalem). La phrase a été initialement inventée par le rabbin espagnol du 11ème siècle, Isaac Ibn Ghiyatt, qui a écrit un poème appelé Yedidekha me-Emesh qui contient la phrase. L’année dernière, lors de la célébration du 242ème anniversaire de l’Indépendance à Tel-Aviv, Benjamin Netanyahu a transmis le passage à Friedman : « lshanah habah » (l’année prochaine à Jérusalem).

La partie reconstruite de Jérusalem fait référence à la reconstruction du temple. Cependant, Friedman a fait un jeu de mots intelligent en remplaçant les mots « leshanah habah » (l’année prochaine) par « leshanah hazeh » (cette année). Et, même s’il s’est abstenu de dire « la partie reconstruite de Jérusalem », les habitués de la phrase peuvent laisser entendre que la suite naturelle de la phrase est « dans une Jérusalem reconstruite ». C’est parce qu’il n’y a pas d’autre contexte en hébreu où l’expression « cette année à Jérusalem » ou « l’année prochaine à Jérusalem » soit utilisée en dehors de la continuation de l’expression qui évoque la construction du Temple.

Il est donc tout à fait plausible que l’ambassadeur de Donald Trump en Israël, David Friedman, ait laissé entendre que le Troisième Temple serait reconstruit cette année à Jérusalem. Et, juste après qu’il l’ait dit, il a fait la bénédiction juive sur un verre de vin et l’a bu.

À peine deux jours après avoir utilisé un marteau de 10 livres pour inaugurer le site archéologique de la Route des Pèlerinages, Friedman ne présentait aucun signe de fatigue. Au cours de son discours, l’ambassadeur a établi un lien convaincant entre les pères fondateurs des États-Unis et Jérusalem.

L’ambassadeur a déclaré : « La Déclaration d’Indépendance prévoyait que chaque être humain était créé sur un pied d’égalité et doté par son créateur de certains droits inaliénables, notamment la vie, la liberté et la recherche du bonheur ».

« L’idée que les droits essentiels de l’homme venaient de Dieu et non de l’homme était un concept révolutionnaire. Elle a rendu ces droits permanents, indéniables et à l’abri des caprices de la politique, non seulement aux États-Unis, mais, dans le monde entier. Comment nos pères fondateurs ont-ils su quels droits Dieu considérait comme inaliénables ? Rappelez-vous que la Déclaration d’Indépendance ne dit pas simplement que ces droits sont importants, mais qu’ils sont divins. Eh bien, je suis sûr que beaucoup de nos pères fondateurs ont lu John Locke et Thomas Hobbs et d’autres grands penseurs. Mais, je suis encore plus certain qu’ils lisaient la Bible. Surtout parce que tous les droits inaliénables identifiés dans la Déclaration d’Indépendance trouvent leur place dans la Bible elle-même. Beaucoup pensent, et certainement aussi nos pères fondateurs, que la parole de notre créateur est exprimée dans la Bible et que, comme l’a reconnu le prophète Isaïe, cette parole est issue de la ville de Jérusalem. Comme l’a dit Ésaïe, « Car de Sion sortira la loi, et de Jérusalem la parole de l’Éternel, », a déclaré Friedman.

« Comprendre ce lien entre la naissance de notre nation et la ville de Jérusalem, c’est comprendre tout ce qui s’est passé depuis entre Israël et les États-Unis. Il faut comprendre pourquoi les pèlerins ont risqué leur vie au 17ème siècle pour atteindre un nouveau monde et établir ce que beaucoup d’entre eux ont appelé une « nouvelle Jérusalem » », a-t-il ajouté.

Comme à l’accoutumée, l’événement s’est terminé par un feu d’artifice.

Source: Breaking Israël News

Traduit par PLEINSFEUX.ORG



Source link

Mots clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut