Go to ...

Archives

RSS Feed

19 January 2020

Débarquement : Macron se plaît à réécrire l’histoire



Il y a 75 ans jour pour jour, les Alliés débarquaient en Normandie afin de libérer la France des troupes nazies et mettre un terme à la Seconde guerre mondiale sur le continent européen. Une entreprise hautement risquée, mais nécessaire qui a accéléré l’effondrement de l’Allemagne hitlérienne, mais qui ne constitue pas « la mère de toutes les batailles ». Le sacrifice de soldats de treize nationalités doit être commémoré avec humilité et sagesse, loin de la réécriture d’une histoire fantasmée où l’insolite et le futile l’emportent souvent sur l’essentiel.

Les journalistes sont en émoi. Les grands de ce monde se sont retrouvés à Portsmouth hier et sont aujourd’hui en Normandie pour commémorer le débarquement du 6 juin 1944. Un passage obligé surtout pour une célébration trois quarts de siècle après ce haut fait d’armes qui a été le point de départ d’une longue et difficile reconquête du territoire français, prélude à une percée en Allemagne pour mettre fin au règne de terreur du IIIe Reich. Les héros doivent être célébrés, mais ceux qui doivent leur rendre honneur ne sont pas à la hauteur.

Le débarquement revisité par l’élève Macron

On retrouve sans surprise Emmanuel Macron. Le jeunot profite de ce grand raout international pour travailler sa stature internationale et enclencher son discours rayé et insupportable à ceux qui connaissent l’histoire et qui aiment la France. Contrairement à ce qu’il prétend, si des milliers d’hommes ont succombé sous la mitraille allemande entre juin 1944 et mai 1945, ce n’est pas pour l’idée de fonder une Europe sur le modèle de Bruxelles, mais pour avoir une chance de vivre et de laisser à leurs camarades la possibilité de ne pas subir les horreurs nazies. Si des Français de la France Libre ont pris part au débarquement, c’est justement pour libérer leur pays et pouvoir dire qu’ils font partie des vainqueurs et non pas des simples pays libérés appelés à devenir le satellite d’une grande puissance.

Et lorsqu’on parle de grande puissance, on pense tout de suite aux Etats-Unis et désormais à Donald Trump. La présence du président américain est plus que légitime, mais les journalistes et autres godillots comme Jean-Pierre Raffarin préfèrent gloser sur « le malaise » qu’ils ressentent juste à l’évocation d’un président qu’ils détestent. Macron ne peut que faire semblant de se réjouir de la venue de Trump, mais personne n’est dupe. Alors, tous leurs regards, leurs gestes et paroles sont analysés au microscope par un microcosme qui a déjà perdu le fil de l’histoire.

Il faut dire que s’ils suivent le fil tendu par Macron, il est certain qu’ils ne comprendront rien à l’histoire du débarquement et de la Seconde Guerre mondiale. Cela se vérifie avec l’absence remarquée de Vladimir Poutine en Normandie. Les Soviétiques ont-ils débarqué il y a 75 ans sur les plages normandes ? Non, ils faisaient encore mieux puisqu’il réduisaient en pièces la majeure partie de la machine de guerre allemande au prix de pertes humaines incroyables. Qui sait encore en Europe de l’Ouest que 25 millions de Soviétiques civils et militaires sont morts entre 1941 et 1945 ? Qui sait encore en Europe de l’Ouest que 75 % des divisions nazies ont été anéanties par l’Union soviétique ?

Ces chiffres permettent de comprendre la réalité d’un conflit contre l’Allemagne dans lequel les Etats-Unis ont joué un rôle important, mais pas capital. Que serait devenu le monde si l’Union soviétique s’était totalement effondrée en 1941 ? Le sort de l’humanité s’est joué à Stalingrad (un million de morts) et à Koursk. Une leçon, une histoire que nient Macron et tous ceux qui jouissent de ne pas voir, aujourd’hui en Normandie, le président russe et même aucun chef d’Etat d’un pays de l’ex-Union soviétique. Ce 75e anniversaire n’échappe pas à la réécriture de l’histoire et si Macron pouvait rayer de la carte Donald Trump, il n’hésiterait pas à dire qu’Omaha Beach a été prise aux Allemands par les mouettes…

Pas de président russe, un président américain toléré, mais une chancelière allemande qui a le droit à tous les honneurs. Merkel est encore et toujours au centre de la photo de famille, alors qu’elle devrait être reléguée au rang des invités admis, mais qui doivent se faire discrets. Et c’est là que la réécriture de l’histoire devient insupportable. Les Français sont bassinés à longueur de temps avec leurs soi-disant démons nazis tandis que l’Allemagne n’aurait aucune parenté avec Hitler et le régime nazi. Des vainqueurs suspects et des vaincus blancs comme neige… Alors si l’Allemagne d’aujourd’hui n’est pas la même que celle d’hier, il serait quand même bon de ne pas nier certaines évidences. Comprendre l’histoire passe d’abord par son étude. A bon entendeur…





Source link

Download Premium WordPress Themes Free
Premium WordPress Themes Download
Download Premium WordPress Themes Free
Download Premium WordPress Themes Free
udemy course download free

Tags: , , , , , , , ,

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Scroll Up