Aller à…
RSS Feed

5 décembre 2020

Une épreuve du bac déclenche une polémique en Algérie entre défenseurs des langues arabe et berbère




Afrique

URL courte

Une polémique entre défenseurs des langues arabe et berbère en Algérie a vu le jour autour du texte de l’épreuve de littérature arabe au bac des filières mathématiques et sciences appliquées. Un extrait du texte affirmait qu’au moment de la colonisation française, le peuple algérien parlait et sacralisait «la langue arabe».

L’épreuve d’arabe du baccalauréat des filières mathématiques et sciences appliquées en Algérie a déclenché une polémique, selon la presse locale. En effet, le texte soumis à cette occasion a été jugé offensant à l’égard de la langue berbère, le tamazight, alors que cette dernière a été reconnue comme langue nationale et officielle.

Selon le site d’information Algérie patriotique, l’extrait en question provient d’un article non daté, rédigé par Cheikh Fodhil el-Ouarthilani, une figure religieuse algérienne, à la gloire de la langue arabe. L’auteur s’en était pris à la politique de la France à l’égard des valeurs du peuple algérien pendant la colonisation.

«À la conquête de l’Algérie, les Français ont trouvé un peuple pratiquant l’islam et parlant et sacralisant l’arabe […]. Alors, pour saper toutes les valeurs de cette nation, ils ont choisi de frapper d’abord la langue, qui constitue l’étendard de sa dignité et de sa survie, en promulguant une loi faisant du français l’unique langue officielle […]», lit-on dans le texte de l’épreuve du bac.

L’une des premières organisations à réagir a été, selon Algérie patriotique, le Rassemblement pour la Kabylie (RPK). Dans un communiqué, ce dernier a dénoncé un texte controversé est de «nature raciste», qui «porte une atteinte flagrante au caractère multiculturel de l’Algérie». Il a par ailleurs estimé que la glorification et la sacralisation de la langue arabe était «une remise en cause intolérable de la dimension amazighe [berbère, ndlr] du pays».

Sur la même lancée, le RPK a décidé protester auprès de l’Unesco pour «violation de la Déclaration universelle de la diversité culturelle adoptée en 2001», a indiqué le site d’information.





Source link

Mots clés: , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut